Aurora de Roxane Dambre

cover

Tout d’abord, je dois dire que je suis une fan absolue de Roxane Dambre et surtout des sagas Animae et Scorpi que j’ai dévoré assez rapidement. J’étais donc heureuse d’apprendre qu’un nouveau roman venait de sortir et après de longues tergiversations sur l’état de mon portefeuille, je me suis jetée dessus.

Je dois avouer que je n’étais pas le public cible, je ne suis pas adepte des mystères ésotérico-chrétiens à la Dan Brown et je ne suis pas chrétienne non plus. Cependant, au moins au début, le personnage d’Aurore fascine et donne envie de poursuivre l’aventure. J’ai beaucoup aimé l’alternance entre les points de vue qui permettaient de comprendre tous les personnages et donnaient des éclairages satisfaisants. J’ai adoré le concept des anges et la manière dont, malgré le ton sérieux du propos, l’autrice arrive toujours à nous donner envie de sourire.

Je mettrais malheureusement un petit bémol sur la fin qui part complètement dans le mystique et qui n’explique pas tout de manière satisfaisante pour moi. De plus, la présence de Dieu, même dans un contexte chrétien, m’a mise un peu mal à l’aise, je me suis sentie exclue en tant que non croyante.

Bref, ça fait plaisir de voir un récit dans la veine mythologique chrétienne dont le personnage principal est une femme, avec une humour sans faille et sans romance.

Publicités

Ash et Vanille T1 de Sosthene Desanges

cover

L’histoire raconte le destin d’un jeune garçon de 15 ans qui fuit sa tribu pour ne pas se marier avec une tante à lui. En effet, une malédiction dans sa village rend impossible la naissance de filles et les guerriers n’ont plus beaucoup de choix en termes de mariages.

Ce jeune garçon, Ash, va voyager en compagnie du crâne Tarsham, un sage du village, Boulba, un ancien humain devenu oiseau (Poypoy plus exactement) et une fille mystérieuse et effrayante qui est intitulée la Méduse.

Le livre nous plonge dans un voyage magique et merveilleux où nous découvrons à la fois les coutumes des tribus d’Ash ainsi que des différentes créatures qu’il sera amené à rencontrer. Le groupe formé est à la fois soudé et extrêmement bien pensé, chaque personne amène une touche d’humour et de compétences.

J’ai beaucoup aimé l’arrivée de Vanille dans le groupe et la découverte de sa tribu.

Ce livre passe malheureusement par des passages « lents », c’est-à-dire des moments où il ne se passe rien et j’avais du mal sur certains moments à suivre le récit. De plus, je ne suis pas habituée aux récits avec de nombreux personnages et j’ai souvent dû revenir en arrière pour me rappeler de tout le monde.

Cependant, l’auteur nous fait découvrir un univers inhabituel, un monde enchanteur complètement dépaysant et cette lecture offre un moment de voyage.

Je remercie chaleureusement l’auteur pour ce partage sur la plateforme Simplement Pro.

Au sorbier des oiseleurs de Jo Ann Von Haff

cvt_au-sorbier-des-oiseleurs_9433

J’apprécie l’autrice et j’étais ravie de constater que ce roman est aussi bon que je le pensais. On suit l’histoire de Ginie, une pauvre femme martyrisée par sa mère qui trouve du réconfort dans sa bande d’amis. Jusqu’au jour où elle va tomber amoureuse de Tito, un charmant personnage.

L’ambiance est digne des contes de fées et on se prend à avoir des envies de sucré et de tartes en voyant Ginie aller au Sorbier des Oiseleurs. L’histoire d’amour n’est pas très développée mais j’ai beaucoup aimé les touches de fantastique qui parsèment ce roman et qui le rendent hors du temps de manière indéfinissable.

L’univers autour de Ginie est fascinant et j’avoue que j’aurais préféré en savoir plus même si je pense que le tome qui va suivre pourra apporter des éclaircissements bienvenus.

Je dirais que ce roman se lit avec une pâtisserie et du thé et même si les personnages sont moins approfondis que je l’aurais voulu, le style d’écriture est enchanteur.

