Avez-vous un bon médecin? de Philippe Humbert

39290683

Ce livre explique selon un docteur en médecine comment les médecins et les patients devraient se comporter lors d’une consultation. Le ton est assez paternaliste et désagréable donc certains pourraient trouver le livre assez difficile à lire. De plus, certaines pages sont remplies de baratin technique qui m’a rebuté à certains moments.

Cependant, j’ai apprécié à la fois les critiques ciblées contre les médecins qui ne prennent pas le temps d’écouter leurs patients et contre les patients qui ne donnent pas les bonnes informations. Le docteur donne beaucoup d’anecdotes sympathiques qui rendent le livre agréable à lire et me conforte dans une certaine idée de la médecine que j’approuve.

Bref, un ton rebutant au premier abord mais des propos intéressants dans le livre. Je remercie la plateforme Netgalley pour ce service presse.

Publicités

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano

deuxieme-20vie-20giordano-20cinema-59d7834fa21af

Ce livre reprend le concept des livres de développement personnel tout en greffant une histoire dessus pour rendre les leçons plus sympathiques et moins austères. L’héroïne est une femme « heureuse », c’est-à-dire selon l’acceptation de la société, avec un enfant, un mari et un travail et malgré tout, elle ne se sent pas heureuse. Elle va suivre les conseils d’un routinologue pour essayer de dynamiser sa vie.

Les conseils sont sensés et en tant que guide de morale pour les gens qui ont trop tendance à déprimer pour rien, cela marche plutôt bien. Cependant, le livre est spécifiquement destiné à ce type de lecteurs: des personnes sans gros soucis qui veulent avoir une vie plus satisfaisante.

Les péripéties de Camille et son personnage sont plutôt transparents, Camille est quelqu’un de suffisamment mal défini pour permettre une identification simple mais en raison de cela, il faut surtout prêter plus attention au guide de conseils pratiques plutôt qu’à l’histoire en elle-même. Sinon, j’avais du mal à croire que le routinologue passe tout son temps à envoyer des textos à Camille par pur bonté d’âme sans que les relations entre Camille et son mari ne se dégradent. En effet, Camille rencontre très souvent cet étrange personnage et en parle avec une certaine ferveur suspecte.

Le style est agréable, simple à lire et le livre se lit rapidement sans difficulté, il manque plus de caractérisation aux personnages pour rendre l’histoire plus percutante.

Bref, un joli roman qui sert son objectif de faire réfléchir à une vie meilleure.

Ouvrir les bras pour changer le monde de Gilles Gallas

book-2595

Ce livre décrit les pratiques de ce qu’on appelle dans le milieu anglophone le « free hug ». L’idée est de se prendre dans les bras pour diminuer l’agressivité des gens et accomplir notre nature humaine. L’auteur déplore l’évolution de l’humanité actuelle et propose une tentative pour revenir à ses vraies valeurs selon lui.

Ce livre se divise en deux parties: une partie explication anthropologique et une partie guide pratique. Dans l’explication anthropologique, je n’ai absolument pas été convaincue par ce passage pour deux raisons. La première: cela part dans une histoire révisée par les soins de l’auteur où ce dernier retrace l’humanité pour asseoir sa propre cause. De plus, malgré mes lacunes dans ce domaine, je trouvais l’auteur trop manipulateur pour croire à ce qu’il disait. Deuxièmement, cette partie sonne comme une justification alambiquée à quelque chose qui me paraît finalement bien: l’auteur décide de rendre les gens heureux à sa manière et c’est tout à fait louable, pourquoi ce besoin de se justifier à une telle échelle?

La deuxième partie plus pratique traite des différentes activités possibles lorsqu’on veut se mettre aux « free hugs » et des différents endroits qui le pratiquent dans le monde entier. L’auteur précise également que la place de la femme en Inde et au Japon par exemple fausse cette pratique qu’il considère comme bénéficiaire aussi bien bien au sexe féminin que masculin. En effet, au Japon, seuls les femmes font des « hugs » aux hommes et en Inde, certaines femmes le font pour l’ensemble des gens mais aucun homme ne le fait. Bref, il prône une pratique plus égalitaire avec des exemple très précis et instructifs.

