C’est lundi que lisez-vous ? 24

Ce rendez-vous hebdomadaire a été initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et repris par Galleane. On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu’ai-je lu cette semaine?

Demain j’arrête de Gilles Legardinier: une jolie déception
Néo-Gaïens T1 de Florence Gérard: critique ici
La Tentation de la Pseudo-réciproque de Kylie Ravera: critique ici
Blade Runner de Philip K. Dick: critique ici
Trio Infernal T2 de Julie Forgeron: critique ici
Shenzhen de Guy Delisle: une représentation de la Chine assez négative qui donne envie de fuir ce pays à toute vitesse

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

The Tenant of Wildfell Hall de Anne Brönte: jolie remarque sur le féminisme mais un peu trop lent à mon goût et les personnages ne sont pas assez développés pour l’instant

3. Que vais-je lire ensuite?

Peut être The Importance of Being Earnest que je cherche à lire depuis longtemps ou Cyrano de Bergerac pour les mêmes raisons.

Les Néo Gaïens T1: Pimp de Florence Gérard

Résumé:

En 2010, le virus Z a décimé la population mondiale. Cependant, certains de ses morts sont inexplicablement revenus à la vie. Désormais dotés d’étonnantes capacités, ils sont devenus les « modifiés » ou Mods, par opposition aux « normaux » ou Norms. Dans ce monde post-apocalyptique a émergé l’ORDRE, l’Organisation Réunifiée Des Rescapés et Epargnés.

Aujourd’hui, en 2040, l’Ordre a étendu son influence à la planète entière, et s’est fixé pour mission d’éliminer les Mods2, les enfants des Mods, aux pouvoirs soi-disant encore plus puissants que ceux de leurs parents. C’est dans ce contexte que Pimp débarque à Marlon, un agglomérat issu des ruines des anciennes villes de Marseille et Toulon. La jeune femme ne cherche surtout pas d’histoires… mais cela n’empêchera pas les histoires de la trouver !

Avis

Un grand merci aux éditions Laska de m’avoir offert la chance de lire ce roman. Très court et pourtant très prenant, je ne croyais pas qu’on puisse assimiler la romance et la science fiction avec autant de classe. L’auteure manie avec élégance plusieurs genres et techniques en parallèle, elle utilise une alternance de journaux intimes, gardant avec chacun d’entre eux un suspense redoutable qui m’a permis de dévorer avec hâte ce roman.

Le contexte est présenté rapidement et avec élégance, sans mots techniques compliqués, l’auteure arrive à nous donner un monde détruit avec des personnages hors du commun et une héroïne fascinante. J’avoue que je n’ai pas trop accroché à la romance principale, pour une fois, l’histoire sous-jacente des Mods et de ce monde m’a tellement passionnée que j’ai laissé de côté les relations entre personnages pour me concentrer sur l’histoire de l’Univers.

Bref, un grand coup de cœur pour un univers fascinant, un monde que j’ai envie de retrouver et une héroïne qui n’a pas la langue dans sa poche.

Plage, Dispute et Fan-Attitude de Julie Forgeron (Trio Infernal T2)

cover

Résumé

Sophia part en vacances à la Grande-Motte avec ses deux meilleurs amis, Estée et Paul. Dès leur arrivée, la cohabitation s’avère compliquée : Paul est trop maniaque de l’avis des deux filles, et celles-ci se crêpent le chignon en plein supermarché.

Côté cœur, Estée est déterminée à rester seule, tandis que Paul a rapidement repéré un jeune maître-nageur qui lui plaît. Quant à Sophia, elle continue de leur cacher les récentes évolutions de sa vie sentimentale. Mais, lorsqu’elle reçoit un appel surprise d’Antton, elle se retrouve au pied du mur…

Avis

Tout d’abord je voudrais remercier les éditions Laska de m’avoir procuré un exemplaire de ce livre et de m’avoir fait confiance pour le partenariat.

J’avais lu le premier tome et même si la lecture légère m’avait plu, je n’avais pas été totalement conquise. Ce deuxième tome relève bien le niveau. Même si je ne suis toujours pas convaincue par la romance entre Anton et Sophia, les meilleurs amis me plaisent de plus en plus.

Ce petit roman se lit de manière très agréable, il accompagne avec plaisir l’été et m’a permis de garder le sourire. Sans grande prétention, il arrive à distraire et émouvoir avec beaucoup de facilité.

La Tentation de la pseudo-réciproque de Kylie Ravera

Avis

Depuis plusieurs mois, je guettais un peu ce roman qui a tout pour me plaire, il se passe dans une prépa parisienne et même de manière à moitié déguisé dans la prépa où j’ai passé deux années de ma vie. Lorsque l’auteure a décidé de mettre son ebook en téléchargement libre, je me suis précipitée pour en profiter et mon verdict est très simple: j’ai juste adoré.

