Brunetti et le mauvais augure de Donna Leon

Il s’agit du premier roman de Donna Leon que je lis et je ne pense pas que ce sera le dernier. Il s’agit d’une enquête du commissaire Brunetti en plein été alors que le pauvre commissaire aurait préféré se reposer et prendre des congés, il doit enquêter sur les sombres affaires de corruption à l’intérieur même du système judiciaire italien.

J’ai adoré les personnages et je pense que la force de ce roman réside principalement dans l’atmosphère que Donna Leon arrive à distiller à l’intérieur de son univers. On se prend vite d’amitié pour cette bande de personnages et en particulier pour le commissaire et sa secrétaire. J’avais l’impression de retrouver des amis avec qui partager une partie de leur vie. Cependant, j’étais déçue par l’aspect enquête policière que j’ai trouvé totalement bâclé, qui arrive vers la fin et se résout de manière peu satisfaisante.

Bref, un roman d’ambiance mais dont l’intrigue ne m’a absolument pas marquée.

Mygale de Thierry Jonquet

Il s’agit d’un polar qui met beaucoup de temps à se mettre en place. On suit l’histoire de différents personnages pendant les trois quarts de l’intrigue sans trop comprendre quels sont leurs liens. L’histoire traite d’éléments assez forts comme de la vengeance, de la violence et les personnages principaux sont clairement des assassins et voleurs pour certains.

Je dirais que si la fin est effectivement intelligente et magistrale, elle compense difficilement pour la majeure partie du roman qui piétine et garde un rythme trop lent pour moi d’autant plus que j’ai eu beaucoup de mal à apprécier les personnages qui sont largement trop superficiels.

Bref, je vais voir si ses autres bouquins sont mieux mais je ne suis pas convaincue.

Les fantômes de Reyjavik de Arnaldur Indridason

J’ai pris ce roman au hasard dans un Relay, alors que j’avais une heure et demai de transport et totalement oublié de prendre un livre avec moi, je n’y attendais donc pas grand chose, sachant que je ne connais pas du tout ce type de littérature policière. Toujours est-il que je me suis retrouvée à lire sur Konrad, un policier à la retraite qui enquête sur un vieux cas avec l’aide d’une médium.

Je m’attendais en quelque sorte à renouveler le micracle de En sacrifice à Moloch, un roman que j’avais totalement adoré de manière imprévue mais ce n’est pas le cas. Il s’agit clairement d’un livre qui se lit vite et bien, avec de nombreux rebondissements et des personnages qu’on se plaît à suivre. Cependant je trouve qu’il manque un brin de profondeur aux personnages et à l’intrigue. Je ne regrette pas de l’avoir lu mais je ne suis pas sûre d’avoir envie de continuer la bibliographie de cet auteur.

Bref, un livre sympathique à lire uniquement pour les longs voyages en train.

La mémoire dans la peau de Robert Ludlum

L’histoire commence par un homme amnésique qui se retrouve réveillé par un médecin et qui ne sait rien de sa vie. A part qu’il a des réflexes incroyables et qu’il est un parfait caméléon et une machine à tuer hyper efficace alors que tout le monde essaie de le tuer.

Je n’ai pas vu les films donc je ne pourrais pas faire de comparaisons. J’ai trouvé le protagoniste assez antipathique dès le début et j’ai trouvé vraiment difficile de compatir avec lui tout au long du roman. De plus, j’ai trouvé l’écriture très mauvaise (est-ce un souci de traduction?) et je n’ai pas aimé du tout l’alternance des points de vue avec les personnages supplémentaires qui apparaissent avec des informations conséquentes à certains points de l’intrigue.

On a également une avalanche de morts, de sang et de personnages qui se font pourchasser par arme à feu.

Bref, une lecture difficile, ennuyeuse que j’ai dû me forcer à finir. Je ne compte pas lire la suite de la trilogie.

