ça fait marrer les oiseaux qui s’envolent de Dominique Jonin

cover

Je n’ai pu m’empêcher de réécouter la chanson de Francis Cabrel avant de commencer la chronique de ce roman complètement délirant.

L’idée de base est assez folle : la protagoniste se met à voir des sosies de chanteurs français des années 80 partout et y compris dans son entourage proche, mais que lui arrive-t-il ? En général, ce type de romans à la Gogol réussit lorsque deux éléments sont réunis : il faut se prendre suffisamment au sérieux et avoir un dénouement cohérent. J’ai la surprise de vous dire que ce roman réussit parfaitement des deux côtés. L’histoire est poursuivie avec beaucoup de cohérence et de profondeur malgré le côté complètement ridicule de l’intrigue. Ce livre donne envie de sourire pendant toute l’exécution. De plus, la fin est géniale et clôt parfaitement cette histoire de sosies sans aller dans la facilité.

J’ai un petit regret à ce sujet d’ailleurs, je n’ai pas reconnu toutes les chansons car je ne suis pas particulièrement une fan de cette époque et je pense que cela aurait rendu l’expérience de ce livre bien meilleure.

Bref, même si le livre est trop court, il s’agit d’une idée brillante exécutée exactement comme il le faut pour laisser le lecteur avec un grand sourire du début jusqu’à la fin. Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce roman.

Publicités

La dame qui poussait un fauteuil roulant avec personne dedans de Brigitte Lécuyer

cover

Pour être honnête, le titre me rendait un peu perplexe, je ne comprenais pas bien s’il s’agissait d’un trait d’humour ou d’une vraie intrigue basée sur ce concept. Le début du roman m’a vite rassurée, il s’agit d’un roman contemporain tout à fait classique et on retrouve la plume inimitable de Brigitte Lécuyer, autrice que j’avais déjà eu la chance de lire plusieurs fois.

Le livre nous plonge dans le quotidien d’une femme qui vient de subir un accident et on découvre autour d’elle et à travers elle les traces de son passé douloureux. J’ai beaucoup aimé la manière dont l’autrice mêle le présent et le passé avec élégance, sans jamais s’embrouiller. Ceci permet de bien comprendre les non dits, les comportements de chacun. De plus, on en apprend petit à petit, comme une sorte d’intrigue policière où les éléments nous sont révélés au fur et à mesure et cela nous permet de bien réaliser l’impact du passé.

J’ai dévoré ce livre en quelques jours et la fin m’a bouleversée, l’autrice réussit à faire un retournement de situation à quelques pages de la fin qui permet de fermer la boucle avec élégance. On se sent comme chez soi dans cette famille et j’avais presque envie de prolonger ces moments d’intimité dans le livre.

Bref, un roman touchant, trop court, écrit avec justesse et élégance et qui donne envie de passer du temps avec une famille touchée par les drames. Je remercie Bookless éditions et la plateforme Simplement Pro pour ce beau roman.

De l’angoisse à l’harmonie de Patricia Penot

cover-4.jpg

Ce livre de développement personnel cherche à trouver un équilibre instable entre enseigner la sophrologie aux lecteurs et écrire une histoire engageante qui permet de satisfaire le lecteur.

Malheureusement, je ne suis pas convaincue que l’équilibre soit atteint dans ce roman. En effet, il y a de longs passages de documentation qui brisent l’équilibre et sont assez fatigants dans un roman que je pensais plus divertissant. Ces passages qui ont l’air de venir d’autres récits sont calqués dans le roman sans être intégrés de manière fluide et je les ai trouvés très longs.

De plus, la protagoniste qui découvre la sophrologie est trop transparente, je n’ai pas adhéré au personnage qui m’avait l’air un peu caricatural et sans vraiment d’autres intérêts que nous faire découvrir la sophrologie. Je n’ai donc pas vraiment adhéré à son cheminement un peu trop scolaire.

Finalement, j’aurais préféré un livre franchement informatif sur la sophrologie plutôt qu’un mélange bâtard où les événements semblent uniquement se conformer aux préceptes qu’on veut nous faire comprendre.

Bref, un livre de développement personnel informatif qui en oublie un peu le côté roman et fiction. Je remercie les éditions Publishroom ainsi que la plateforme Simplement Pro pour ce roman.

 

Dans le rouge de Rémy Genet

cover

Je m’attendais à un livre de développement personnel qui discute des processus du burn out en entreprise et éventuellement des manières de s’en sortir. J’ai donc été assez déstabilisée de voir que ce livre traite plutôt d’un employé qui se drogue et qui s’épuise dans un travail stressant.

J’ai trouvé que le livre expliquait bien les mécanismes de la drogue et les effets dans le but de mettre cela en parallèle avec le milieu du travail. Malheureusement, Antoine est effectivement conçu pour être quelqu’un de peu sympathique qui s’enferme dans une spirale sombre et j’ai eu beaucoup de mal à le suivre. Je n’ai pas réussi à adhérer à ses délires, et j’étais un peu choquée par les quelques scènes de sexe que je ne m’attendais pas à trouver.

