La quatrième fée de Brigitte Guilbau

30731377

Avis

La couverture ainsi que le titre du livre sont trompeurs: non il ne s’agit pas d’un conte de fées mais d’un récit sur une mère face à sa fille mourante et une histoire de dons d’organes.

C’est un roman sur un sujet dur, la douleur d’une mère et sa fille réduite à l’état de légumes. Est-ce que la mère sera capable de débrancher les appareils qui maintiennent sa fille artificiellement en vie? Est-ce qu’elle sera capable de faire face au père, celui à qui elle avait caché sa grossesse?

C’est un roman triste, plein d’émotions où on se retrouve attirée à tourner les pages, à espérer envers et contre tout que la fille se réveillera et plus on compatit avec la mère, plus on comprend le dilemme devant lequel elle doit trancher. J’ai trouvé que la fin était un peu facile et bien arrangeante mais encore une fois, Natacha choisit de se retirer de la vie du père pour « son bien » et on a l’impression qu’elle fuit à nouveau la confrontation. La fin laisse un goût amer dans la bouche.

Bref, un roman fort, un roman intense et un roman à recommander malgré quelques facilités scénaristiques. Ce roman pose les bonnes questions et ne donne pas forcément les meilleures réponses. Je remercie NetGalley pour ce partenariat.

Publicités

Vivre végane de Gwendoline Yzebe

30685980

Avis

Depuis que je suis devenue végétarienne (ou plutôt pescitarienne) dernièrement depuis plus d’un an à présent, j’ai eu de nombreuses réflexions désagréables de toute part et principalement de ma famille. J’ai eu le traditionnel « mais il faut manger des protéines », le vicieux « tu ne veux pas faire souffrir les animaux mais les végétaux, ça te dérange pas » et bien sûr « c’est trop bon la viande ». Bref, je comprends parfaitement à quel point cela peut être désagréable et au-delà de m’informer sur ce mode de vie que je pratique à ma manière depuis peu, je voulais avoir des informations sur les différents aliments, et les différentes manières de vivre.

J’avoue avoir été bluffée par tout ce que j’ai appris, notamment sur l’élevage des animaux, les vêtements qui viennent en partie de l’exploitation des animaux. J’ai trouvé dans ce livre tous les arguments contre les végétariens en général et les différentes manières d’y répondre. Je me suis enfin sentie moins seule dans mon coin contre des gens pour qui manger de la viande est la seule option et le seul moyen de rester en bonne santé. De plus, je me suis rendue compte de tout le chemin encore à parcourir si je voulais poursuivre dans cette voie. Malheureusement, vivre en couple et sans beaucoup d’argent de poche empêche souvent de faire des conversions aussi brutales mais être informée permet d’envisager un autre mode de vie.

Bref, ce livre est très utile à  la fois pour les végétariens (végétaliens, végans ou autres) ainsi que pour ceux qui veulent juste s’informer et il est très complet. Je remercie chaleureusement NetGalley de m’avoir permis de le lire.

Les survivants d’Aglot de Delphine Biaussat

cover

Avis

Les morts se relèvent, les zombies détruisent tout sur leur passage dans un petit village et c’est à un groupe d’humains réunis de les vaincre!

Je n’avais jamais lu de romans de zombies jusque-là et cette longue nouvelle m’a convaincue sur de nombreux points. J’ai tout de suite adoré Emily, qui se retrouve en prison malgré elle et dont on apprend l’histoire longtemps après ainsi qu’Anthony, le gardien de prison. L’histoire sous le point de vue d’Emily (et d’Anthony) donne une compréhension des personnages beaucoup plus importantes et je me suis sentie plus concernée par leur survie. Le rythme est plutôt agréable, les péripéties s’enchaînent assez vite, j’ai tourné les pages très rapidement et j’ai apprécié la fin qui est presque romantique.

J’aurais toutefois plusieurs objections à faire. Tout d’abord, ce récit est beaucoup trop court et la longueur de la nouvelle empêche de rendre les histoires d’amour qui se forment crédibles. Les personnages n’ont pas le temps d’être suffisamment approfondies et à aucun moment je n’ai senti le groupe d’humains rassemblés autour d’Emily et Anthony en danger. On ne ressent pas la peur, l’angoisse, le danger tant les événements se déroulent vite. Finalement, j’aurais aimé plus de zombies (même s’il y en a beaucoup), plus de terreurs, et plus de dangers.