J’aurais un petit reproche cependant, l’auteur tient à garder une égalité parfaite entre le nombre d’hommes et de femmes ce qui est louable mais tend à se transformer dans son cas à prôner un exemple hétérosexuel ce qui m’a un peu gênée.

Bref, un livre qui enseigne sur un domaine méconnu et d’une manière agréable la plupart du temps.

Quelques livres de développement personnel

cover134108-medium cover130834-medium cover130906-medium cover129020-medium

J’ai lu une série de livres de type développement personnel dans le cadre du partenariat avec netgalley que je remercie chaleureusement ainsi que tous les éditeurs Belfond, Fayard, Le livre de poche.

Faites de la place de Regina Wong

Tout d’abord, nous avons un livre sur le minimalisme, qui est justement assez court. Ce livre répète beaucoup de choses déjà bien souvent dites dans les blogs anglophones. Pour ceux comme moi qui ont déjà ces ressources, vous n’allez pas apprendre grand chose et cette lecture sera décevante. Pour les autres, l’essai condense de nombreuses informations sur le sujet et explique de manière très concrète comment appliquer cette philosophie dans sa vie. C’est une sorte de mélange hybride entre les livres de Dominique Loreau et de Marie Kondo. Ce livre dresse une série de recettes utiles, pratiques qui aident bien.

Les vampires psychiques de Stéphane Clerget

Ce livre m’a un peu déçu, il donnait l’impression d’allier de la psychologie à une réalité concrète ce qui est toujours un exercice un peu équilibriste. Malheureusement, j’avais plus le sentiment de liste. Ce livre donne des personnalités à éviter mais d’une manière que j’ai trouvé obscur par moment. Peut-être que je ne fréquente pas assez de vampires psychiques… Dans tous les cas, la base sérieuse n’est pas approfondie et le livre se contente d’énumérer les types de psychopathes et comment s’en prémunir, tout en rappelant que nous pouvons tous nous comporter comme des vampires. J’ai beaucoup aimé ce rappel. Cependant, les conseils pour se prémunir sont variés et efficaces et donne un atout certain au livre.

Lâche ton téléphone de Catherine Price

Ce livre est une pépite. Sans condescendance ni agressivité, avec une bienveillance totale, il met le doigt sur une tare fondamentale de notre société: l’addiction au téléphone et aux écrans en général. J’ai adoré le programme en plusieurs parties. Cet essai recommande l’application Space que je me suis empressée de télécharger, même si je la trouve plutôt envahissante globalement. Bref, un très joli guide qui devrait parler à la plupart des gens.

Notre langue française de Jean-Michel Delacomptée

« Notre » langue française ou la langue de l’élite des hommes blancs privilégiés. Ce livre m’a mise en colère plusieurs fois. L’auteur revendique une langue pure, celle de Malherbe et explique que notre langue dérive et personne ne la défend. Il propage des idées absolument outrageuses comme d’expliquer que maintenant, on donne les prix littéraires à des « minorités » et que c’est une honte de les brader. Bien sûr, quand 90% des auteurs cités sont des hommes, la femme noire qui gagne un prix est un scandale pour lui. Bref, ce passage précisément m’a  énervée. Sinon, il reste dans les clichés de notre belle langue avec l’académie française qui s’oppose fort justement à la féminisation des métiers, on oublie trop souvent (comme l’auteur) que ces derniers ont contribué à faire disparaître les noms des métiers féminins par machisme. Je n’adhère pas du tout à ce livre méprisant et méprisable.

Tout est sérieux mais rien n’est grave de Coco Brac de la Perrière

tout-est-serieux-mais-rien-n-est-grave

Avis

Ce livre est un guide express pour gérer tout type de situation. Il s’agit presque d’une sorte de dictionnaire où on pioche ces maux pour trouver des remèdes. J’ai particulièrement apprécié la petite touche d’originalité avec l’idée de mettre des « adresses » partout. Pour chaque souci, l’auteur met le lien vers une personne réelle, une méthode ou un site et même si la plupart des liens pointent vers des ateliers en région parisienne (ce qui peut déranger certaines personnes), j’ai bien aimé l’initiative.

