L’un ou l’autre de Ludivine Lanoy

41tqfodnltl-_sy346_

Avis

Il s’agit d’une histoire assez dure qui traite de harcèlement moral et physique sur un collégien, Baptiste qui perd tout à cause d’un déménagement. La nouvelle aboutit de manière assez sombre sur une fin noire mais compréhensible par rapport au reste de l’histoire. Le style est fluide, cela se lit bien même si le personnage principal mériterait à être plus développé.

La nouvelle est très courte et intense, sans suspense particulier mais avec un enchaînement implacable qui fait froid dans le dos et qui amène à une violence de plus en plus importante.

Bref, une nouvelle froide et implacable, un personnage qui mériterait un traitement plus développé, un style qui donne envie de lire la suite et une fin émotionnellement terrible.

Je remercie bien sûr les éditions Bookless et la plateforme Simplement Pro pour ce service presse.

 

Vampires, démons et métamorphes

cover

Les cinq nouvelles sont d’une qualité égale et toutes agréables à lire. Plus précisément:

Vacances à haut risque: Une femme se retrouve seule dans la nuit, la voiture en panne, à accepter l’aide d’un jeune homme séduisant. Il s’agit d’une redite astucieuse et amusante du petit chaperon rouge.

En Enfer avec toi J’ai adoré cette nouvelle, et surtout les questionnements éthiques sur le fait de ranimer quelqu’un ou non contre son gré. Cette nouvelle offre une perspective rafraichissante sur le droit de vivre et de mourir de manière intelligente et au travers d’une histoire d’amour sympathique.

Parce que je t’attendais J’avoue que j’ai trouvé cette nouvelle un peu en-dessous des autres. La violence des sentiments dès le début, lorsque Jérémie se permet de se jeter Myriam est assez désagréable et même si je suis un bon public pour les histoires d’amour à retardement, j’étais gênée par ce côté passif de Myriam.

Par ton regard Cette nouvelle est très chargée en intrigues et autant j’ai adoré le contexte dans lequel se passe l’intrigue, autant je pense que cela mériterait d’être développé dans un roman pour approfondir ce début de mythologie.

Tentative d’Incubation d’Antechrist Pour être tout à fait honnête, cette nouvelle est ma préférée de toute l’anthologie. Elle est drôle, intelligente, et l’idée d’une mythologie biblique devant un monde transformé par l’émancipation des femmes (le droit au plaisir sexuel, la contraception etc…) est une idée de génie qui laisse un sourire rêveur pendant tout le récit.

Je tiens bien évidemment à remercier les éditions Laska pour ce service presse d’une qualité impressionnante.

 

Chroniques expresses 9

Le compagnon secret de Conrad

51qm-5gbgrl-_sx346_bo1204203200_

Une petite nouvelle très sympathique sur un nouveau capitaine de bateau, peu accoutumé à cette tâche, qui doit cacher l’arrivée d’un intrus à bord. Elle se lit vite, et j’attendais presque un coup de théâtre à la fin mais loin de satisfaire à cette exigence, la nouvelle suit son cours et surprend que très peu.

Point de lendemain/ La petite maison de Vivant Denon

6772833

Les deux nouvelles sont d’inspiration libertines et les deux montrent la défaite d’un individu devant l’attrait du plaisir et du charme. J’ai moins apprécié la première puisqu’on nous montre un ingénu, quelqu’un qui se fait prendre au charme d’une femme alors qu’il est engagé à une autre et la succession des événements est si rapide que j’avoue avoir eu du mal à tout suivre. Quant à la deuxième nouvelle, les descriptions des plaisirs que Mélite doit affronter sont si bien exprimées qu’en tant que lectrice, j’avais l’impression de vivre ses doutes et de céder à la tentation plus vite qu’elle. Bref, des lectures rapides et plaisantes mais rien d’extraordinaire.

Le cœur possesseur de Aude Réco

cvt_le-coeur-possesseur_7757

Le narrateur, un homme banal au demeurant, retourne dans son village natal et retrouve son frère jumeau. Mais que cache donc ce village aux sombres secrets?

