Discours de la servitude volontaire de La Boétie

Avis

Soyons honnête, je déteste la politique et les essais de philosophie en général ne me fascine pas. J’ai voulu essayer cette lecture, recommandée par une connaissance, parce que j’avais beaucoup entendu parler de ce livre et que l’auteur est un ami de Montaigne.

Je ne m’attendais pas à de grandes révélations, je venais juste pour découvrir quelques idées intéressantes et éventuellement quelques perspectives nouvelles à laquelle je n’avais pas pensé.

Le résumé est très simple à effectuer: l’auteur affirme que tous les hommes sont libres et que s’ils sont asservis par un tyran extérieur, cela ne provient que de leur soumission à l’autorité. Si tout de même ils n’auraient jamais eu de liberté au cours de leur vie, cela est très dommage et il faut les plaindre. En somme, les idées sont très basiques: la liberté vaut tout le reste et sans liberté, tous les avantages ne sont que des leurres.

J’avoue que j’attendais beaucoup plus de cet essai qu’un ramassis d’idées très contestables et qui n’est qu’à peine argumenté puisque supposé évident. En bref, un petit essai qui se lit difficilement non seulement à cause de la langue vieillie mais aussi à cause des idées qui se répètent.

Top Ten Tuesday 11

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e éditions sur mon blog Frogzine.

Le thème de cette semaine est:

Les 10 auteurs qui prennent le plus de place dans votre bibliothèque

C’est une très bonne question, comme j’ai une âme de collectionneuse, je suis le genre de personnes à vouloir posséder tous les livres d’une série ou d’un auteur que j’aime bien.

1/ Agatha Christie (avec non seulement ses romans/ recueils de nouvelles policiers mais aussi ses romans sous le nom de Mary Westmacott, des biographies sur elle et énormément de bouquins en général sur mon auteur favori de tous les temps)
2/ Enid Blyton (pour Oui Oui et Le Clan des Sept, mes 2 séries d’enfance)
3/ Georges Chaulet (pour la série adorée entre toutes, Fantômette)
4/ Jean-Paul Sartre (mon deuxième auteur favori après Agatha Christie)
5/ Maurice Leblanc (qui est l’auteur de mon héros de tous les temps: Arsène Lupin)
6/ Leslie Charteris et Anthony Morton (je les mets ensemble car dans ma tête, le Saint et le Baron sont de pâles imitations du cher Lupin)
7/ la série des Charmed et des Sabrina (il ne s’agit pas du même auteur mais l’histoire restait la même dans le décor et j’avais toute la collection)
8/ Dostoïevski (un auteur coup de cœur qui a vite rempli ma bibliothèque)
9/ Exbrayat (s’il y a bien un auteur policier français dont je voulais avoir tous les bouquins, il s’agit bien de Exbrayat, drôle et irrésistible dans son style)
10/ Zweig ou l’histoire du roman acheté le plus grand nombre de fois, Lettre d’une inconnue, que ce soit pour l’offrir ou parce que je ne le trouvais plus, voici un roman que j’ai besoin d’avoir dans ma bibliothèque. J’ai aussi rempli ma bibliothèque avec ses autres romans.

1Q84 T2 de Murakami

Avis

Je vais commencer par dire le plus évident, l’auteur a un style absolument incroyable qui rend le livre facile à lire et rend le monde mystérieux et déstabilisant à souhait. A partir de quelques rares éléments, l’auteur réussit à monter une ambiance étrange et le concept de vivre dans un monde décalé du monde « normal » est absolument fascinant. Il ajoute des réponses aux questions posées dans le dernier tome et permet aux lecteurs d’avancer sur l’histoire, de le satisfaire en partie. Je ne me suis pas sentie flouée à la fin du second tome et j’avais l’impression d’obtenir quelques éléments de réponse. Et puis les deux lunes, voilà un élément absolument fascinant.

SPOILERS POUR LA SUITE!!!!!

