Tisseurs d’esprit de Axelle Colau

J’attendais avec impatience de lire ce roman étant donné que j’ai adoré tous les romans de cette autrice et surtout Génération captive et AliN, mes deux préférés.

On peut dire que je n’ai pas été déçue. J’ai particulièrement apprécié le fait qu’on commence l’aventure avec une héroïne privée de ses souvenirs. Si l’amnésie est un ressort très employé dans la fiction et particulièrement énervant, j’ai trouvé son usage bien maîtrisé et cela permettait de découvrir en même temps que la protagoniste le monde dans lequel nous nous trouvons. De plus, Akû est effectivement un personnage savoureux avec lequel on prend plaisir à découvrir l’intrigue. Je ne mettrais qu’un petit bémol à l’histoire, découvrir et comprendre l’identité du grand méchant est finalement assez simple et je n’ai absolument pas été surprise par le rebondissement final. Il reste donc une romance assez classique, un univers original et surtout une autrice qui est capable de se renouveler avec toujours autant d’inventivité.

Bref, une bouffée d’air frais et un livre à découvrir.

Ogresse de Aylin Manço

51093343. sy475

Face au divorce de ses parents, Hippolyte, qui préférera le surnom de H, va se retrouver avec une mère qui devient de plus en plus étrange, la forçant à manger des énormes parts de viande alors qu’H essaie de survivre entre ses deux amis et sa vie d’écolière.

Pour être honnête, j’ai vraiment un sentiment mitigé face à ce livre. Pour commence par le positif, Aylin a un talent incroyable pour créer des personnages d’une force et d’un réalisme impressionnant. On a l’impression de les connaître et de passer un moment fort avec eux, j’ai vraiment apprécié de faire connaissance avec tous les personnages mais principalement H. De plus, l’ambiance opaque et horrifique que l’autrice arrive à instiller dans ce roman a réussi à me mettre mal à l’aise. Ce roman ne peut pas laisser indifférent grâce à l’écriture admirable de l’autrice.

Au niveau du négatif pour moi, je n’ai pas pu supporter les scènes très importantes où la protagoniste se retrouve à manger de la viande, cela m’a profondément dégoûtée et malgré toute la qualité du roman, j’avais vraiment du mal à passer outre cette horreur. Les thèmes sont assez violents donc à savoir avant de se lancer si on est capable de supporter le cannibalisme et la violence familiale en général.

Bref, une pépite avec des morceaux difficiles à supporter.

La chose au fond du sac de Luce Basseterre

Voilà un chouette livre jeunesse qui s’adresse à un public très jeune mais qui a largement réussi à me conquérir avec aisance malgré mon âge bien plus avancé.

Léna est une jeune fille qui entend les pensées des autres et se retrouve mêlé à une histoire avec une chose au fond du sac d’origine extraterrestre. J’ai beaucoup apprécié la manière dont le contexte est mis en place de manière subtile avec beaucoup d’éléments suggérés qu’on laisse en arrière plan. Si Léna est mise en relief dans cette histoire, toute la famille a une personnalité bien tranchée et l’histoire se lit beaucoup trop rapidement.

Bref, un véritable coup de cœur inattendu pour la tranche d’âge auquel le livre s’adresse et j’ai hâte de lire le tome 2 dès qu’il sera disponible.

Ceux qu’on oublie de Chloé Lume

Un petit roman jeunesse bien chouette du même niveau que The Giver (Le Passeur) de Loïs Lowry auquel il m’a tout de suite faite penser. Il s’agit d’une dystopie avec deux adolescents, Esther qui a l’âge de partir à la guerre et de traverser le monde extérieur (que personne ne voit jamais) et Louis, non voyant, exempté de cette obligation. Ils vivent dans une sorte de ville fantôme avec des éléments très étranges autour d’eux.

J’ai beaucoup aimé dans ce livre la manière dont l’autrice va petit à petit mettre en place les rebondissements pour comprendre pourquoi des choses étranges se passent dans cette ville. Difficile de dévoiler plus que cela sans spoiler mais il suffit au moins de dire que j’ai aimé l’inventivité de l’autrice avec le monde qu’elle a pu créer ainsi que la manière dont les deux adolescents ont chacun leur arc narratif et ne sont pas collés chacun l’un à l’autre. On appréciera également le choix de l’autrice de mettre en avant une héroïne noire et un héros non-voyant sans en faire le centre principal de l’intrigue mais sans le camoufler non plus.