Tout d’abord, l’écriture est jolie, ce qui est d’autant plus important que l’ensemble du petit roman repose sur l’ambiance. On ressent le narrateur traqué, observé et le roman est parcouru d’un style nerveux. J’avoue que je n’ai pas réussi à sympathiser avec le narrateur qui se jette sexuellement sur son frère jumeau sans se remettre une seule fois en question. On sent le désir narcissique derrière avant même la résolution de l’intrigue. Cela ne m’a pas trop aidé puisque même si le narrateur va interroger plusieurs personnes, j’ai trouvé qu’il restait globalement passif en attendant la fin de l’intrigue.

En ce qui concerne la résolution de l’intrigue, je l’ai trouvé assez confuse, cela ne m’a pas totalement convaincue et j’ai dû relire plusieurs fois pour être sûre de n’avoir rien manqué.

En bref, ce roman possède une ambiance sombre à souhait, des personnages antipathiques et une résolution trop rapide à mon goût. Je remercie Aude Réco pour son cadeau de Noël qui donne une nouvelle saveur à cette neige de Noël qui vient enfin de tomber sur ma ville.

 

Romances d’aujourd’hui

anthocontemp_petit

Voici une anthologie parfaite pour les soirées fraîches, où chaque nouvelle permet de donner du baume au cœur. Je l’ai fini assez rapidement, presque en une soirée et le niveau de haute qualité est très homogène.  Maintenant, pour être plus précise sur chaque nouvelle:

  • Échange de bons procédés de Suzanne Roy: j’avoue que le principe même de sortir avec son patron me met très mal à l’aise. Je ne serais pas hypocrite au point de dire qu’on ne devrait pas sortir avec quelqu’un du boulot mais la relation de supériorité hiérarchique me rend un peu hésitante avec toutes les possibilités de harcèlement éventuel. Au moins, la nouvelle se place pendant un week-end et on ne verra pas la suite au travail ce qui rend la situation plus simple à accepter. Et voir Chloé rejeter son ex et se faire courtiser de la plus belle manière par un médecin, ça fait quand même plaisir!
  • L’auteur mystérieux de Patricia Hajo: L’idée est intéressante: tout écrivain ne s’inspire-t-il pas au moins inconsciemment de son entourage pour écrire ses histoires? En tant qu’aspirante auteure, je partage tout de même l’idée qu’il faut une certaine distanciation et que personne n’aimerait se voir inclus contre son gré dans une nouvelle publiée. Je comprends cependant que l’on puisse se laisser emporter par un mensonge et ne pouvoir s’y échapper et l’idée de relier son écriture à sa vie amoureuse, telle que le pratiquaient Simone de Beauvoir et Sartre, me plaît bien.
  • Un peu rouillé de Agathe Prudent: Ma nouvelle préférée du recueil. J’adore comment les deux tourtereaux, Osanne et Félicien, passent de la haine à l’amour, de manière subtile et sans artifices grossiers. J’ai apprécié la manière dont l’auteure nous présente un homme ravagé par la douleur après l’annonce du divorce et le fait qu’il en soit autant affecté. Et puis la manière dont Osanne lui permet de découvrir les fameuses positions sexuelles qu’adorait son ex-femme…
  • A l’essai d’Eleonore Duplessis: J’ai surtout apprécié le côté policier de l’intrigue avec Juliette et ses visions qui lui montrent des indices. Le côté infidélité me dérange beaucoup et j’avoue que la justification « oui mais mon copain est un salaud » ne rend pas les choses plus faciles à avaler. Je n’ai pas forcément apprécié le fait de rendre le copain complètement fou et cela ne justifie pas les infidélités de la conjointe. Sinon, je retiendrais surtout la partie policière vraiment sympathique.
  • Rendez-vous à Pigalle de Chloé Duval: Il s’agit de ma deuxième nouvelle préférée du recueil. L’idée est absolument fantastique: comment rencontrer l’âme sœur dans le métro! En tant que parisienne, j’ai adoré l’idée de lire les bouquins d’un inconnu dans le métro.

Finalement, je remercie les éditions Laska de m’avoir procuré ce service presse qui m’aura permis de passer un bon moment.

Pour une chance avec toi, anthologie LGB

antholgb_petit

Avis

Cette anthologie regroupe quatre nouvelles dont trois nouvelles de romances entre hommes et une entre femmes.