Pour le reste des commentaires, je dois avertir que je vais dévoiler de grosses parties de l’histoire. J’étais vraiment choquée par la manière dont l’auteur s’ingénie à justifier et expliquer des relations sexuelles entre des hommes dans la trentaine et des jeunes filles prépubères (avant 18 ans) et cela m’a vraiment énervée de voir à quel point l’auteur fait tout pour rendre cela normal. Toute la partie sur l’explication du prodige que doit tuer Aonamé réside dans le fait de justifier des viols sur des jeunes filles ce que je considère inacceptable. De plus, la sexualité féminine est à l’inverse vue comme perverse et propre à la débauche comme en témoigne la fin horrible de l’amie de Aonamé. J’étais un peu agacée par l’inégalité des genres non justifiée réellement par l’histoire lorsque Aonamé considère qu’elle doit se sacrifier pour Tengo et loin d’être expliqué par la suite, il faut absolument que la femme s’écrase devant l’homme alors que Tengo, également marqué par Aonamé, ne doit pas se retrouver devant un tel dilemme.

FIN DES SPOILERS!!!!!!!!!

En bref, un roman très bien écrit mais perturbant dans sa description de la sexualité féminine et des rapports sexuels entre hommes et femmes.

Parce que c’est toi de Chloé Duval

Avis

Je souhaite d’abord remercier les éditions Milady et l’auteur Chloé Duval pour m’avoir donné ce livre comme service presse et pour m’avoir ainsi fait découvrir le Canada et le monde de l’auteur.

Il s’agit d’une romance assez légère, entre Claire et Théo. Les deux se rencontrent au cours d’une sorte de chasse au  trésor (géocaching), sous l’impulsion de leurs meilleurs amis communs. Tous les deux ont eu le cœur brisé et refusent de se laisser entraîner par l’amour de nouveau. Et les deux vivent sur deux continents différents. Pourtant, après un coup de foudre immédiat, que faire?

Pour la petite anecdote, mon prénom est Claire et je me suis tout de suite identifiée avec Claire. J’ai même admiré cette Claire, qui n’hésite pas une seule seconde à se battre pour son amour, qui fait de son mieux pour régler ses difficultés, et qui en amour, réagit de manière bien plus sensée et courageuse que je n’ai jamais fait dans ma vie. Une Claire qui serait presque mon modèle tant elle est sincère et honnête dans ce qu’elle ressent. Et on comprend facilement ce que Théo et Nicolas (le classique meilleur ami amoureux) lui trouvent.

J’ai dévoré ce roman dans le train durant les quelques heures de voyage, il respire la bonne humeur, la joie et la passion pour la photographie (pour Théo) et le Canada dans le cas de Claire. J’ai aussi laissé échapper quelques larmes devant la douleur non exprimée des deux personnages qui gardent leur dignité dans tous les moments, sans se morfondre ni rester de marbre.

En bref, une romance coup de cœur, qui donne envie de se plonger dans le tome 2 qui se prépare.

C’est lundi que lisez-vous? 30

Ce rendez-vous hebdomadaire a été initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et repris par Galleane. On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu’ai-je lu cette semaine?

Parce que c’est toi de Chloé Duval: un coup de cœur, une romance étonnante à découvrir d’urgence
1Q84 T2 de Murakami: le style de l’auteur est ensorcelant mais je suis toujours aussi dérangée par sa conception de la sexualité

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

Discours de la servitude volontaire de la Boétie: assez difficile à comprendre dans la langue qu’il emploie

3. Que vais-je lire ensuite?

– j’ai un gros bouquin de littérature française et de code à lire avant le début de mon déménagement (ou au moins à commencer)

The Importance of Being Earnest de Oscar Wilde

Avis

Bon, autant le dire tout de suite, je crois que je ne suis pas sous le charme de l’humour d’Oscar Wilde. J’avoue que je n’avais pas beaucoup aimé Le portrait de Dorian Grey et cette seconde incursion dans son univers ne m’a que moyennement convaincue. J’avais l’impression de voir du Marivaux bas de gamme, où les hommes un peu riches s’amusent à duper des femmes sur des sujets triviaux comme leurs prénoms et où les femmes restent chez elles à s’exciter sur ces mêmes sujets triviaux. Certes, Oscar Wilde écrit un livre de dérision mais j’avoue ne pas m’être sentie concernée par ces frivoles gens qui n’ont rien d’autre à faire de leur vie que de s’en inventer une autre et cela rendait la plaisanterie moins drôle.