Bref, un conte de fées onirique de notre époque avec la touche parfaite de fantastique.

Lune Mauve T1 de Marilou Aznar

17271829

Voici un roman fantasy pour les adolescents. C’est l’histoire d’une jeune fille, abandonnée par sa mère, qui arrive à Paris et essaie de comprendre le mystère de la disparition de sa mère.

Dès le début, les lycéens parisiens sont peu crédibles. On est face à une caricature de lycée riche vue par une personne qui n’a probablement jamais mis les pieds dedans. Après sept ans passés dans un collège-lycée à Paris pour les riches, je peux dire que je n’ai rien reconnu dans cette description assez caricaturale des élites. Peu de personnages sont appréciables, entre la protagoniste qui ne se préoccupe pas de ses amis, ceux-ci qui l’abandonnent à la première amourette venue et le garçon mystérieux qui n’a aucune personnalité, on se demande qui est le moins pire. Séléné, le personnage principal, saute sur tous les pièges et on se demande des fois si elle réfléchit avant d’agir.

La véritable histoire de fantasy arrive très tard dans l’intrigue et on en est réduit à suivre les amourettes et les histoires d’amitié d’une provinciale à Paris ce qui m’intéressait que moyennement.

Bref, un roman rempli de clichés qui est finalement assez fatiguant à lire, je ne lirais probablement pas le tome 2.

Tristan et Yumi T1 de Paul Chabot

cover

Avis

Le roman présente un monde futuriste dans lequel la société est divisée en strates, les strates pauvres (rouges) avec ceux qui font des métiers durs et les strates riches (vertes, jaunes) qui reçoivent les ressources. Dans ce monde, la Terre est polluée et remplie d’ordures, l’eau est devenue une ressource rare et certaines personnes veulent partir vers une autre planète.

Les deux personnages principaux, Tristan le pauvre et Yumi la protagoniste plus privilégiée ont tous les deux des caractères forts et on a envie de les suivre dans leurs aventures. L’auteur nous donne un aperçu fascinant d’un univers riche, et qui présage d’un futur possible.

Je donnerais deux reproches. La première consiste dans la violence omniprésente et assez gore qui m’a gênée à de nombreuses reprises. La deuxième est cette fin brutale, j’aurais préféré que le livre soit plus long plutôt que découpé en tomes avec une fin abrupte. Bref, je suis restée sur ma faim.

En résumé, ce livre est un beau voyage futuriste dans lequel il faut supporter cette violence brutale. Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce sympathique service presse.

Ce qui nous lie de Samantha Bailly

cover

J’avais adoré Les Stagiaires du même auteur alors je me suis empressée de lire un autre roman de Samantha Bailly en espérant que le charme opère à nouveau.

Mon avis va finalement être mitigé à mon grand regret. Le style est toujours aussi passionnant, j’ai dévoré ce roman très vite et l’auteure a toujours un talent immense pour dépeindre ses personnages. Malheureusement, je n’ai pas réussi à apprécier la protagoniste qui reste très froide et très distante avec les lecteurs. J’aimais beaucoup l’idée de départ de voir les liens entre les gens et je trouve que l’idée n’a pas autant été exploitée que je l’aurais voulu.

Je n’ai pas vraiment apprécié l’idée de couper l’intrigue en trois: passé/présent/futur en alternant les parties car des fois, cela gâchait la suite de l’intrigue en nous révélant des surprises que j’aurais préféré découvrir en temps voulu, notamment sur la relation entre l’héroïne et Raphaël. La protagoniste est finalement très négative sur les relations entre les gens et je ne trouve pas qu’elle change tant que ça au cours de l’histoire, les hommes sont systématiquement présentés comme trompeurs et séducteurs et les femmes toujours trahies.

Bref, j’adore le style, j’ai moins aimé l’histoire qui reste très centrée sur le mal-être de l’héroïne sans lui donner de la place pour évoluer.