L’essence des ténèbres de Tom Clearlake

51tkiodsfql._sx195_

L’auteur commence gentiment avec une ambiance assez noire, mystérieuse et une histoire de disparitions d’enfants. L’horreur arrive finalement assez vite avec le thème du cannibalisme et l’histoire passe rapidement d’une histoire policière classique à une histoire qui mêle ambiance thriller et surnaturel. J’ai beaucoup aimé le mélange des genres qui commence assez vite et qui reste cohérent du début jusqu’à la fin.

Les enjeux de l’histoire commencent dans un petit village et finissent par affecter l’humanité et j’ai trouvé que le récit restait magnifiquement cohérent malgré une situation globale dans le récit qui se dégradait de plus en plus pour les protagonistes. On a peur pour eux, peur pour les hommes, peur pour le monde entier et le pression va en crescendo du début jusqu’à la fin en ménageant le rythme à la perfection.

Bref, une belle surprise, une histoire forte, marquante et des thèmes assez trashs. Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce roman.

Je serai toujours là pour toi de Andy Pierce

51xvhplnsnl-_sx195_

Ce livre est un étonnant mélange entre une histoire d’adolescents insupportables et une passionnante histoire policière.

Pour être plus précise, nous entrons dans la vie de Rose, une jeune fille qui doit quitter l’endroit qu’elle aime pour partir dans un village paumé et grisâtre en raison de la mutation de son père. Ce dernier est policier et entretient une relation privilégiée avec sa fille. Rose tombe en dépression et va se trouver de nouveaux amis dont un garçon qui accepte de suivre son père dans le but de l’aider à l’investigation des meurtres dans cette ville.

Si Rose et ses deux autres amis sont extrêmement réalistes et crédibles en tant qu’adolescents dans leurs tourments et leurs questionnements, je dois dire hélas à mon grand déshonneur que je n’ai plus l’âge pour cela. Je les ai juste trouvé désagréables à supporter. De l’autre côté, l’enquête policière est vraiment agréable à suivre et les indices et retournements sont magistraux. La fin du roman compense et termine magistralement avec des révélations si incroyables que je vais avoir du mal à ne pas spoiler dans ma chronique. Cependant, le rythme est très inégal, avec des passages assez longs où il ne se passe pas grand chose et on passe trop de temps à suivre les adolescents vivre leur vie tranquille. Bref, même si c’est réaliste, j’aurais préféré avoir la narration du côté des adultes qui font des choses et ont l’air mieux informés plutôt que des enfants qui tâtonnent et essaient de comprendre le monde.

En résumé, un roman policier avec des bons rebondissements, des personnages bien campés mais un rythme inégal.

Dernière prière à Seward de Jean Luc Le Creurer

derniere-priere-a-seward

Avis

Ce livre commence fort, in medias res et avec un personnage féminin marquant qu’on essaiera de retrouver par la suite.

Le meurtre nous amène dans un couvent où de nombreuses sœurs cachent des secrets plus ou moins avouables. Ce livre aime nous mener en bateau et nous surprendre par bien des égards. J’ai trouvé la fin particulièrement satisfaisante et agréable car elle explique absolument tout ce qui m’avait ennuyée durant le récit. De plus, elle explique l’attitude de Brody que j’avais trouvée étonnante. En ce qui concerne le personnage du policier Brody, j’ai adoré la manière dont l’auteur développe la vie privée et lui donne un caractère unique et appréciable.

Un des défauts que je regrette dans ce livre est le nombre de bonnes sœurs car malgré tout le talent de l’auteur, je me suis souvent perdue dans le nombre de personnages assez conséquents. Ceux que l’auteur prend la peine de développer sont inoubliables, les autres perdent de la consistance.

Bref, un roman policier qui nous garde en haleine et qui satisfait avec une fin  intelligente. Je remercie Evidence Editions pour ce service presse.

Une bouffée de mort de Asimov

51jdwedl7pl-_sx321_bo1204203200_

(221 pages, A wiff of death)

Avis

Un meurtre dans un laboratoire de chimie, voilà une intrigue intéressante! En tant que doctorante dans une salle blanche c’est-à-dire manipulant tout un tas de produits chimiques dangereux et en tant que scientifique me lançant sur une voie de recherche, l’histoire m’a tout de suite enthousiasmée. Ce n’est pas courant de lire des histoires avec des gens de mon entourage comme héros et encore moins de la part de personnes se connaissant dans le domaine.

