Stupeurs et tremblements d’Amélie Nothomb

(187 pages)

Avis

Ce roman à la limite autobiographique ressemble beaucoup à un autre roman autobiographique Vipère au poing. On retrouve le même style et la même rage déguisée dans l’écriture derrière ce récit. Et pour être tout à fait honnête, je me suis laissée prendre dans son récit, j’ai très vite sympathisé avec la narratrice et je me suis laissée embarquer dans un récit qui devient de plus en plus abracadabrantesque et avec une narratrice qui prend un orgueil surdimensionné et décide d’affronter dans un combat qui n’existe peut-être que dans sa tête (ou pas?) sa supérieure hiérarchique. Plus généralement, j’ai apprécié le style, la manière dont elle s’acharne à rester dans un emploi qui ne la satisfait clairement pas et dont elle n’a pas besoin financièrement pour des raisons qui s’apparentent presque à de l’aveuglement. Elle se laisse embrigader dans cette lutte sans fin et finalement nous le transcrit plutôt bien. Quant à ses passages généraux sur les japonais(es), je ne sais pas à quel pont cela est vrai mais en tout cas elle fait tout pour ne pas donner envie d’aller au Japon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s