Je remercie Delphine Biaussat de m’avoir offert un bon moment de lecture que je recommande.

 

Pour une chance avec toi, anthologie LGB

antholgb_petit

Avis

Cette anthologie regroupe quatre nouvelles dont trois nouvelles de romances entre hommes et une entre femmes.

La première nouvelle, Chimères, Gangsters et Informatique de Amélie Voyard-Venant, est absolument géniale. Elle est drôle, attachante, et dès les premières paroles d’Oliver à la première personne, j’adorais déjà entrer dans la vie de ce gangster. Certes, le format court n’autorise pas à approfondir comme il faut l’univers. On a une histoire de romance et une histoire de malfaiteurs en parallèle. Comme les éléments sont très nombreux, je me suis retrouvée frustrée à la fin, à la fois car l’histoire de gangster sur les statues n’est pas aboutie, la relation passe très vite d’une relation courtoise à une relation de couple sans donner du temps aux deux tourtereaux. Mais finalement, je retiendrais de cette nouvelle l’humour contagieux d’Oliver, l’impression de bonne humeur qui se dégage et c’est inoubliablement amusant.

La deuxième nouvelle Le correspondant inattendu de Viviane Faure est une histoire entre un étudiant et un jeune correspondant allemand qui se rencontre dans une soirée. Elle m’a laissée plus dubitative. J’étais gênée au début par l’âge des protagonistes. Les thématiques de fugues, d’homophobie sont mentionnées si peu approfondies que cela m’a rendue perplexes. De plus, le correspondant commence au début à vouloir donner des « récompenses sexuelles » ce qui rend le protagoniste pas forcément appréciable non plus. Bref, au-delà de mes premières impressions, je me suis tout de même laissée charmer par la romance qui se tisse au fur et à mesure. Et j’ai eu une petite larme au départ du correspondant allemand.

En ce qui concerne les deux dernières nouvelles que j’avais chroniquées antérieurement, je renvoie aux critiques: Un week-end sur deux de Magena Suret, La Princesse et le Dragon de Ivy Clark.

Et je remercie tout particulièrement les éditions Laska de m’avoir procuré ce service presse ainsi qu’aux auteurs pour ces moments de lecture!

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Schaffer

6507425

Avis

Depuis le temps que j’entendais parler de ce roman, je suis enfin contente d’avoir mis la main sur un exemplaire, d’avoir pris mon courage à deux mains et de l’avoir lu. Le titre est original, c’est pour cela que des années après en avoir entendu parler, je me suis mise à le lire. C’est un roman épistolaire qui traite de la vie des gens sur l’île de Guernesey durant la seconde guerre mondiale. Juliet, une jeune écrivaine anglaise, va correspondre par hasard avec quelqu’un de cette île et va connaître et comprendre la vie de ces personnes.

J’ai beaucoup apprécié ces touches historiques bien placées qui permettent de se mettre à la place des gens à l’époque et qui offrent une perspectives sur la vie des gens ordinaires lors de l’occupation allemande. L’histoire de Juliet sur le plan amoureux m’a mise un peu mal à l’aise, elle doit faire face à un homme charmant, élégant, qui veut juste se servir d’elle pour qu’elle soit la « femme parfaite » (c’est-à-dire toujours d’accord avec lui et pas trop bruyante) et finalement, après s’être débarrassée de ce prétendant désagréable, je n’ai pas vraiment réussi à adhérer à son histoire d’amour avec Dawsey et le fait d’adopter une fille (parce que bon, il faut bien qu’elle ait un enfant et un mari avant la fin de l’histoire) ne m’a pas semblé très crédible. J’ai eu du mal certaines fois à discerner entre les différentes personnages, les différents « je » dans chaque lettre.

Bref, l’histoire est bien écrite, la partie historique est agréable mais je suis restée sceptique sur la vie de Juliet.