J’ai eu le plaisir de voir Isaac Asimov décrire le quotidien des chercheurs et des enseignants chercheurs, j’ai même eu le plaisir d’apprendre les différences de statut entre les États-Unis et la France dans ce domaine. Ainsi que les nombreuses similarités comme le fait que c’est difficile d’obtenir un poste de CDI, les salaires bas et autres joyeusetés du même genre.

En ce qui concerne l’intrigue en elle-même, j’avoue que les personnages m’ont un peu déçue mais comme toujours dans les romans d’Asimov. Je trouve que les psychologies des personnages sont pas toujours convaincante surtout en ce qui concerne l’aspect féminin. La femme du chercheur Brade est très inconsistante dans son portrait au fil de l’histoire, elle commence par mettre énormément de pression sur son mari pour finalement arrêter de lui en vouloir au moment même où son mari est près de perdre son boulot. Le revirement de son comportement n’est pas vraiment expliqué. Le personnage de la copine du mort ne m’a pas non plus convaincue. Quant à l’intrigue elle-même, le dénouement m’a laissée un peu froide.

Je retiens surtout de ce roman l’idée de base, la formation scientifique très appréciable qui se ressent dans le roman et le milieu de la recherche qu’on ne voit pas souvent dans la littérature.

 

Pars vite et reviens tard

Avis

Pour le dire très simplement, j’ai adoré ce roman qui m’a tenue en haleine du début jusqu’à la fin. J’avais déjà lu un roman de Fred Vargas qui ne m’avait pas convaincue et j’appréhendais la lecture de ce roman. On se retrouve déjà avec des personnages atypiques dont un commissaire assez rêveur. L’effort de caractérisation est bien faite sur les personnages principaux et l’intrigue monte en ampleur du début jusqu’à la fin partant de quelques tags sur le mur et de vagues messages jusqu’à une situation catastrophique. Le style est remarquable, j’ai appris beaucoup de choses sur la Peste en général et comble de l’affectif, l’histoire se passe à quelques pas de l’endroit où j’ai vécu presque toute ma vie. En bref, j’ai commencé à lire ce roman et je l’ai terminé au milieu de la nuit, passant presque une nuit blanche accrochée à ce roman. Un beau coup de cœur inattendu.

La Tentation de la pseudo-réciproque de Kylie Ravera

Avis

Depuis plusieurs mois, je guettais un peu ce roman qui a tout pour me plaire, il se passe dans une prépa parisienne et même de manière à moitié déguisé dans la prépa où j’ai passé deux années de ma vie. Lorsque l’auteure a décidé de mettre son ebook en téléchargement libre, je me suis précipitée pour en profiter et mon verdict est très simple: j’ai juste adoré.

Ce roman est véritablement drôle d’un bout à l’autre et même jouissif pour ceux qui ont vécu les années de classes préparatoires. Sans m’avoir traumatisée comme d’autres personnes, ces années de classes prépas m’ont laissé des souvenirs indélébiles et des tas d’anecdotes. Et avec ce roman, je retrouve un peu de cette ambiance particulière qui m’avait marquée. Au-delà de cet aspect nostalgique, ce roman est amusant, plein de suspens, plein de rebondissements et j’ai tourné les pages à toute allure pour connaître la suite.

Sans être un personnage extraordinaire, Peter Agor réussit à nous plonger dans un thriller sous fond de roman-feuilleton absolument haletant et j’ai dévoré ce bouquin en quelques jours à peine.

Deux pépites à souligner: l’invention du célèbre Virgile le Pirate (qui m’a fait mourir de rire surtout compte tenu de tous les ennuis que ce fameux plan a causé aux étudiants français) et la colle avec l’œuf et l’hélicoptère que j’ai beaucoup goûté avec un humour de prépa très recherché et très réaliste.

Bref, une réussite sur tous les plans, un roman passionnant et drôle.