Ce livre est un livre sans concessions, qui montre la déprime telle qu’elle est et qui ose aller jusqu’au bout de son propos en tenant un discours assez sévère sur l’entreprise et les pratiques managériales de certains.

Bref, un livre très bien conçu que j’ai trouvé un peu trop sombre pour que j’arrive à l’apprécier pleinement dans mon état d’esprit actuel. Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce service presse.

Pleure pas! de L.B.

cover

Il s’agit d’une histoire autobiographique assez émouvante et assez forte. Malgré les abus subis par la jeune fille, malgré la pauvreté et l’alcoolisme, la femme que l’autrice est devenue a réussi à se faire une place dans ce monde.

Son témoignage m’a énormément touchée. J’ai connu une existence assez protégée et c’est assez terrible de se rendre compte de la jeunesse brisée que peuvent connaître d’autres personnes. La narratrice raconte tout sans édulcorer avec une violence pour son âge de l’époque qui fait mal à lire. Cela fait au moins plaisir de voir que c’est possible de s’en sortir malgré tant de violence et cela permet de relativiser sur ses propres incapacités.

Bref, une leçon de vie d’une enfance difficile sur une femme qui n’a jamais perdu les bras et a réussi à s’en sortir malgré tous les pronostics. Je remercie l’éditeur et la plateforme Simplement Pro pour ce témoignage.

Shiri ya mwari de Nicolas Elie

shiri-ya-mwari

Ce livre raconte l’histoire de deux personnages très différents : un homme cruel, ancien soldat qui vient du Zimbabwe et qui tue sans remords de nombreuses personnes et une femme française, fille d’un des soldats français. L’auteur est particulièrement doué et talentueux pour nous faire rentrer dans l’esprit du protagoniste, Issa, ce tueur en série qui se prend pour l’oiseau sacré. J’ai également eu l’agréable surprise de voir que les éléments africains évoqués dans ce roman sont véridiques notamment en ce qui concerne la légende de l’oiseau sacré.

L’auteur a réussi l’exploit de me faire comprendre et même sympathiser avec un psychopathe et cela rend ce livre extrêmement sombre, bien écrit et bien ficelé. J’ai trouvé le groupe de personnages autour d’Elizabeth, les braves soldats français reconvertis dans des milieux moins difficiles, un peu moins développé que l’histoire d’Issa qui m’a intéressée dès le début. La fin est assez sombre et cruelle, à l’image de tout le roman et je ne m’attendais absolument pas à ce que l’auteur aille jusqu’au bout de son propos.

Bref, je ne m’imaginais pas un seul instant avoir une fascination et une sympathie pour un protagoniste aussi psychopathe et cruel mais l’auteur m’a surprise dans le bon sens du terme. Ce personnage a une telle profondeur de caractérisation et d’écriture que je me suis laissée emporter par son histoire.

Je remercie Évidence Éditions pour ce beau livre.

Le bonheur d’Anna T1 de William Alcyon

cover

Il s’agit d’un roman bouleversant. L’histoire commence fort, avec Anna qui perd son compagnon à la suite des attentats de Nice de 2016 et qui reste en vie de manière miraculeuse. Son deuil est traité avec beaucoup d’humilité et de réalisme, cela lui prend plus d’un an avant de songer à vivre à nouveau et c’est un personnage que j’ai pris en sympathie très rapidement.

Par la suite, les différents points de vue dynamisent énormément ce roman qui devient très addictive. J’avais du mal à m’arrêter de le lire pour dormir. Ce livre place une sorte de gourou à un moment, William, mais désamorce assez rapidement ce chemin, comme si Anna doit trouver par elle-même le chemin du bonheur. J’ai par ailleurs adoré la confrontation entre ce qu’on nous présente comme un pseudo-gourou et Anna.

J’ai aussi beaucoup apprécié le fait que même si on nous présente un possible nouvel amoureux d’Anna, cela n’est pas précipité et le livre nous laisse du temps pour laisser place à une nouvelle romance. Le point fort de ce roman est la rencontre de Jacques Vaillant, le vieil homme encore capable d’apprécier la vie et la jeune femme Anna, qui a du mal à surmonter sa dépression. Leur cheminement est extrêmement bien décrit, émouvant et on a pas souvent l’occasion de laisser autant de place dans les romans à des hommes plus âgés de cette manière aussi touchante.

Bref, j’ai adoré ce roman et j’ai hâte de lire la suite ! Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce beau roman.

L’auteure et autres nouvelles de Brigitte Lécuyer

cover

Un recueil de nouvelles inégales mais avec un joli style, j’ai adoré certaines nouvelles et j’ai trouvé que d’autres se finissaient avec moins de panache que prévu. Je vais détailler mon avis pour chaque nouvelle.

La nouvelle qui donne le titre du recueil fait partie de celle que j’ai le moins aimé, il manque une bonne fin car l’ensemble de la nouvelle laisse à espérer une chute incroyable avec cette écrivaine et on s’attend à tout sauf à cette fin en demi-teinte. Ismaël fait aussi partie des nouvelles que j’ai le moins aimées mais pour des raisons plus personnelles, elle est très dure et même trop pour moi.