 

Les proies du temps de Sébastien Fillion

36610298

Je n’avais pas d’avis préconçus avant de commencer ce roman et j’ai été agréablement surprise par le début. L’histoire commence assez rapidement et je me suis tout de suite intégrée dans l’histoire de ces deux amies qui apprennent qu’elles n’ont que 12 jours à vivre. A partir de là, tout pouvait arriver et le style de l’auteur ne déçoit pas.

Il nous amène dans une île paradisiaque où tous les milliardaires vont dépenser leurs fortunes et ces deux amies vont à la fois profiter de ce lieu et en subir les conséquences. J’ai adoré la présentation de l’île et le côté à la fois « trop beau pour être vrai ».

Au début de l’intrigue, les deux amies ont des buts très différents: la couture pour l’une, prête à tout pour faire admettre son talent, et la séduction pour l’autre. Bref, chaque femme va se découvrir au cours de l’intrigue et j’étais complètement charmée jusqu’à la scène de choc qui leur arrive vers la fin.

A partir du moment où ces deux sont réunies dans l’intrigue, j’avoue avoir baillé devant les longues réflexions politiques, avoir finalement moins apprécié car je commençais à confondre les deux héroïnes. Finalement, la fin de l’intrigue traînait un peu en longueur malgré le talent de l’auteur qui me donnait tout de même envie d’aller jusqu’au bout pour comprendre l’énigme des 12 jours.

Bref, j’étais choquée, surprise et étonnée d’une telle fin qui concluait d’une belle manière le roman. Je remercie l’auteur de m’avoir procuré ce beau roman qui, malgré quelques longueurs vers la fin, réussit à plonger dans une belle ambiance et à nous faire découvrir une île particulière.

Le baptème du Soleil T1 de Bastien Pantalé

51rlruknexl-_sy346_

Avis

C’est l’histoire de quatre civilisations: Neït, Terre, Galéa, Anamets. La première partie déroule quatre histoires différentes sur quatre endroits complètement séparés et la deuxième partie explique et nous laisse entrevoir des possibilités futures.

Au début, j’étais un peu déboussolée avec les narrateurs qui changeaient à chaque fois et par les quatre histoires qui se déroulaient en parallèle. Cela me rappelait Les guerriers du silence de Pierre Bordage que j’avais adoré à l’époque. Chaque civilisation et chaque histoire est fascinante, j’avoue avoir eu plus de facilité au niveau de l’histoire Terre qui correspondait à ce que je connaissais le mieux mais j’ai vraiment apprécié chacune des trames sur les quatre histoires. Le fait de permuter permet de rester toujours en haleine et d’avoir en tête toutes les intrigues. Aucune n’est privilégié même si cette première partie traîne en longueur vers la fin, je me demandais à un moment quel était le but de toutes ces trames. J’ai été assez récompensée par le final grandiose, à la hauteur de cette attente un peu longue.

L’histoire est très bien écrite et très intelligente. L’auteur prend à partie les Terriens et essaie à sa manière de nous faire réfléchir sur la meilleure manière de s’adapter à la Terre. Cette confrontation des points de vue permet de donner une  bonne profondeur lorsque les quatre protagonistes doivent entendre le bilan de leur planète. La fin est magnifique, exactement à la hauteur de ce que l’on pourrait attendre.

J’émettrais juste une critique personnelle qui m’a beaucoup dérangée dans ce beau roman: la représentation des femmes et de la femme en général. Il s’agit d’un roman très masculin, loin de la représentation égalitaire que la race finale qu’on trouve prône. Dans les quatre représentants de chaque civilisation, on trouve une femme et trois hommes. Les hommes représentent globalement de manière schématique l’intelligence et la force, la femme est plus dans l’émotionnel et la compréhension ce qui est déjà très agaçant et cliché. De plus, dans les personnages développés, on trouve (à part la race finale), deux femmes (une terrienne, Céleste et Miassa) et toutes les deux ont ou vont avoir des rapports sexuels avec Maxime, le terrien de l’histoire. Bref, toutes les deux sont vus dans un rapport sexuel ou sexualisé à un moment de l’histoire contrairement à tous les autres hommes présents des autres civilisations que terrienne.

