Chroniques expresses 7

Je consacre cette partie en général à des petits romans ou à des nouvelles, celui-ci sera consacré à des essais que j’ai lu dernièrement et qui m’ont tous les deux déçus.

Quiet: The Power of Introverts in a World That Can’t Stop Talking de Susan Caine

Cet essai représente tout ce que je déteste dans un essai en général. Le but est d’ordre psychologique plutôt que d’ordre scientifique. Je m’attendais un minimum à des informations scientifiques fiables, des données quantifiées et expliquées sur le fait d’être introverti et un approfondissement des concepts utilisés, ce qui me paraît raisonnable à attendre d’un essai.

Au lieu de cela, je me retrouve devant un livre de coaching qui me dit: c’est bien d’être introverti, c’est cool et en plus il y en des tas et l’auteure balance des exemples historiques à la chaîne tout en racontant sa vie privée et ses propres idées dans un mélange assez indigeste. J’ai pris quelques semaines à le lire en me forçant et j’en arrive à la conclusion que cela me rappelle tout ce que je déteste dans les pseudos ouvrages mi scientifique mi coaching.

Zéro déchet de Béa Johnson

Disons le tout de suite, je n’ai pas lu ce bouquin pour changer de vie ni parce que j’ai eu une épiphanie personnelle sur la manière dont le monde court à sa ruine. J’étais juste curieuse de savoir quelques données pertinentes et de comprendre comment les autres ont réussi à simplifier leur vie. Un détail important: ce livre est écrit pour des canadiens et toutes les adresses des magasins viennent de là bas donc impossible pour un français d’utiliser tous les conseils donnés. Deuxième détail: j’étais un peu gênée par son ton supérieur et la manière dont elle a laissé son obsession devenir tellement énorme dans sa vie. Même si elle l’admet elle-même, elle part tellement dans les extrêmes avec son mode de vie aussi naturel qu’il est plus facile de rejeter ses idées après les avoir lues que de déchiffrer quelques détails intéressants dans la masse.

The Last Song de Nicholas Sparks

Avis

Petit problème de base: j’ai détesté le personnage principal. Je ne dis pas qu’il faut aimer les personnages d’un roman pour apprécier le roman mais dans mon cas, il me paraît difficile de lire un roman dans lequel le personnage principal, Ronnie en l’occurence, passe son temps à être énervée contre tout le monde au début sans justifications solide (du moins dans sa narration).

Le roman alterne entre les points de vue de beaucoup de personnages et malheureusement, cela rend les personnages moins développés et moins sympathiques. En tout cas j’avais l’impression que le fait d’être dans la tête de tout le monde à un moment empêchait l’auteur d’approfondir ses personnages et de les rendre un tant soit peu intéressants. Et pour être honnête, je n’ai pas trouvé du tout crédible l’histoire d’amour entre Ronnie et Will, cela me semblait très superficiel.

Sinon, l’auteur a quand même réussi à m’émouvoir à la fin avec le père et la relation entre Ronnie et le père qui devient plus profonde.

En bref, l’histoire ne me correspondait pas, le personnage principal m’a agacée tout au long du livre et ce livre se laisse lire mais ne restera pas dans ma mémoire.

ChallengeMystère

Breaking up with Barrett de Katy Regnery

Avis

Ce roman est un coup de coeur. Bien sûr, il s’agit d’une romance assez banale de deux personnages qui s’aiment depuis toujours et qui vont enfin le révéler l’un à l’autre, d’une relation avec l’homme riche et puissant et la femme pauvre et sans relations au grand monde et il n’y a rien de nouveau dans les thèmes abordés.

Cependant, la jeune fille, Emily, qui joue la fausse fiancée de Barrett dont elle est amoureuse est quelqu’un de solide, qui a du caractère et qui ne va pas s’emballer rapidement. Emily sépare bien ses propres sentiments du rôle qu’elle va jouer et même en étant amoureuse, elle reste assez prudente ce qui la rend pour moi irrésistible dès le début.

Dans le cas de Barrett, on a les points de vue des deux personnages, un classique de romance, et Barrett apparaît comme quelqu’un qui a bien du mal à exprimer ses sentiments et entreprend des combines assez hasardeuses pour rester avec la femme qu’il aime et obtenir ce qu’il veut. Aucun malentendu n’est allongé sur la durée, Emily impose assez vite ses conditions et lorsque les choses deviennent sérieuses entre eux, on a juste deux personnages qui ont un caractère bien trempé et des scènes de lit bien écrites.

Ce roman ne va pas changer ma vie bien sûr mais il l’a égayé de manière très agréable.

Pluto de Naoki Urasawa

 

Avis SPOILERS!!!!

Tout d’abord j’ai lu rapidement les huit tomes et j’ai beaucoup aimé. J’ai apprécié la référence subtile à Asimov et aux lois de la robotique, j’ai apprécié les questionnements éthiques et l’inspecteur Gesicht. Au début j’étais impressionnée par la manière dont l’auteur n’hésitait pas une seule seconde à tuer ses robots puissants un à un mais au bout du compte, le tueur génial réussit tous ses coups et on se retrouve avec un inspecteur qui voit avec chaque meurtre un élément de plus dans la solution mais n’arrivera pas à cette solution ce qui rend ce procédé très frustrant.

J’ai adoré le concept de robot super intelligent qui aurait toutes les personnalités et prendrait des heures à calculer. Selon moi, pas la peine d’imiter les humains pour créer un super robot puisque l’humain est par définition imparfait mais ce concept de mélanger tous les caractères était sympathique.