Ce n’est pas un livre à relire mais à relire, avec quelques conseils sympas à appliquer en fonction des situations. L’auteur met beaucoup en avant le MBSR (Mindful based stress reduction) et donne envie d’en savoir plus.

Sinon, j’ai trouvé quelques aspects très clichés et limite offensants sur la partie familiale dans le fait que l’auteur considère le père comme systématiquement absent puisque seule la mère peut susciter des angoisses et du stress et globalement, le fait de choisir beaucoup des situations très précises fait que ces dernières sont moins développées. Ceci est particulièrement frustrant d’autant plus si une personne se reconnait dans une situation.

Bref, la tentative est originale, les adresses sont bien pensées et les conseils assez sympathiques malgré quelques clichés évitables. Je remercie donc NetGalley de m’avoir procuré ce livre.

Auto-édition, en avant! de Aude Réco

cover

Avis

Depuis quelques temps, l’idée me trotte à l’esprit de commencer à auto-éditer certaines de mes nouvelles pour tester mon public et professionnaliser ma carrière d’écriture. Ce livre tombait à pic dans cette démarche.

J’avoue que ce qui me faisait le plus peur dans cette démarche d’auto-édition, c’est avant tout la partie fiscale et surtout comment déclarer ses revenus. La partie fiscale de ce livre est assez minimale mais le plus important à savoir est qu’on peut tout mettre dans la case BNC.

Sinon, pour le reste, ce guide est très complet dans le sens où il effleure beaucoup de domaines très différents et montre bien que l’auto-édition n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Tous les aspects sont évoqués: la correction, l’illustration, la promotion et la vente. Cela permet d’avoir un aperçu très large assez rapidement pour avoir une idée de l’ampleur de l’entreprise et des difficultés potentielles.

Je regrette juste que ce guide se contente d’évoquer et de mentionner les différents aspects sans aller réellement dans les détails. Il s’agit d’un premier aperçu surtout.

En bref, un guide complet et évocateur sur l’auto-édition pour ceux qui veulent se lancer sans connaître tous les tenants et aboutissements.

 

Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes de Pirsig

57921

Avis

Ce livre comporte deux aventures: la partie aventure en motocyclette et la partie aventure philosophique avec le narrateur qui se met à discuter de la manière dont il faut définir la Qualité en passant par le philosophe grec Phèdre.

J’avoue qu’au niveau philosophique, je n’ai pas tout à fait compris à quel point l’auteur affabulait sur l’histoire du Phèdre, philosophe grec, et à quel point il avait réellement étudié son sujet. Ce livre se rapproche d’une certaine manière du Monde de Sophie et reprend une problématique classique: comment rapprocher le côté abscons de la philosophie à des problèmes réels.

J’ai trouvé la partie aventure en motocyclette plutôt rébarbative, on a l’impression qu’il s’agit d’une excuse pour discuter philosophie et si le narrateur essaie de relier les deux parties au début, la fin montre bien que seule la partie philosophique compte réellement. Quant à la partie sur la Qualité, je ne suis pas la meilleure personne pour critiquer de la philosophie mais je dois avouer que le côté historique de Phèdre m’a un peu gêné. En effet, on ne sait pas à quel point l’auteur invente et j’ai eu du mal à accepter le fait qu’il utilise les propos d’un philosophe grec en les ramenant à sa sauce, surtout que je ne connais pas bien l’histoire de Phèdre.

Bref, un roman philosophique qui ne s’assume pas mais pourra plaire à ceux qui veulent philosopher sans se prendre la tête.

Osez les sex toys d’Ovidie

007901-352x500

Avis

Il s’agit d’un livre très sympathique, surtout pour les femmes et je vais tout de suite commencer par les points positifs. La lecture est bien structurée et rapide. L’auteure présente les différents sex-toys présents sur le marché avec des marques précises et des sites mis en avant. De plus, elle en explique l’utilisation et les différents avantages et inconvénients de chacun. Elle ne se contente pas de ouï-dire, elle donne des précisions pour les sex-toys qu’elle a essayés et se renseigne pour les autres tout en étant consciente que l’expérience permet une meilleure compréhension de l’utilisation.