Bref, cette partie de l’histoire m’ennuie beaucoup car j’ai trouvé le propos écologique et spirituelle très bien développée.


 

Finalement (ET JE TERMINERAIS PAR UN SPOILER car cela m’a beaucoup agacée dans l’intrigue), l’homme terrien va aider la seule femme importante de l’intrigue à construire une civilisation meilleure.

 

Mon cousin l’avait prédit tome 1 de Léonard Aigoin

cover

Mon avis

Ce livre est éblouissant. Il constitue la suite du prologue que j’avais chroniqué ici. A l’époque, j’avais mis du temps à pénétrer dans cet univers étrange et il m’avait fallu tout un recueil de nouvelles avant de me sentir plus familière de l’atmosphère. En effet, l’auteur a crée une véritable ambiance très oppressante et très particulière ce que je trouve remarquable.

Dans ce livre, j’ai pris plaisir à retrouver les personnages du prologue beaucoup plus développés. Le jeu avec les différents personnages est d’autant plus sympathique qu’on découvre au fur et à mesure les différents liens qui les unit. Rares sont les intrigues qui m’ont déplu, sauf peut-être le Poulet que je trouvais un peu lent mais pour le reste, j’étais accrochée à mon siège pour suivre chaque histoire avec notamment une préférence pour les Zombies où la lutte pour les personnes en situations de handicap est illustrée de manière magistrale. On ressent en général beaucoup d’empathie pour la plupart des personnages et surtout pour le pauvre Loïc qui a bien du mal à trouver sa vocation. J’ai aussi une pensée émue pour les fresques des professeurs qui veulent se venger et le pauvre Pierre qu’on a envie de serrer dans ses bras et qui ferme la boucle de manière surprenante.

Un gros bémol personnel de mon côté, j’ai trouvé la passage de Shia dans le véganisme assez outré pour m’agacer car j’avais l’impression de me sentir insultée dans mes propres convictions (je suis défenseure de la cause animale) et cela m’a gênée de voir cela ridiculisé.

Un  atout incroyable du livre est le fait qu’il parle de situations complètement délirantes, des poulpes et des poulets, avec un sérieux et une analyse telle qu’on se retrouve dans un monde reconnaissable et qu’on apprécie de retrouver.

Bref, j’ai adoré le style, les rebondissements, l’intrigue et les personnages donc bravo à l’auteur auquel je remercie d’avoir bien voulu me fournir son livre et je remercie également la plateforme Simplement.

Féelynides – attraction de Cathy Dujardin

cover

On commence avec un jeune adulte, qui abandonne sa carrière de quaterback aux États-Unis, pour se retrouver en Irlande dans une université avec sa mère.

Dès le début, il se retrouve dans un milieu mystérieux, avec des amis qui ne cessent de le questionner et de lui cacher des choses en même temps qu’on lui déconseille de s’approcher d’un trio de sœurs alors qu’il tombe amoureux de l’une d’entre elles.

Alors que les éléments étranges arrivent assez vite comme les cauchemars de Aidan, et les meurtres, l’intrigue fantasy proprement dite arrive très tard et de manière très frustrante. Tout le monde cherche à se cacher de Aidan ce qui est d’autant plus terrible qu’il est le principal narrateur et que le lecteur essaie de deviner ce qui se cache derrière les mystères de tous. On nous amène dans une intrigue d’adolescents avec des amours déçues, des problèmes de jalousie et en même temps, la première révélation des pouvoirs des Féelynides arrive assez tard et après des tergiversations de Flora, l’amour de notre protagoniste, on arrive tant bien que mal à retrouver la partie fantasy de cette aventure: les fées, les extraterrestres, les vampires. Bref, tout est réuni de manière étonnante et avec une mythologie complètement différente par rapport à d’habitude.

Bref, une intrigue qui peine à se mettre en place, des personnages agaçants qui mettent beaucoup de temps pour raconter leur histoire mais malgré tout, une fantasy étonnante qui peine à se dévoiler. Je remercie Simplement et l’auteur pour ce voyage en Irlande.