La fin est assez précipitée, alors que les meurtres s’exécutent en l’espace de quelques tomes, et on nous introduit une fin du monde, un méchant pas si méchant, un robot mort mais pas mort, et tout se déroule avec une telle vitesse dans le dernier tome que j’ai trouvé dommage de ne pas l’avoir étalé un peu plus.

J’ai eu un coup de coeur pour le personnage de la soeur de Astro Boy qui arrive à percevoir les émotions (comme une empathe), heureusement qu’elle reste indemne et ne souffre pas du massacre des autres personnages.

En conclusion, un manga qui se lit vite et bien, des personnages attachants, un auteur sadique et une fin précipitée.

Persepolis de Marjane Satrapi

   

Avis

Tout d’abord mon opinion est clairement biaisée pour plusieurs raisons importantes: je connais bien l’histoire de l’Iran donc je ne suis pas là pour en savoir plus, je n’apprécie pas les BDs en général et j’avais déjà vu le film inspiré de cette BD il y a quelques temps.

Pour toutes ces raisons, je dirais que mon avis restera mitigé au final. Les dessins sont jolis mais l’histoire en elle-même reste assez basique et j’ai trouvé que les personnages restaient assez stéréotypés et tout s’enchaîne de manière assez rapide. Il s’agit d’une petite fille qui grandit dans un régime de plus en plus menaçant et qui va partir plusieurs fois de son pays. Au début, l’histoire reste assez mignonne avec un côté un peu naïf exacerbé par l’âge du personnage et au fur et à mesure qu’elle avance en âge, j’étais très agacée par son côté suiveuse à Vienne où elle se laisse facilement entraîner par les autres camarades et j’ai éprouvé une sympathie pas très grande pour Marji.

Malgré tout, c’est une lecture agréable, facile et cela permet de montrer les iraniens au-delà de la théocratie actuelle en Iran.

C’est lundi que lisez-vous? 21

Un jour de retard pour cette fois-ci pour cause de trajet de train…

Ce rendez-vous hebdomadaire a été initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et repris par Galleane. On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu’ai-je lu cette semaine?

– Quiet: The Power of Introverts in a World that can’t stop talking de Susan Caine: un livre qui n’apprend pas grand chose et se disperse beaucoup trop
Pluto V1 à 8 de Naoki Urasawa: un manga sympathique qui accélère vers la fin, pose des questions intéressantes et reste passionant jusqu’au bout
Breaking up with Barrett de Katy Regnery: un coup de coeur, une romance banale et pourtant très émouvante
The Last Song de Nicholas Sparks: quelques passages émouvants, des personnages vides d’intérêt, un style entraînant, ni bon ni mauvais mais un entre deux agréable

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

Faiseur de rêves de Aude Réco: je n’en suis qu’au tout début et pour l’instant rien à dire, je suis intriguée dès le début

3. Que vais-je lire ensuite?

Piocher dans ma PAL, comme toujours.

C’est lundi que lisez-vous? 20

Ce rendez-vous hebdomadaire a été initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et repris par Galleane. On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu’ai-je lu cette semaine?

– La vie secrète du sommeil de Kat Duff: critique ici
Persepolis Volume 1 et 2 de Marjane Satrapi: la mise en scène est jolie mais l’histoire prévisible quand on connaît l’histoire de l’Iran
Zéro déchet de Bea Johnson: je suis déçue, même si mon but n’était pas d’adopter ses préceptes, je n’ai pas trouvé beaucoup d’astuces intéressantes

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

– Quiet: The Power of Introverts in a World that can’t stop talking de Susan Caine: cet essai commence à m’ennuyer un peu (même avis que la semaine dernière et difficile pour moi de me motiver à le terminer)

3. Que vais-je lire ensuite?

Fanny Hill de John Cleland pour renforcer un peu ma culture générale dans l’érotisme…

La vie secrète du sommeil de Kat Duff

(The Secret Life of Sleep, 256 pages)

Avis

J’ai emprunté ce livre pour en savoir plus sur le sommeil, un thème qui m’a toujours fascinée et aussi dans le but inavoué de savoir comment mieux dormir la nuit.

Cet essai ne se prétend pas une étude scientifique et pourtant, le manque d’informations vérifiables et l’abondance d’anecdotes personnelles a eu tendance à m’irriter. L’auteure part souvent dans des digressions lyriques sur les rêves et même si le contexte s’y prête, j’aurais préféré lire un essai dans un style plus formel et plus scientifique.

Je n’ai pas appris grand chose, d’autant plus que l’auteure enchaîne souvent des banalités sur le caractère fondamental du sommeil et notre génération qui veut étouffer le sommeil. J’ai moyennement apprécié le contenu idéologique dans l’essai et le caractère engagé et très personnel.

Tout simplement, je m’attendais à un essai différent et ce livre m’a déçue.

Night School T5: Fin de partie de C.J. Daugherty

(Night School T5: Endgame, 391 pages)

Avis

Enfin le dernier tome de cette saga que j’ai dévoré avec une passion mitigée. L’auteure possède une plume aisée et j’ai lu très rapidement et avec plaisir chacun de ses tomes et lorsque l’auteure a fini le tome 4 sur un cliffhanger, j’avais hâte de poursuivre le tome 5 et de finir cette saga.

Allie se décide finalement à arrêter ce trio amoureux un peu fatiguant à la fin et pour une fois, on a une Allie bien sûre d’elle au niveau sentiments et même si elle a du mal à le faire comprendre à Sylvain, l’intrigue tourne autour de Nathaniel et de comment arrêter ce personnage plutôt que des intrigues adolescentes.

L’histoire va de rebondissements en rebondissements, on ne voit pas le temps passer et tout finit bien à la fin. Pas de surprises donc mais une fin de série agréable, sympathique et qui offre ce qu’elle promet c’est-à-dire un bon divertissement.