Nouvelle publication chez Bookless éditions

Voici la nouvelle que j’attendais de vous dévoiler depuis quelques temps.

J’ai une nouvelle fantastique publiée chez Bookless éditions:

Couv_une_excursion_600

Elle est disponible sur le site de l’éditrice, et sur tous les sites qui vendent des ebooks dont Amazon, Fnac, et autres pour la modique somme de 1,99 euros.

Voici la quatrième de couverture: « Nathalie prenait le métro tous les matins pour aller au travail. Mais ce jour-là, une rencontre étonnante allait bouleverser sa vie. »

J’ai déjà reçu une chronique très positive sur ju-bouquine: « j’ai adoré faire ce trajet en métro avec Nathalie, frissonner avec elle, tenter de fuir à ses côtés… La fin du voyage est totalement imprévisible et surprenante ».

 

 

Publicités

Bilan d’août

Au niveau blog:

  • 7 articles
  • 145 vues dont 60 visiteurs
  • 9 livres lus et 16 nouvelles

Au niveau lecture:

Pour être honnête, j’ai surtout lu des romans légers qui ne m’ont pas fait grande impression pour me détendre. Je vais tout de même en désigner un qui s’est avéré un peu mieux que prévu.

cover

Au niveau écriture:

  • Si j’ai un peu abandonné la destructrice de couples pour le moment, j’ai tout de même réussi à publier le texte Une aventure inconsidérée écrit lors du concours d’écriture organisé par Cœurs de Lyonnes, cf l’article précédent.

 

Swap anti-swap organisé sur Livraddict

Cela fait plusieurs années que je suis membre d’un forum de lecture, livraddict, et pour la première fois, j’ai eu l’occasion de participer à un swap avec une idée originale: ne rien acheter! Il fallait remplir le colis avec des objets uniquement fait-maison ou déjà présent chez nous. J’ai réalisé cet échange avec Poucet. Voici les photos:

20170831_193112

Des jolies cartes pour commencer!

Des marques-pages, des carnets, des styles, bref, le véritable attirail d’un lecteur parfait!

Et finalement des livres, que j’espère commencer bientôt!

20170831_194558

Voilà, merci beaucoup pour cet échange Poucet et merci à l’organisatrice!

Mes lectures de l’été (partie 2)

Voici la suite de mes lectures d’été avec cinq nouvelles chroniques rapides:

 

cover

 

J’aurais voulu aimer car j’aime beaucoup l’auteur et sa maison d’édition mais je dois avouer que j’ai détesté cette nouvelle. A la fois trop courte, trop vulgaire, dans un univers difficile à comprendre, je me suis sentie perdue et rejetée.

 

 

 

cover

Pour une fois, on a une romance écrite par un homme et cela change beaucoup. Avec cette homme qui veut découvrir l’amour dans les réseaux sociaux, on apprend les règles indispensables: ne pas s’inventer des passions, ne pas tricher avec son image et surtout, s’attendre à rencontrer des cas sociaux même après avoir respecté les règles fondamentales.

Bref, ce roman est un concentré d’humour et on découvre avec horreur les différents profils que notre homme va rencontrer au cours du livre. La fin détonne dans une romance mais après tout, les hommes sont différents!

 

Couv Scenario Parfait (16).inddVoici le roman que j’ai le plus détesté des vacances. On a une protagoniste imbue d’elle, désagréable, qui manipule un homme pour l’obliger à coucher avec elle, à entamer une relation amoureuse et à se marier avec elle. On est dans du viol assumé qui met extrêmement mal à l’aise. Pour ne rien arranger, on a le meilleur ami fou amoureux, un classique dont on ne se lassera jamais et à la fin, tout le monde est heureux et Lily, la protagoniste, n’aura jamais à faire face aux conséquences de ses actes immondes. Bref, à fuir!

 

 

cover

 

La narratrice, Cat, est mère célibataire, et maintient que pour séduire un homme, il faut rester elle-même. C’est alors que pour booster sa chronique, elle se voit obligée de suivre les conseils d’un gourou en séduction dans le but de trouver un petit-ami. Malgré les conseils aussi clichés que possible avec hélas un petit fond de vérité, Cat réussira à lever la tête et à séduire à sa manière le gourou, une juste revanche et ce roman est un bijou de romance et de naturel.