Bref, une histoire très sympathique que j’invite tout le monde à lire dès que possible.

Checkmate T2 de Sana Taylor

cover

J’avais déjà lu et dévoré le tome 1 de la duologie que je recommande chaudement et que j’ai chroniqué ici sur ce site. J’ai donc accepté avec plaisir de lire le deuxième tome et le charme a repris à nouveau. L’autrice a un talent assez incroyable pour faire vivre des personnages et pour nous faire ressentir tout un tas de sentiments. Je crois que j’ai apprécié et vibré avec la majorité des personnages points de vue et l’intrigue a continué de manière assez magistrale. Le couple principal traverse toujours autant de hauts et de bas et je trouve le roman assez juste et précis émotionnellement.

J’ai pratiquement sacrifié une journée entière pour finir entièrement ce roman tellement j’étais captivée par l’histoire, par le style, par les personnages et par le suspense qui se dégageait. Je n’ai qu’un seul regret, de n’avoir qu’une simple duologie et je serais ravie de découvrir la suite des œuvres de cette autrice.

Je n’ai pas grand chose à dire à part que je ne vois aucun point négatif, il s’agit d’un coup de cœur qui suit le tome 1 que j’avais absolument adoré. Peut-être un bémol sur le rival qu’ils doivent affronter qui est légèrement trop caricatural mais sinon, tout le reste est finement travaillé à la perfection.

Bref, un coup de cœur prévisible après le tome 1 magistral. Je remercie les éditions Sharon Kena pour ce roman qui m’a passionnée du début jusqu’à la fin.

 

AliN de Axelle Colau

cover

J’avais adoré la plume d’Axelle Colau dans Génération captive (critique ici) et j’avais hâte de découvrir l’autrice sur un registre complètement différent: le harcèlement à l’école et le récit de deux adolescents qui se rapprochent.

Tout d’abord, pour mettre les choses au point, je n’ai jamais vécu de harcèlement scolaire donc je ne saurais estimer la justesse des propos par rapport à une personne concernée. Cependant, l’autrice réussit vraiment à placer le lecteur dans le point de vue des deux personnages à travers des situations très difficiles et j’étais au bord des larmes pendant certaines scènes du roman. J’ai vraiment réalisé beaucoup de choses sur comment on peut ressentir du harcèlement et j’ai l’impression d’avoir partagé pendant quelques jours le quotidien des élèves.

La relation entre Lili et Adrien est assez magnifique et on est partagés entre l’envie de dénoncer les horribles camarades tout en comprenant à la perfection pour quelle raison ils ne le font pas. L’autrice réussit également à nous placer dans différents points de vue y compris celui du harceleur qui, même s’il est abject, nous permet vraiment de replacer les situations dans tous les contextes sans jugement ni pathétisme. J’ai aussi beaucoup aimé la manière dont leurs passions leur permet de s’en sortir et de montrer leur valeur à eux-mêmes et aux autres.

Bref, un livre plein d’émotions qui m’a amené de nombreuses fois au bord des larmes, qui nous plonge dans un quotidien à la fois difficile et magnifique, le roman est absolument sublime. Pour une adulte comme moi pas très au fait des questions de harcèlement, je ne m’attendais pas à être aussi bouleversée. Je remercie chaleureusement la plateforme Simplement Pro et l’éditrice de Noir d’Absinthe pour ce roman.

Lily 2.0 T2 de Emilie Colline

couv67847069

J’avais déjà chroniqué le tome 1 dans cette chronique et je suis heureuse de pouvoir lire ce tome 2 qui suit en partie les événements dans un contexte totalement différent: Florence. Quand j’étais plus petite, j’adorais ces livres-objets avec un contenu variée: musique, informations, histoire, ésotérisme. On apprend plein de choses sur la ville de Florence et sur la gastronomie italienne tout en suivant une intrigue de fantômes et une histoire d’élèves qui passent un séjour agréable avec leurs professeurs dans cette ville.

J’ai trouvé ce livre bien supérieur que le premier puisqu’il réussit à mieux intégrer les différentes intrigues ensemble et l’héroïne est plus approfondie tout comme ses camarades. Les illustrations sont absolument magnifiques, tout comme les recettes de cuisine et on sent que la jeune fille évolue dans le domaine de l’ésotérisme de manière naturelle et sympathique à lire.

