Bilan de l’année 2016

Pour cette deuxième année de blog, voici les différentes statistiques de cette année:

  • 2101 visites avec 1054 visiteurs
  • 148 articles publiés

En ce qui concerne le bilan des livres:

  • 89 livres lus
  • de nombreux partenariats dont NetGalley, les éditions Laska, les Matchs de la Rentrée littéraire avec PriceMinister, des auteurs autoédités comme Aude Réco,

Et dans les belles découvertes

271551831 cvt_une-bouffee-de-mort-les-grands-maitres-du-roman-p_6570 1397743 120623 30648311 cover 1423513 cover 5167syypbtl-_uy250_ 30300151 22389101

Publicités

Le cœur possesseur de Aude Réco

cvt_le-coeur-possesseur_7757

Le narrateur, un homme banal au demeurant, retourne dans son village natal et retrouve son frère jumeau. Mais que cache donc ce village aux sombres secrets?

Tout d’abord, l’écriture est jolie, ce qui est d’autant plus important que l’ensemble du petit roman repose sur l’ambiance. On ressent le narrateur traqué, observé et le roman est parcouru d’un style nerveux. J’avoue que je n’ai pas réussi à sympathiser avec le narrateur qui se jette sexuellement sur son frère jumeau sans se remettre une seule fois en question. On sent le désir narcissique derrière avant même la résolution de l’intrigue. Cela ne m’a pas trop aidé puisque même si le narrateur va interroger plusieurs personnes, j’ai trouvé qu’il restait globalement passif en attendant la fin de l’intrigue.

En ce qui concerne la résolution de l’intrigue, je l’ai trouvé assez confuse, cela ne m’a pas totalement convaincue et j’ai dû relire plusieurs fois pour être sûre de n’avoir rien manqué.

En bref, ce roman possède une ambiance sombre à souhait, des personnages antipathiques et une résolution trop rapide à mon goût. Je remercie Aude Réco pour son cadeau de Noël qui donne une nouvelle saveur à cette neige de Noël qui vient enfin de tomber sur ma ville.

 

Femme! de Natalie Angier

97822210903501

Cet essai m’a été recommandé par mon copain et pour de bonnes raisons. Il s’agit d’un bouquin qui parle de tous les attributs sexuels féminins, comme les seins, le clitoris ou autres,  et de tout ce que les gens (surtout les femmes) ignorent ou croient.

J’avoue que j’ai beaucoup appris, et c’est rafraîchissant de mettre un terme à tous les clichés environnants et d’avoir un livre entier consacré à tout ce qui est, en général passé sous le tapis. Le livre est globalement écrit sous un point de vue biologiste et j’avoue que les spécificités ne m’ont pas toujours intéressés (la biologie n’étant pas mon point fort) mais le livre arrive à partir d’exemples précis et de questionnements sur les pseudos-évidences à construire une identité communautaire de femmes. Que même les hommes peuvent apprécier d’après témoignage personnel.

Bref, un joli essai qui donne des bases scientifiques sur des revendications féminines.

Cycle Auschwitz et autres atrocités (1)

Au cours de ma licence de lettres, j’étais amenée à lire une série de livres sur Auschwitz, le génocide au Rwanda et les goulags en Russie. J’ai décidé de regrouper certains livres qui permettent d’envisager différents aspects de chaque thème.

Pour ce premier cycle, j’ai regroupé un livre de Primo Levi, Les naufragés et les rescapés avec une bande dessinée d’Art Spiegelman, Maus.

275729 15195

Le livre de Primo Levi présente une série d’interrogations à la suite de son témoignage. Il s’agit d’une réflexion sur ce qui s’est passé. De manière intéressante pour notre époque, il rappelle que si on peut se demander pourquoi les déportés ont accepté leur situation, et pourquoi ils ne se sont pas révoltés, ces déportés n’avaient même pas le loisir ni l’énergie pour envisager une quelconque action de révolte. Et ceux qui l’ont fait n’ont pas vécu assez longtemps pour en discuter.

Dans le cadre de Maus, la bande dessinée présente les juifs comme des souris. Je dois tout d’abord signaler que n’étant pas moi-même observatrice, j’avais du mal à distinguer les différents personnages. De plus, je n’aime pas particulièrement le support bande dessinée ce qui est totalement subjectif de ma part. Tout cela pour dire que j’étais moins touchée par les témoignages de Spiegelman que par ceux de Primo Levi en raison du support. Les situations des deux écrivains sont différentes: Primo Levi, en tant que juif italien, est déporté à Auschwitz et se retrouve confronté dans un pays avec une autre langue et devant se battre au sein de règles différentes. La problématique de l’incompréhension linguistique est souvent évoquée et cruciale dans son témoignage.