La Matinale en Cavale 3e édition

Ce week-end dernier, j’ai participé à une initiative de Short Edition. Il s’agit d’un site qui promeut la littérature courte en général, pour les poèmes, récits et même les BDs.
La Matinale en Cavale est un événement, deux fois par an, où les auteurs sont invités à écrire un récit/poème ou une BD sur un thème imposé et dévoilé le jour même de l’événement. Les auteurs doivent composer ce texte ou cette BD de 8h08 à 14h14.
Le thème de dimanche dernier: « Coïncidence inévitable ».
Bilan de cette journée: le thème est intéressant, j’avais déjà des tas d’idées: l’obsolescence programmée, la théorie du complot, le casino ou même les expériences en physique des particules. Vraie coïncidence pris par les autres comme un fait inévitable ou fausse coïncidence programmée par d’autres, il fallait choisir entre ces deux perceptions.

Voici le résultat de mes réflexions et ce à quoi j’ai abouti: Un portable sous garantie (et vous devinez tous, au titre, quelle idée a gagné…).

Jolie initiative à laquelle je me suis bien amusée en tout cas et un thème qui donne envie d’écrire!

How to Make a Living with Your Writing: Books, Blogging and More de Joanna Penn

Avis

Petite précaution du début, comme toujours avec ce genre de livres, il est destiné principalement à un marché anglophone pour des écrivains qui écrivent en anglais. Et certains arguments concernant le pour/contre de l’édition numérique ne sont pas valables en France. Notamment, le marché de l’édition française ne requiert pas d’agent et les gens, hélas, lisent beaucoup moins en numérique en France qu’aux Etats Unis par exemple. Donc, même si certains conseils sont intéressants, la plupart sont à prendre avec des pincettes. Concernant les bons conseils du roman, on a la multiplicité des sources d’argent potentiel auxquelles on ne penserait pas forcément comme les ebooks/livres audios et livres papiers à vendre. On a aussi l’idée que plusieurs romans et même une saga est plus profitable qu’un seul même parfaitement écrit ce qui est un bonne chose à se rappeler et qu’un blog met du temps à trouver son public donc l’investissement dans ce marché en tant qu’auto entrepreneur est un travail de longue haleine qui peut prendre jusqu’à six mois avant de recueillir les fruits du travail. En conséquence, j’ai apprécié le fait qu’elle insiste sur l’intérêt d’avoir de multiples sources de revenus au sein même du marché du livre et de citer quelques exemples de sources différentes comme de parler en public, des essais sur l’écriture, des formations, des livres audios, et aussi l’importance de s’inscrire dans des forums de collaboration et de participer.

Top Ten Tuesday 10

Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français pour une 2e éditions sur mon blogue Frogzine.

Le thème de cette semaine est: Les 10 romans lus ayant le plus de pages

  • Le comte de Monte Cristo de Alexandre Dumas (1168 pages): un chef d’oeuvre et un des romans qui a changé ma vie
  • Les Misérables de Victor Hugo (1600 pages): un pavé que je n’ai pas particulièrement aimé, il contient trop de descriptions historiques
  • Anna Karénine de Tolstoï (1032 pages) : un très beau roman
  • Harry Potter et l’Ordre du Phénix (976 pages): qui ne connait pas Harry Potter?
  • Illusions perdues (864 pages): un bon livre de Balzac, plutôt sympathique
  • The Eye of the World de Robert Jordan (832 pages): un bon roman de fantasy, que j’ai apprécié mais je ne suis pas allée plus loin
  • A Song of Ice and Fire de GRR Martin (780 pages): je n’ai pas été convaincue par cette série que j’ai abandonné au 4e tome (11e en français je crois)
  • L’épée de vérité de Terry Goodking (699 pages): ce livre rejoint la longue famille des romans de fantasy dont je n’ai pas lu la suite, par manque de conviction
  • Eragon de Paolini (653 pages): un livre dont je n’ai pas beaucoup de souvenirs, abandonné après le tome 1
  • Enéide de Virgile (574 pages): une déception assez forte par rapport à mes attentes et ma passion de mythologie

Cyrano de Bergerac de Edmond Rostand

Avis

J’ai entendu tellement de bien de cette pièce que je m’attendais à des monts et des merveilles. Inutile de dire qu’avec une telle attente, je ne pouvais qu’être déçue et c’est effectivement ce qui s’est passé. Je n’ai pas compris tout l’engouement autour de cette pièce, l’histoire reste très basique, la fin assez frustrante et prévisible et finalement, j’ai trouvé le langage joli mais je suis restée de marbre devant Cyrano. Une douce déception.