 

cover

 

J’aurais vraiment voulu aimer ce livre, il est tout doux, tout rose et écrit avec une naïveté charmante. Malheureusement, le mélange détonnant entre les sorcières, les vampires, l’Apocalypse donne un côté n’importe à ce conte enfantin. D’autant plus que j’aurais dû avoir la moitié de mon âge pour apprécier ce livre. Bref, une découverte pour enfants, qui ne laissera pas de traces dans ma mémoire.

La revanche des petits seins de e.l.n.z

34658659

Avis

Tout d’abord, j’étais très surprise par la longueur du texte, je m’attendais à lire un roman et il s’agit en fait d’une nouvelle sur des sujets variés et passionnants: la transsexualité, la grossesse à partir des embryons d’un défunt aimé et le fait de ne pas vouloir d’enfants.

J’ai adoré le regard neuf porté sur un quotidien souvent difficile et surtout le regard sans changement.  La fin permet de relier les trois histoires différentes et les trois personnes ce qui donne un goût d’achevé en refermant cette nouvelle.

Bref, une jolie nouvelle, bien que trop courte et très agréable sur l’acceptation des différences en société. C’est un antidote contre la fermeture d’esprit dont on a bien besoin.

Je souhaiterais tout de même ajouter une précision, une des protagonistes pratique la fécondation in vitro avec des spermes de son mari décédé. J’ai vérifié que c’était toujours interdit en France et cela m’a turlupiné pendant le récit. Après, je ne trouve pas sa démarche choquante du tout.

Cycle Auschwitz et autres atrocités (4)

Pour conclure avec ce cycle (qui reste ouvert dans le cas où je lirais d’autres livres sur le sujet), je finis avec trois livres de Charlotte Delbo sur son expérience de la déportation et le livre Petit Pays de Gaël Faye, un émouvant témoignage du génocide du Rwanda mais cette fois-ci sous le point de vue d’un petit garçon au Burundi.

 

 

Le premier livre, Aucun de nous ne reviendra, relate l’expérience de la déportation par Charlotte Delbo, sous un point de vue collectif. Elle rend hommage aux différentes femmes qui n’ont pas survécu et à celles qui n’ont pas hésité une seconde à aider les autres au péril de leur vie. Les passages poétiques se succèdent aux passages plus impersonnelles de vie de camp et des différents événements. J’avoue que j’ai préféré les passages poétiques qui sont d’une beauté à donner les larmes aux yeux. Je ne résiste pas à l’envie d’en mettre un passage. Quant aux événements racontés, contrairement à Primo Levi qui donne le sentiment d’une unité et d’un souvenir réorganisé pour lui donner une cohérence, Charlotte Delbo offre une fragmentation qui permet de percevoir l’état de confusion des détenus.

Vous qui avez pleuré deux mille ans
un qui a agonisé trois jours et trois nuits

quelles larmes aurez-vous
pour ceux qui ont agonisé
beaucoup plus de trois cents nuits et beaucoup
plus de trois cents journées

combien pleurerez-vous
ceux-là qui ont agonisé tant d’agonies
et ils étaient innombrables

Ils ne croyaient pas à résurrection dans l’éternité
Et ils savaient que vous ne pleureriez pas.

Le deuxième tome raconte la fin de l’expérience des camps et Charlotte Delbo se livre plus personnellement en racontant son amour pour son mari tué et ses propres émotions à l’issue des événements. Cette sincérité rend le livre plus poignant et j’étais au bord des larmes à chaque phrase.

Encore une fois, même si je voudrais remettre ici toute la beauté de la fin du texte, je vais en mettre l’extrait le plus émouvant:

Et je suis revenue
Ainsi vous ne saviez pas,
vous,

qu’on revient de là-bas

On revient de là-bas
et même de plus loin […]

Je suis revenue d’entre les morts
et j’ai cru
que cela me donnait le droit
de parler aux autres
et quand je me suis retrouvée en face d’eux
je n’ai rien eu à leur dire
parce que
j’avais appris
là-bas
qu’on ne peut pas parler aux autres.