Ce roman est véritablement drôle d’un bout à l’autre et même jouissif pour ceux qui ont vécu les années de classes préparatoires. Sans m’avoir traumatisée comme d’autres personnes, ces années de classes prépas m’ont laissé des souvenirs indélébiles et des tas d’anecdotes. Et avec ce roman, je retrouve un peu de cette ambiance particulière qui m’avait marquée. Au-delà de cet aspect nostalgique, ce roman est amusant, plein de suspens, plein de rebondissements et j’ai tourné les pages à toute allure pour connaître la suite.

Sans être un personnage extraordinaire, Peter Agor réussit à nous plonger dans un thriller sous fond de roman-feuilleton absolument haletant et j’ai dévoré ce bouquin en quelques jours à peine.

Deux pépites à souligner: l’invention du célèbre Virgile le Pirate (qui m’a fait mourir de rire surtout compte tenu de tous les ennuis que ce fameux plan a causé aux étudiants français) et la colle avec l’œuf et l’hélicoptère que j’ai beaucoup goûté avec un humour de prépa très recherché et très réaliste.

Bref, une réussite sur tous les plans, un roman passionnant et drôle.

Blade Runner de Philip K. Dick

(Do Androids dream of electric sheep?, 251p)

Avis

J’ai adoré ce roman qui traite des questions habituelles dans les romans de type robots/intelligence artificielle: qu’est-ce qu’être humain? Qu’est-ce qui distingue les humains des robots? Le personnage principal n’est ni un modèle d’empathie ni un personnage très agréable. Son but dans sa vie professionnelle est de tuer des modèles d’androïdes pour gagner de l’argent.

Tout le roman est fondé sur le fait que la principale différence entre humain/androïde réside dans l’empathie, et l’empathie presque exclusivement envers les animaux. L’auteur, sans utiliser des termes techniques compliqués, réussit à imposer un univers bien sombre avec une Terre submergée par des poussières radioactives, des humains qui semblent condamnés à partir vers des colonies extraterrestres et des androïdes qui fuient ces mêmes colonies et sont chassés sur Terre par des blades runners (autrement dit des chasseurs de primes).

Je n’ai pas vraiment compris pourquoi les androïdes devaient à tout prix être tués ni pour quelle raison certains s’en sortent sans dommage et  que cela n’affecte pas l’histoire. La fin également n’est pas non plus très satisfaisante avec un auteur qui semble plonger dans le psychédélique mais pour le reste, il s’agit d’un récit rempli de questionnements philosophiques fascinants, d’un récit où les animaux sont à l’honneur et l’auteur réussit en plus à rajouter du suspense et des passages mouvementés comme celui où le blade runner se trouve confronté à des androïdes trop beaux pour être vrai. Alors est-ce que la seule empathie permet de caractériser l’humanité? C’est loin d’être aussi sûr.

ChallengeMystère

Prix littéraire e-crire aufeminin

Cette fois-ci, il s’agit d’un appel à textes très populaire. Lorsque j’ai cherché à voir la quantité de nouvelles envoyées pour cette AT, je me suis arrêtée à la centième et il restait encore beaucoup de pages. De plus, il s’agit en partie d’un AT à votes, c’est-à-dire que tout un chacun peut décider de la qualité ou non de la nouvelle.

Pourquoi le proposer sur le blog alors? Parce que j’aime les thèmes choisis et que la nouvelle demandée est assez courte alors même si elle se retrouve au beau milieu des milliers de nouvelles, cela vaut la peine de réfléchir pour un écrit d’à peine quelques milliers de signes (2 à 6 mille).

Voici le règlement:

Les thèmes de cette année
1. Tu es sûr(e) de toi
2. Je préfère l’autre
3. Je ne suis pas venu(e), parce que…
4. Il y a comme une odeur bizarre

A vous d’écrire une histoire courte, tendre ou percutante, à partir de l’un des quatre thèmes proposés, d’une longueur comprise entre 2.000 et 6.000 signes.