La première nouvelle, Chimères, Gangsters et Informatique de Amélie Voyard-Venant, est absolument géniale. Elle est drôle, attachante, et dès les premières paroles d’Oliver à la première personne, j’adorais déjà entrer dans la vie de ce gangster. Certes, le format court n’autorise pas à approfondir comme il faut l’univers. On a une histoire de romance et une histoire de malfaiteurs en parallèle. Comme les éléments sont très nombreux, je me suis retrouvée frustrée à la fin, à la fois car l’histoire de gangster sur les statues n’est pas aboutie, la relation passe très vite d’une relation courtoise à une relation de couple sans donner du temps aux deux tourtereaux. Mais finalement, je retiendrais de cette nouvelle l’humour contagieux d’Oliver, l’impression de bonne humeur qui se dégage et c’est inoubliablement amusant.

La deuxième nouvelle Le correspondant inattendu de Viviane Faure est une histoire entre un étudiant et un jeune correspondant allemand qui se rencontre dans une soirée. Elle m’a laissée plus dubitative. J’étais gênée au début par l’âge des protagonistes. Les thématiques de fugues, d’homophobie sont mentionnées si peu approfondies que cela m’a rendue perplexes. De plus, le correspondant commence au début à vouloir donner des « récompenses sexuelles » ce qui rend le protagoniste pas forcément appréciable non plus. Bref, au-delà de mes premières impressions, je me suis tout de même laissée charmer par la romance qui se tisse au fur et à mesure. Et j’ai eu une petite larme au départ du correspondant allemand.

En ce qui concerne les deux dernières nouvelles que j’avais chroniquées antérieurement, je renvoie aux critiques: Un week-end sur deux de Magena Suret, La Princesse et le Dragon de Ivy Clark.

Et je remercie tout particulièrement les éditions Laska de m’avoir procuré ce service presse ainsi qu’aux auteurs pour ces moments de lecture!

Témoin sous protection de Emilie Milon

23015780

Avis

C’est une très courte nouvelle qui raconte l’histoire d’Esperanza, une femme qui, après avoir entendu le meurtre de son amie et failli se faire assassiner elle-même, est prise en charge sous la protection de la justice. Elle doit se créer une nouvelle vie, une nouvelle identité pour témoigner contre ceux qui ont voulu la tuer et pour l’aider dans cette tâche, elle rencontre un séduisant marshal.

J’avais déjà eu des difficultés avec une nouvelle dans les éditions Laska sur le fait de mélanger le travail et la romance, surtout dans un cadre aussi risque que celui de la protection des témoins et je l’admets volontiers, j’ai été plaisamment surprise dans le meilleur sens du terme.

L’héroïne est courageuse, indépendante et forte et malgré les circonstances, j’ai apprécié la relation naissante entre ce marshal Darren qui essaie de faire son boulot aussi bien que possible et qui se trouve admiratif devant le courage de Esperanza. Le format étant assez court, la fin est plutôt précipitée et il était possible de mieux introduire les scènes finales qui ne sont qu’anecdotiques.

Cependant, j’ai trouvé réaliste et plutôt agréable le personnage de Darren et j’ai bien apprécié le style de l’auteure. Je remercie de tout coeur les éditions Laska de m’avoir procuré cet exemplaire de la nouvelle.

 

Voyage au pays de l’envie de Frédéric Marcou

23269750

Avis

J’aurais adoré mettre une critique positive car il s’agit d’un auteur peu connu et j’avais téléchargé par hasard le livre sur Atramenta (très joli site d’auto édition). Pourtant, pour être honnête, il s’agit d’un recueil de nouvelles très lacunaire.

Chacune des nouvelles relate une idée sympathique, comme l’histoire de l’enfant qui est la réincarnation d’un auteur méconnu ou la nouvelle conception de l’Enfer. Malheureusement, l’idée est très mal ou peu exploitée dans la plupart des cas et la fin est très frustrante, soit parce que l’auteur aurait pu faire beaucoup mieux, soit parce que l’histoire se finit en queue de poisson.

Le recueil est assez court donc je ne m’éterniserais pas sur mon avis qui se terminera par: c’est dommage de n’avoir pas développé quelques bonnes idées.