Bref, j’aime de plus en plus cette petite série qui rappelle de bons souvenirs de mon enfance.

Peu importe de Julie Marini

cover

Il s’agit d’un roman coup de poing dans le bon sens du terme. Je vois rarement des romans qui abordent à la fois l’homosexualité et la maladie en jeunesse et ce roman traite magnifiquement des deux sujets.

L’autrice a réussi à me faire pleurer de nombreuses fois tout au long du roman. Le personnage principal, Sébastien, est un modèle de bonté et en même temps, il semble tellement crédible avec ses propres défaillances et ses doutes. Sa sœur, atteinte de maladie depuis toute jeune – on ne saura pas laquelle avant la toute fin de l’histoire – se comporte comme une fille gâtée dès l’enfance mais l’autrice nous donne l’image d’un personnage complexe qui fait de son mieux pour survivre avec ses propres armes.

La romance entre les deux garçons se développe doucement, avec beaucoup de subtilité et de tact, et on se prend d’affection assez vite pour cette romance douce. Même Loïc, le gars lourd du début, va prendre de l’importance et j’ai revu mon impression de lui au cours de l’histoire. L’autrice est douée pour ajouter une crédibilité et un fond à chacun de ses personnages ce qui leur donne un air touchant.

Bref, une belle romance MM avec des personnages fragiles et caractérisés avec justesse. Je remercie l’autrice et la plateforme Simplement Pro pour cette belle histoire.

 

L’asperge de Sarah Morant

Ce livre raconte l’histoire banale de plusieurs adolescents dans un lycée, avec un élément inhabituel : la protagoniste est atteinte du syndrome d’Asperger (d’où le surnom d’asperge) qui fait partie de l’autisme. Ceci est déjà assez rare pour être souligné puisque la plupart des autistes visibles dans les médias (et même dans la vie réelle) sont des garçons. J’ai trouvé que l’autrice traitait de cette thématique avec beaucoup d’humilité et de savoir faire. La plupart des personnages sont traités avec la complexité des adolescents et le personnage d’Ali n’est jamais défini par son handicap mais par un ensemble de traits qui la définissent.

L’histoire d’amour entre Ali et Zach est plutôt banale mais j’ai beaucoup aimé la manière dont l’autrice met en place l’histoire, augmente les interactions entre les deux et rend leur histoire tellement crédible et touchante. J’ai également beaucoup aimé la manière dont elle traite de l’amour entre jumeaux et de leur manière de se protéger mutuellement. De même, Zach n’est jamais vu uniquement comme l’amoureux/l’ami d’Ali mais on apprend petit à petit son histoire familiale, la raison pour laquelle il s’est renfermé sur lui-même et ses interactions avec le reste des gens.

Bref, une histoire adolescente émouvante, surprenante et pleine de réalisme qui m’a presque mis la larme à l’œil. Je remercie les éditions Hachette et la plateforme Netgalley pour ce beau roman.

 

Dans un grand champ de nuages blancs de Philippe Dester

Ce livre traite de la mort d’un jeune homme de 16 ans, Alex, tué bêtement dans un accident. Et pourtant, le propos de ce roman n’est ni triste ni dogmatique. Ce roman nous plonge dans l’intimité d’Alex, ce jeune peu discipliné qui va en apprendre beaucoup après sa mort.

Malgré mes propres croyances différentes sur la mort, j’ai complètement adhéré à l’idée de l’ange gardien. On découvre Alex sous de nombreuses angles à travers les différentes relations qu’il entretient et c’est émouvant de le voir s’épanouir. J’ai adoré l’idée qu’il soit invisible à la plupart des gens et cela donne lieu à pas mal de scènes cocasses. Le roman reste joyeux malgré le sujet grave ce qui est une des principales forces de l’intrigue qui nous pousse finalement à réfléchir à la vie. Le style est agréable et j’ai dévoré assez rapidement ce petit roman, trop court.

Je mettrais toutefois un bémol pour la fin rapide qui m’a semblé un peu précipité par rapport à toute la finesse du roman.

Bref, un roman magnifique sur la mort, qui prend des thèmes éculés pour les ramener dans une vision touchante et émouvante. Je remercie la plateforme Simplement Pro et les éditions du Saule pour ce beau roman.