Pour Maus, il s’agit de juifs polonais dont la situation se dégrade au fur et à mesure des années et des nouvelles lois, on ressent l’étau qui se resserre autour de ces juifs et cette escalade dans la violence et l’antisémitisme est bien décrite. Le point de vue intérieur au régime nazi est poignant au-delà d’Autschwitz et rend bien compte de l’isolement des juifs à l’intérieur du régime.

Bref, entre une bande dessinée et une réflexion sur la Shoah, les différents  points de vue permettent de se rendre mieux compte des différentes problématiques et des différentes situations.

Si c’est un homme de Primo Levi

120623

Avis

Voici un très beau roman que je redoutais de lire. Je m’imaginais un livre déprimant sur le génocide juif pendant la seconde guerre mondiale, et je me suis retrouvée devant un auteur de génie.

J’ai beaucoup appris sur le système des camps de concentration, et j’ai surtout beaucoup apprécié le ton neutre du narrateur. Il arrive à la fois à nous imprégner de l’horreur des camps tout en se gardant de juger qui que ce soit. Et les chapitres sont arrangés de telle manière que j’avais besoin de finir tout le roman le plus vite possible et j’y ai même passé une nuit. Même si les fins sont tragiques pour tous, sauf pour le narrateur qui a réchappé, le narrateur cherche à éveiller les consciences, à donner un témoignage vibrant plutôt que larmoyant et loin de finir en larmes après la fin du livre, j’avais plutôt envie d’en savoir plus pour mieux connaître les ennemis et les hontes du passé.

Ce livre est donc une réussite totale, un témoignage accablant et non accablé et surtout une belle oeuvre de littérature.

Duncan (Les Néo-Gaïens T3) de Florence Gérard

cover

Avis

Dans ce tome 3, on se focalise sur Duncan, surnommé Big D et sur ces efforts pour sauver le frère de Keira, dont il va tomber amoureux.

Ce tome est complètement du point de vue de Duncan, et j’ai beaucoup apprécié l’alternance entre les journaux intimes sur ces rêves et le présent, cela donne un suspense supplémentaire. Les passages entre les chapitres sont très rythmés, à tel point que j’ai dévoré ce livre en quelques jours à peine. On continue sur l’idée de l’âme sœur et sur l’idée que l’amour permet d’éviter la folie, j’avoue que ce point de vue me plaît de plus en plus. On n’apprend pas grand chose de plus sur l’univers mais j’aime toujours cet univers futuriste noir et la mission de sauvetage tient en haleine du début jusqu’à la fin.

En ce qui concerne la romance, le sujet qui me pose problème, je trouve que la relation entre Keira et BigD n’est pas assez développée et se déroule trop rapidement, elle semble superficielle et fondée que sur le désir ce que cherche par ailleurs à démentir le roman.

En conclusion, ce tome est toujours aussi satisfaisant en terme d’ambiance, de contexte, et d’intrigues mais il pêche toujours au niveau de la relation amoureuse. Ce tome est agréable dans la continuité des précédents. Je remercie les éditions Laska pour m’avoir fourni ce service presse.

Bilan mensuel de novembre

Activités du blog:

  • 6 articles publiés
  • 75 visiteurs et 115 vues
  • 6 livres lus dont une saga en 5 tomes

Mon livre préféré sera:

30648311 Un roman contemporain/historique absolument génial, drôle et décalé sur le principe: et si les personnages historiques revenaient nous voir?

En ce qui concerne le point écriture:

  • J’ai continué timidement à écrire sur mon roman La destructrice de couples, je suis actuellement à 18 040 mots avec +500 mots ce mois-ci.
  • J’ai écrit deux petits textes, un de 290 mots pour l’appel à texte érotique du blog Stellatanagra avec des mots imposés et un maximum de 300 mots (dernier délai: 12 décembre 2016), et un autre également de 290 mots (1 665 sec) pour l’appel à texte de l’Académie de l’Imaginaire, qui imposait un texte de maximum 2 mille signes pour le 20 décembre.