Dans le troisième tome, Charlotte Delbo donne la parole explicitement aux autres femmes qui sont revenues des camps et qui ont essayé de refaire leurs vies malgré tout. Certaines avaient perdu toute leur famille, d’autres devaient continuer à travailler même après tous les efforts pour gagner leur nourriture.  Charlotte Delbo montre que, même après cette expérience traumatisante des camps de concentration, la réalité après la délivrance n’est pas toujours joyeuse. Cela donne aussi à réfléchir à la suite, aux conséquences pour les rescapés et surtout au fait, comme le martelait Primo Levi, qu’il y a des choses dans l’Histoire qu’il ne vaut mieux pas oublier.

33798435

Je reviens également sur le génocide du Rwanda avec le témoignage d’un petit garçon, Gabriel, qui a vécu au Burundi d’une mère tutsie et d’un père français. Il faut s’accrocher au début puisque, comme la plupart des autobiographies d’enfants (je pense surtout et principalement à The Catcher in The Rye de JD Salinger) Gabriel nous montre une enfance de gangs, de violence entre enfants presque gentille par rapport à la suite de l’histoire. Bref, le début permet de se plonger dans un quotidien pour me se laisser surprendre par la montée progressive de la violence par la suite dans le pays.

Les brèves récits de la mère sur la violence au Rwanda sont bouleversants et depuis le début de l’autobiographie jusqu’à la fin, les membres de la famille sont presque tous tués pour la plupart et quant aux rares qui restent, personne n’est épargné. Gabriel, le protagoniste est particulièrement touchant et j’ai complètement craqué sur lui lorsqu’il raconte son amour pour une jeune fille française avec laquelle il correspond.

Bref, le changement de point de vue du Rwanda au Burundi est intéressant pour se rendre compte de tous les aspects du problème et on se rend compte que même sans avoir vécu directement le génocide, les politiques au Rwanda et au Burundi ont affecté les deux populations. De plus, je pense qu’en tant que française pour ma part, ce cycle sur le génocide rwandais m’a beaucoup plus appris sur les souffrances dans ce pays que les médias français.

C’est lundi que lisez-vous? 77

Ce rendez-vous hebdomadaire a été initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et repris par Galleane. On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu’ai-je lu cette semaine?

J’ai lu deux pièces de théâtre très différentes sur le thème de la Révolution Française, les deux se lisent vite et sont bien écrites mais j’ai une préférence pour Büchner qui arrive à nous remettre dans l’ambiance de la Révolution. Quant à la nouvelle de Conrad, elle est sympathique sans plus.

435223 837718 2179336

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

687985

3. Que vais-je lire ensuite?

651216

C’est lundi que lisez-vous? 76

Ce rendez-vous hebdomadaire a été initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et repris par Galleane. On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu’ai-je lu cette semaine?

Deux lectures éprouvantes mais par lesquels j’ai beaucoup appris sur des situations historiques que je ne connaissais pas. Quant à la pièce de Peter Weiss, elle a beau traiter de la politique française durant la Révolution, j’avais l’impression de patauger dans ma lecture tellement l’ensemble est confus.

763269 13497873 13540636

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

435223

3. Que vais-je lire ensuite?

837718

 

 

Bilan mensuel de novembre

Activités du blog:

  • 6 articles publiés
  • 75 visiteurs et 115 vues
  • 6 livres lus dont une saga en 5 tomes

Mon livre préféré sera:

30648311 Un roman contemporain/historique absolument génial, drôle et décalé sur le principe: et si les personnages historiques revenaient nous voir?

En ce qui concerne le point écriture:

  • J’ai continué timidement à écrire sur mon roman La destructrice de couples, je suis actuellement à 18 040 mots avec +500 mots ce mois-ci.
  • J’ai écrit deux petits textes, un de 290 mots pour l’appel à texte érotique du blog Stellatanagra avec des mots imposés et un maximum de 300 mots (dernier délai: 12 décembre 2016), et un autre également de 290 mots (1 665 sec) pour l’appel à texte de l’Académie de l’Imaginaire, qui imposait un texte de maximum 2 mille signes pour le 20 décembre.