La soupe aux orties est une nouvelle drôle, agréable, avec une certaine joie de vivre. J’ai adoré L’enterrement de Jerry, surtout pour ce personnage de Jerry très sympathique. La nouvelle Le voyage éclair de la virgule est drôle, absurde, et amusante. Mon coup de cœur restera La nuit de mon anniversaire, avec une noirceur maîtrisée et une nouvelle avec une chute exemplaire. Je me suis identifiée à ce pauvre Bastien l’apprenti poète qui perd toutes ses illusions dans sa carrière littéraire. Toutes ces nouvelles jouent avec une ambiance familiale et ont un ton à la fois drôle et surprenant.

En bref, j’ai adoré toutes les nouvelles « familiales » qui avaient un ton juste et drôle et même noir pour certaines, j’ai moins aimé les deux premières. Je remercie les éditions Bookless et la plateforme Simplement Pro pour ces jolies nouvelles.

 

 

 

L’Habit ne fait pas le moineau de Zoé Brisby

cvt_lhabit-ne-fait-pas-le-moineau_8849

J’ai sérieusement, totalement, complètement adoré le titre. J’ai dû le répéter dix fois à mon copain pour qu’il comprenne la blague. Deux personnages se rencontrent: une vieille dame qui veut être euthanasiée (Maxine) et un dépressif (Alex). Ce qui devait être une simple balade de la maison de retraite à la Belgique devient une course-poursuite entre la police et la voiture d’Alex et ce pauvre Alex en voit de toutes les couleurs.

J’ai adoré dès le début les deux personnages et surtout la vieille dame pour qui je me suis prise d’une affection immédiate. Elle est drôle, sympathique, amusante et c’est tellement rare de voir des vieux dans les romans qu’elle apparait comme une bouffée d’air frais. Le personnage d’Alex est plus classique et même si j’ai esquissé quelques sourires devant ses malheurs, Maxine remporte la palme du personnage le plus incroyable entre les deux. Elle est celle qui vivifie le roman et qui permet de garder le sourire.

Bref, il faut lire ce roman qui est drôle, et donne envie de regarder la vie d’un œil moins désespéré. Je remercie l’autrice et la plateforme Simplement Pro pour ce magnifique roman.

Les nouvelle de l’été – Le jour (Anthologie)

cover

Cette anthologie m’a surprise par la qualité d’écriture d’absolument toutes les nouvelles, ce recueil était un régal à lire et m’a permis de rappeler un peu l’été dans une saison d’automne bien morose et froide.

Humdrum!  Le début est très rythmé, très mouvementé et incroyablement bien écrit. Je me suis tout de suite prise de compassion pour cette femme débordée et je me suis sentie à l’aise et admirative devant son courage et son audace. La suite de l’histoire était un peu décevante et convenue à mon goût mais le début est génial.

Une simple cabane J’ai beaucoup aimé le mystère qui s’éclaircit petit à petit ainsi que l’ambiance familiale qui se dégage de cette nouvelle. Un peu d’aventure pour les jeunes dans cette histoire.

Voyage de noces entre amies Clara est un personnage fascinant et on a le droit à une petite visite exotique de l’Australie avec une célébration de l’amitié. Cette nouvelle respire la joie de vivre malgré son postulat triste de départ.

Itinéraire bis Cette nouvelle est très prenante, elle commence fort dès le début puis laisse planer le doute et une ambiance un peu menaçante pendant tout le long de la nouvelle. Et la fin permet vraiment une chute élégante.

Des vacances étonnantes: une jolie excursion entre adolescents avec les premiers émois et les premières rencontres amicales et amoureuses sérieuses, une nouvelle douce-amère d’une grande simplicité et d’une beauté remarquable

Un été indien: j’ai eu plus de mal avec cette nouvelle qui parle d’une femme française en Inde et qui donne l’impression désagréable qu’une femme ne peut qu’être harcelée sexuellement par tous les employés qu’elle rencontre. Bref, une nouvelle bien écrite qui laisse un goût amer dans la bouche

Retour aux sources: je trouve cette nouvelle un peu déséquilibrée, le couple présenté au début est intéressant, la partie où le protagoniste revient sur son lieu natal est également joliment amené, l’histoire de François à la fin est touchante mais je trouve le lien entre les trois assez faible et pas assez travaillé

Trois semaines en août: encore une histoire d’adolescents bruyants qui s’amusent, d’une mère débordée et de tension de famille, c’est bien écrit et ça se lit tout seul.

Vichy été 1856: La seule nouvelle du recueil qui m’a laissée dubitative et que je n’ai pas du tout aimé. J’avais l’impression d’avoir une longue description en face de moi sans aucune intrigue et j’ai passé rapidement sur cette nouvelle.

Je remercie les éditions du Saule et la plateforme Simplement Pro pour ce joli recueil coloré qui donne envie de partir en vacances.