Chroniques expresses 10

24951307

Ce livre a en partie souffert du fait que je l’ai lu entre un livre sur le génocide juif et un autre sur le génocide rwandais. Le protagoniste est pour ma part tout à fais détestable. Il n’hésite pas une seconde ni à mentir à une vieille dame sur sa famille, ni à abandonner une femme enceinte de son enfant pour finalement la reprendre un peu de temps après comme une charité. Le roman est très court et se lit assez vite, il raconte l’histoire de Madame Ming, une employée d’hôtel pour les toilettes, qui retrace l’histoire de ses dix enfants dans une Chine empreinte de l’enfant unique. Est-elle affabulatrice et sinon, comment a-t-elle réussi cet exploit? On s’en doute, la réalité est bien décevante et l’intrigue très mièvre. Bref, un livre à lire rapidement mais qui ne marquera pas les esprits.

16154214

La BD est très courte et agréable à lire malgré les difficultés que j’ai parfois eues à cerner les personnages. L’intrigue est simple: les anglais ont trouvé un français et veulent lui intenter un procès. La BD est justement trop courte pour une vraie réflexion philosophique mais l’auteur s’en sort quand même avec une histoire amusante qui dénonce les préjugés et finit par l’humiliation des anglais. Bref, une BD telle qu’on les aime, nous les français!

silex-and-the-city-tome-7-poulpe-fiction

Et si Marine Le Pen était élue? Voilà la question de base à laquelle cette bande-dessinée essaie de répondre. Cette BD qui se veut une critique des idées du Front National sous couvert de personnages paléolithiques. Malheureusement, la critique est trop transparente et le sarcasme se perd dans une transposition trop simple avec finalement une caricature qui peine à faire sourire. Bref, une analyse pas assez intelligente de la situation actuelle en France (quelques semaines d’ailleurs avant l’élection présidentielle).

Publicités

Cycle Auschwitz et autres atrocités (1)

Au cours de ma licence de lettres, j’étais amenée à lire une série de livres sur Auschwitz, le génocide au Rwanda et les goulags en Russie. J’ai décidé de regrouper certains livres qui permettent d’envisager différents aspects de chaque thème.

Pour ce premier cycle, j’ai regroupé un livre de Primo Levi, Les naufragés et les rescapés avec une bande dessinée d’Art Spiegelman, Maus.

275729 15195

Le livre de Primo Levi présente une série d’interrogations à la suite de son témoignage. Il s’agit d’une réflexion sur ce qui s’est passé. De manière intéressante pour notre époque, il rappelle que si on peut se demander pourquoi les déportés ont accepté leur situation, et pourquoi ils ne se sont pas révoltés, ces déportés n’avaient même pas le loisir ni l’énergie pour envisager une quelconque action de révolte. Et ceux qui l’ont fait n’ont pas vécu assez longtemps pour en discuter.

Dans le cadre de Maus, la bande dessinée présente les juifs comme des souris. Je dois tout d’abord signaler que n’étant pas moi-même observatrice, j’avais du mal à distinguer les différents personnages. De plus, je n’aime pas particulièrement le support bande dessinée ce qui est totalement subjectif de ma part. Tout cela pour dire que j’étais moins touchée par les témoignages de Spiegelman que par ceux de Primo Levi en raison du support. Les situations des deux écrivains sont différentes: Primo Levi, en tant que juif italien, est déporté à Auschwitz et se retrouve confronté dans un pays avec une autre langue et devant se battre au sein de règles différentes. La problématique de l’incompréhension linguistique est souvent évoquée et cruciale dans son témoignage.

Pour Maus, il s’agit de juifs polonais dont la situation se dégrade au fur et à mesure des années et des nouvelles lois, on ressent l’étau qui se resserre autour de ces juifs et cette escalade dans la violence et l’antisémitisme est bien décrite. Le point de vue intérieur au régime nazi est poignant au-delà d’Autschwitz et rend bien compte de l’isolement des juifs à l’intérieur du régime.

Bref, entre une bande dessinée et une réflexion sur la Shoah, les différents  points de vue permettent de se rendre mieux compte des différentes problématiques et des différentes situations.

Allô, Dr Laura de Nicole J. Georges

27420643

Avis

C’est l’histoire d’une jeune fille lesbienne qui raconte son histoire d’amour avec Radar, son groupe de musique et la relation ratée qu’elle a avec sa mère. Je partais sans aucun a priori, j’avais même oublié le sujet de la BD et j’étais prête à m’embarquer dans l’aventure sans repères. J’ai commencé à lire cette BD après minuit et je l’ai fini en une traite, en à peine une demi-heure.