Et juste une chose qui m’a choquée dans cette histoire de Néandertal: Non l’anthropologie n’est pas de la physique (je suis physicienne fichtre!) et non, les anthropologistes ne sont certainement pas des spécialistes de l’ADN et NON, un 50 m² n’est pas adapté à une femme célibataire à part si elle est vraiment très riche.

ChallengeMystère

 

Revue Saint Ambroise n°36

La revue Saint Ambroise est consacrée à mettre en valeur des nouvelles depuis 1999. Le numéro 36 de la revue a comme thème L’Amérique et les nouvelles présentées viennent tous du continent américain en général (allant du Canada au Chili en passant par le Mexique).

Concernant les nouvelles présentées, il y en a pour tous les goûts avec une préférence pour le genre réaliste mais des passages vers le fantastique très réussie. Je vais présenter tout d’abord mes trois nouvelles préférées dans cette revue :

Les dimensions d’une ombre de Alice Munro (Canada)

Cette nouvelle traite l’histoire d’une romance entre une femme âgée et un jeune étudiant. Elle est douce, mélancolique et la fin rend l’histoire encore plus poignante. Il s’agit de mon coup de cœur dans la revue en même temps que la première nouvelle. C’est une nouvelle fantastique qui captive par un style élégant.

Sensini de Roberto Bolano (Chili)

Il n’est pas très courant de lire des auteurs d’Amérique latine, peu traduits pour la plupart à part les plus connus comme Isabel Allende. Cette nouvelle m’a touchée car me décrivant moi-même comme écrivain, je me suis identifiée au personnage principal qui participe à des concours de nouvelles. Il s’agit d’une amitié entre deux romanciers, d’une critique des concours de nouvelles (ironique quand on sait que cela paraît dans une revue) et d’une romance inavouée. Le narrateur est particulièrement émouvant avec sa fixation amoureuse.

L’amant de ma mère de Rafael Gumucio (Chili)

Voilà une nouvelle où j’ai adoré l’enfant, adoré l’intrigue et adoré la manière dont elle était tournée. Il s’agit au début d’une histoire banale d’une mère abandonnée par un homme et de son fils qui va chercher le coupable pour le ramener à sa mère. Et au lieu d’aller dans les clichés après un début aussi conventionnel, l’auteur a le courage de développer ses personnages et de rendre l’homme presque sympathique. La fin est parfaite et laisse une impression d’interrogation pour le lecteur qui doit réfléchir à une situation qui paraissait évidente au début.

En ce qui concerne les autres nouvelles, je voudrais saluer L’œil de la nuit de Karla Suarez (Cuba), une nouvelle à l’allure de Hitchcock avec une femme qui espionne à travers la fenêtre et par ce simple regard sur la vie d’un autre, arrive à remettre en question sa propre vie, une nouvelle à la fois simple et prenante puisqu’elle n’amène pas là où le lecteur voulait. Quant à Quelques jours à la plage de Ana Maria Shua (Argentine), cette nouvelle agréable sur des vieilles dames redonne le sourire.

J’ai trouvé quelques nouvelles un peu confuses (Dans le cimetière où Al Jolson était enterré, L’enfant), d’autres trop vulgaires à mon goût (Une espagnole quand ça embrasse, La dernière lettre d’Artaud).

Pour le reste, j’ai adoré découvrir des nouvelles d’une culture américaine trop souvent méconnue et trop souvent assimilée à la culture venant exclusivement des Etats Unis et je voudrais remercier la Revue Saint Ambroise pour m’avoir donné la chance de lire ce numéro.

Chroniques expresses 5

Whisky vaudou de Tom Khéfif

J’ai adoré l’ambiance, je me suis prise dans l’atmosphère fantastique et j’ai cru jusqu’au bout à cette histoire de sorciers et même si le titre m’a aiguillée vers la vérité, j’étais tout de même surprise par la fin et j’ai dévoré la nouvelle.

Petit Papa Errant de Denis Labbé

Une petite nouvelle émouvante avec la relation d’un homme avec l’enfant qu’il protège et j’ai beaucoup apprécié la manière dont en peu de temps, on arrive à ressentir de l’empathie pour ces personnages réunis par hasard dans des circonstances dramatiques. Petit bémol, je ne connais pas l’univers de cette nouvelle et je n’ai pas du tout compris les circonstances.