Azami de Aki Shimazaki

23607898

Avis

Voici un petit livre qui me rend perplexe. J’ai apprécié le style très sobre et entraînant ainsi que la manière dont l’auteure construit ses personnages. J’ai détesté tout le poids du machisme ambiant. Le personnage principal, Mitsuo, travaille dans une entreprise et a une famille dont une femme avec qui il n’a plus aucune relation sexuelle. Il se sent DONC obligé d’avoir voir des prostituées ailleurs (déjà cela me répugnait et ne me donnait pas envie d’apprécier ce personnage). De plus, il va entreprendre une liaison adultère avec une femme qu’il a aimée autrefois. Cette femme est devenue mère célibataire et vit d’un travail de serveuse et de prostituée, car évidemment, quelle autre boulot pourrait effectuer une mère seule? Finalement, sa femme qui apprend la liaison décide de rompre mais change d’avis en cours de route car Mitsuo se rend compte de ses erreurs. Entre temps, sa femme n’a pas cessé de s’occuper de ses enfants tout en faisant fructifier une entreprise et on se demande même si Mitsuo se rend compte qu’il a des enfants. En tout cas, on n’entend peu parler de l’éducation que lui-même devrait donner à ses enfants.

Bref, je n’ai pas aimé le protagoniste ni l’image que j’avais de la société japonaise et des pressions exercées sur les femmes pour s’occuper des enfants et pour être dépendante financièrement. Je suis complètement passée à côté de ce roman, trop occupée à ruminer sur les injustices sociales vis-à-vis des femmes.

La sixième corde de Benjamin et Caroline Karo

cover

Avis

Tout d’abord, j’étais fascinée par l’idée de l’intrigue: revoir tous ces exs pour pouvoir enfin tourner la page avant le mariage. C’est l’histoire d’Arnaud, un homme heureux en couple, amoureux et prêt pour une fois à se marier avec Emma, la femme de sa vie. Pourtant, il va amener ses amis dans un voyage mouvementé pour revoir toutes les anciennes femmes de sa vie.

J’avoue que j’ai particulièrement aimé les passages où il revoit chacune des exs. A chaque fois, je me demandais quelle allait être la réaction de chacune et à chaque fois, on sentait les émotions du narrateur. Ce roman m’a vraiment fait réfléchir à mes propres choix amoureux et au fait qu’essayer de remuer le passé ne permet pas forcément de mieux se sentir.

J’étais beaucoup plus prise dans le tourbillon des émotions d’Arnaud devant les femmes qu’il avait aimées autrefois, que dans le voyage en tant que tel avec ses amis et j’ai lu assez rapidement chaque chapitre pour découvrir comment allait se dérouler chaque rencontre. Le point faible pour moi était le contraste entre les beuveries de la bande d’amis, qui ne m’ont pas passionnées avec la force émotionnelle des histoires d’amour.

J’ai adoré la manière dont Emma a passé ses journées pendant que son amoureux cavalait à travers le passé, j’avoue que ce sujet m’avait effleuré l’esprit plusieurs fois et j’étais contente de la manière dont les auteurs ont résolu cette intrigue. J’étais cependant perplexe par la fin ouverte.

Bref, cette lecture que j’ai dévorée m’a permis de me plonger dans le passé et m’a plongée dans les émotions du narrateur. Je remercie tout particulièrement Benjamin Karo pour m’avoir proposé ce beau moment de lecture.

Bilan mensuel de cet été

Pour une fois, je vais condenser le bilan des deux mois en un seul car je n’ai pas eu l’occasion d’avoir le wifi de nombreuses fois en vacances.

Activités du blog:

  • 21 articles publiés
  • 97 visiteurs et 214 visites
  • 20 livres lus

Dans mes coups de cœurs:

J’ai lu beaucoup de très bons livres et voici les 6 livres qui m’ont le plus marquée cet été, cela va de la romance pure, à l’historique autobiographique en passant du policier et de l’espionnage.

J’inaugure aussi une partie consacrée à l’écriture qui va remplacer le point écriture hebdomadaire. J’ai travaillé sur deux romans en parallèle:

  • La vengeance du poulpe (SF humour): +130 mots, 23 053 mots au total
  • La destructrice de couples (Fantasy mythologique): +5795 mots, 17152 mots au total

J’ai profité de mes vacances pour reprendre un vieux roman mythologique que j’avais laissé tomber il y a plusieurs années.