Je me suis plongée dans l’histoire et j’ai eu un gros coup de cœur. L’héroïne est drôle, amusante et toujours de bonne humeur. Les relations amoureuses sont traitées avec beaucoup de sensibilité et cette BD rappelle une certaine nostalgie et une ambiance de la jeunesse. Elle m’a ramenée quinze ans en arrière et j’ai apprécié le côté très dynamique des flashbacks. L’auteure choisit de raconter des périodes courtes qui racontent chacun une partie de la vie de l’héroïne ce qui rend la BD très rapide à lire et très agréable.

En conclusion, j’ai adoré le sujet, j’ai adoré l’héroïne et son caractère, j’ai adoré la mise en page donc c’est une réussite totale.

De beaux moments de Jim

27775439

Avis

Pour la première fois de ma vie, je me suis retrouvée à lire une BD à deux (avec mon copain) et c’était une expérience géniale.

Il s’agit d’une BD type anecdotes, où chacune des anecdotes très rapide prête à sourire, et l’image est jolie.

J’avoue que j’ai du mal à critiquer des petits livres, encore plus s’il s’agit des BDs donc je resterais avec un bref commentaire: j’ai adoré, lire à deux est magique et elle m’a mise de bonne humeur.

Shenzhen de Guy Delisle

Avis

Difficile de commenter ce livre, il s’agit d’un récit sur le voyage en Chine de l’auteur et pendant tout ce voyage, l’auteur insiste sur la monotonie de ses journées, sur le fait que que les chambres d’hôtels sont impersonnelles et sur son incompréhension permanente. Je lis assez rapidement les BDs en général et cette bande dessinée ne constitue pas une exception mais j’étais quand même bien frustrée. Je m’attendais à plus de tentatives de sa part de comprendre les coutumes chinoises et à plus de ressentis sur la différence entre les cultures et on passe trop de temps à le voir seul ou à le voir bien désœuvré à expliquer à quel point il s’ennuie. Et dans un sens, son ennui est plutôt bien transcrit puisque j’ai trouvé ce livre assez terne et longuet. Il ne raconte que peu de choses et même si son voyage à lui s’est passé sans événements à raconter, j’ai trouvé le récit pesant.

Bref, une déception et l’impression que l’auteur n’avait pas grand chose à dire.

Persepolis de Marjane Satrapi

   

Avis

Tout d’abord mon opinion est clairement biaisée pour plusieurs raisons importantes: je connais bien l’histoire de l’Iran donc je ne suis pas là pour en savoir plus, je n’apprécie pas les BDs en général et j’avais déjà vu le film inspiré de cette BD il y a quelques temps.

Pour toutes ces raisons, je dirais que mon avis restera mitigé au final. Les dessins sont jolis mais l’histoire en elle-même reste assez basique et j’ai trouvé que les personnages restaient assez stéréotypés et tout s’enchaîne de manière assez rapide. Il s’agit d’une petite fille qui grandit dans un régime de plus en plus menaçant et qui va partir plusieurs fois de son pays. Au début, l’histoire reste assez mignonne avec un côté un peu naïf exacerbé par l’âge du personnage et au fur et à mesure qu’elle avance en âge, j’étais très agacée par son côté suiveuse à Vienne où elle se laisse facilement entraîner par les autres camarades et j’ai éprouvé une sympathie pas très grande pour Marji.

Malgré tout, c’est une lecture agréable, facile et cela permet de montrer les iraniens au-delà de la théocratie actuelle en Iran.

Un océan d’amour de Lupano et Panaccione

Avis

Tout d’abord, merci à PriceMinister de m’avoir envoyé la BD dans le cadre de l’opération La BD fait son festival. Il s’agit d’une BD très originale, sans aucun dialogue. L’histoire, finalement assez facilement compréhensible, part dans l’absurdité totale.
Personnellement, je suis plus en faveur de l’intrigue que de la beauté des images et cette BD me prend complètement au dépourvu. L’intrigue part dans tous les sens, va dans des directions qu’on n’imagine même pas et finit de manière très conventionnelle alors que les images gardent une beauté et un charme presque inévitable.

Bref, je ne suis pas dans la cible de la BD, je n’ai pas adoré mais je me suis laissée bercer par les images et malgré moi, j’ai apprécié ma lecture.