En ce qui concerne les petites choses qui m’ont gênées lors de la lecture: ce livre est clairement destiné aux femmes et on sent une véritable gêne pour tout ce qui n’est pas de l’ordre du plaisir féminin. De plus, elle a une conception assez rétrograde du couple puisque les conseils donnent le sentiment que tous les hommes aiment boire de la bière et regarder un match de foot après le sexe et se sentent menacés lorsque leur partenaire propose d’utiliser des sex-toys. Même si cela peut correspondre à une fraction d’hommes, je trouve cela assez stéréotypé et j’espère que je ne suis pas juste tombée sur les « bons » hommes.

Bref, une mine d’or encyclopédique sur les avantages et les inconvénients de tous les sex-toys destinée surtout à l’usage des femmes et à un usage pratique.

3 kifs par jour de Florence Servan-Schreiber

19199608

Voilà un bouquin bien sympathique à lire! J’avoue qu’il s’agit de l’un des rares livres qui m’a donné de nouvelles habitudes de vie. Tous les soirs à présent, au moins dans ma tête, je me rappelle des bons moments de la journée et j’arrive en général à en trouver plus que trois. Je ne dirais pas que cela a révolutionné ma vie à cause de ça, mais cela a eu un impact par la suite sur ma vie quotidienne.

L’idée est simple, il faut toujours se rappeler du positif et tendre vers le bonheur et je pense que ce livre réussit son but de mettre de bonne humeur, et d’ajouter des rituels simples à suivre et à maintenir dans la vie de tous les jours.

Cycle Auschwitz et autres atrocités (2)

763269 13497873

Après le génocide juif, j’ai lu deux livres de témoignages sur le génocide du Rwanda par le même auteur journaliste qui est allé là-bas. Avant de lire ces bouquins, je n’étais que très peu au courant de ce génocide, et c’était à peine si je savais où se trouvait le Rwanda sur la carte. Je me demandais si la distance géographique avec le Rwanda me rendrait les événements décrits plus difficiles à comprendre en terme géopolitique et culturelle.

Au contraire, le premier livre de la trilogie est une succession de témoignages de Tutsis qui ont réchappé par miracle aux Hutus, responsables du génocide du Rwanda en 1994. Même si les barrières culturelles existent, on est face à des humains blessés, face à des gens qui ont perdu toute leur famille et qui racontent leur souffrance et c’est un témoignage universel. J’avais les larmes aux yeux devant toutes ses personnes qui acceptaient de révéler leur calvaire devant un monde indifférent et des puissances européennes qui, non seulement avait fermé les yeux mais avait aussi encouragé ce massacre. Comment peut-on survivre indemne à une telle expérience? L’auteur cherche souvent à comparer ce génocide au génocide juif mais je pense que même s’il n’est pas comparable, on a dans ces témoignage un récit qui ne cherche pas à se poétiser ou à rendre les choses supportables contrairement à ceux de Primo Lévi. Les survivants veulent juste pour la plupart rester tranquilles, et ceux qui acceptent de témoigner le font avec beaucoup de sincérité et une simplicité admirable.

Le deuxième livre fait parler les Hutus, ceux qui ont participé aux massacres contre les Tutsis et ont profité des massacres pour voler aux Hutus. Je comprends la perplexité du journaliste devant ce massacre commis par des voisins contre des amis et son insistance pour essayer de comprendre malgré tout comment la nature humaine peut accomplir ces atrocités. Cependant, au-delà du fait que les meurtriers semblent ne regretter aucun de leurs actes et les justifient par des ordres venus d’au-dessus, l’auteur met en parallèle les témoignages des victimes avec ceux des coupables ce qui met mal à l’aise et place ce tome en contradiction avec les propos du premier livre. Je m’attendais à du repentir, à des hommes déboussolés qui se détestent pour ce qu’ils ont été obligés de faire et en réalité, on découvre des hommes à la fois normaux et monstrueux. Ces hommes ne regrettent rien sauf le fait de n’avoir pas pu terminer le massacre et cela pose une sacrée question philosophique: comment peut-on devenir un meurtrier sanguinaire en si peu de temps? Est-ce que n’importe qui peut le devenir? Et cela donne des frissons dans le dos!