Le casse du continuum de Léo Henry

Avis

Un roman de SF clairement inspiré de Ocean’s Eleven avec une quatrième de couverture assez explicite: « Thriller de science-fiction convoquant tour à tour les souvenirs d’Ocean’s Eleven ». Donc on a une ambiance qui se veut à la fois de la hard SF avec un univers complètement inventé et décalé, un pastiche de Ocean’s Eleven avec le côté casse un peu sensationnel (ils vont s’infiltrer dans le Dieu de l’Univers et non, ce n’est ni une blague ni une parodie) et une inspiration assez nette de Inception avec la partie entrer dans un rêve. L’auteur veut donc faire quelque chose comme un mix d’Inception et d’Ocean’s Eleven.
Pour être tout à fait honnête, je n’avais pas aimé Ocean’s Eleven, un peu trop grand spectacle à mon goût et j’avais juste adoré Inception, du gros n’importe quoi assumé dans sa quintessence.
Le roman commence fort, avec des personnages en plein action dans un univers décrit avec du vocabulaire technique mal utilisé. L’auteur n’a pas très bien compris que construire un univers et l’expliquer aux lecteurs ignorants de cette construction ne signifie pas balancer des tonnes de mots techniques de manière à se sentir très intelligent tout en perdant le lecteur dans un univers mal compris.
En gros, pendant une bonne première partie du roman, j’avais l’impression d’être perdue et frustrée en permanence. Heureusement, à la deuxième partie du livre, l’auteur se décide enfin à construire son histoire et à la rendre un peu plus compréhensible et à coup de grandes annonces (On peut obtenir tout ce qu’on veut! On va entrer dans les rêves de Dieu! On peut être annihilé de l’univers!), le récit commence enfin à devenir intéressant et je me suis prise au jeu de l’auteur, me disant que finalement, le bouquin n’était pas si mal, malgré le côté un peu grand spectacle.
Hélas, lors de la troisième partie, l’auteur cherche à construire sa propre version de Inception et à construire un monde de rêves rêvé par une machine. Ce n’était pas une bonne idée… l’auteur tombe dans les deux extrêmes: il part des fois dans des scénarios trop convenus ou dans le gros n’importe quoi et au bout d’un moment, non seulement je commençais à fatiguer d’un monde de rêves trop banal mais les délires de l’auteur tombaient complètement à plat et ses rebondissements étaient à peine compréhensibles.
En bref, je suis déçue, d’une idée plutôt sympathique, l’auteur s’est laissé enfermer dans un scénario assez prévisible et a préféré du grand spectacle à de la littérature intelligente. Ou peut-être que la science fiction dans ce genre me laisse indifférente.

Chroniques expresses 8

Morsure (Par le sang T0.5) de Florence Cochet

Petite nouvelle qui précède à une série, cette nouvelle distraie de manière agréable. Sans trop d’ambitions, elle arrive à présenter un univers simpliste assez rapidement avec une distinction entre différentes types de personnes ayant du pouvoir. Le personnage principal, Shyle, sans être attachante, possède assez de caractère pour qu’on ait envie de lire ses aventures. Je suis perplexe: le style est bien, les personnages sont intéressants (surtout le vampire) mais sans trop rapide pour avoir un vrai impact. Cela ne m’a pas donné envie de poursuivre sur le reste de la série.

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle

Eh bien ce livre représente tout ce que je n’aime pas dans le domaine des pseudo-essais philosophiques de développement personnel. Le récit est agréable et facile à lire mais sans aucune profondeur. Il s’agit d’un homme venu voir un « sage » qui va changer sa vie. Quelques enseignements classiques sont énoncés: on a toujours le choix, il faut vivre la vie de ses rêves et être rejeté n’est pas la fin du monde. Mais l’auteur se contente d’énoncer des platitudes sans chercher plus en avant et je suis ressortie de ce livre amusée mais certainement pas plus avancée.

C’est lundi que lisez-vous? 23

Ce rendez-vous hebdomadaire a été initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et repris par Galleane. On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu’ai-je lu cette semaine?

Le Diable s’habille en Prada de Lauren Weisberger: critique ici
Faiseur de rêves de Aude Réco: critique ici
Le casse du continuum de Léo Henry: je n’ai pas du tout aimé, de la SF hard qui se veut intelligente mais dont la fin part totalement en délire et avec un univers brumeux qui ne m’a pas convaincu
Morsure de Florence Cochet: une petite histoire sympathique et rapide à lire
L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle: un pseudo essai philosophique avec des idées assez simples mais facile à lire

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

– Blade Runner de Philip K. Dick: le début ne m’a pas enthousiasmée mais j’ai l’impression que le récit prend de l’ampleur

3. Que vais-je lire ensuite?

J’ai des ebooks des éditions Laska que je compte bien entamer.

In My Mailbox 10

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie et repris par Lire ou mourir. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Voici un livre que je voulais lire depuis longtemps (ça parle de prépa quand même…) et dès que l’auteure l’a proposé gratuitement en numérique, je me suis précipitée pour l’acquérir. En espérant ne pas être déçue!