Nutty Halloween et Nutty Valentine’s

cover cover

Je me suis enfin décidée à jeter un coup d’œil à cette maison d’édition visuellement très sympathique et j’ai bien fait. J’ai trouvé des perles incroyables dans les nouvelles et une qualité d’écriture assez constante. Je vais donc commenter les nouvelles:

Nutty Halloween:

  • Jack O’Lantern: une petite nouvelle bien croustillante avec une belle fin, dommage qu’une autre nouvelle Nuit de terreur lui ressemble beaucoup trop. Les deux nouvelles sont bien écrites dans des thèmes similaires.
  • Riorim: une nouvelle qui se lit bien mais je l’ai trouvé trop classique dans son traitement
  • Le rituel: une des meilleurs nouvelles, un sadisme jouissif et cela donne une teinte macabre à toute nuit d’Halloween
  • Soir de liberté: de la poésie, une beauté stylistique, c’est agréable et doux.
  • La visite: cette nouvelle fait froid dans le dos et j’avoue avoir été un peu dégoûté par la fin brutale
  • Halloween 6.24-348 D: une des moins bonnes du recueil, complètement déconnectée des autres et avec un intérêt que j’ai trouvé limité

Nutty Valentine’s: ce recueil ne fait pas l’apologie de la romance au contraire. Il présente des histoires sombres, même macabres.

  • Le saule: cette nouvelle poétique est une des plus lumineuses du recueil. Dommage qu’elle développe si peu la romance.
  • Une dernière nuit avec elle et Hara Kiri: deux nouvelles qui sont sur le même thème de l’infidélité et de la souffrance, assez courte pour la deuxième et un peu trop longue pour la première, la mise en place est bonne
  • Blanc: cette nouvelle donnera des frissons dans le dos aux gens angoissés par les vols, une montée grandiose
  • Le mariage d’outre tombe: j’ai trouvé la nouvelle difficile à comprendre au niveau de l’intrigue et assez confuse
  • Honorine de Brabant: cette nouvelle monte en rythme et avec un style incroyablement sympathique, une très jolie nouvelle
  • Par amour: j’adore cette nouvelle, le cynisme qui s’en dégage et l’impression de cruauté et d’amour mélangé
  • Retrouvailles: jolie mise en scène, on ne s’y attend presque pas, belle manière de présenter les choses
  • Désiré: je vais être honnête, j’étais très déçue par cette nouvelle car je n’ai pas la culture nécessaire pour comprendre la dernière phrase et elle est tombée complètement à plat de mon côté
  • Pierre, feuille, ciseaux: je dois être horrible mais j’avoue avoir apprécié le personnage de la femme qui s’assume complètement et qui sait ce qu’elle veut quitte à faire souffrir le monde entier
  • Cèdre: le ton est très angoissant, bien maîtrisé et glace le sang
  • La belle: cette nouvelle est trop courte, la fin ne la sauve pas et je l’ai trouvée très convenue finalement
Publicités

La réelle hauteur des hommes de Jo Ann Von Haff

la-reelle-hauteur-des-hommes-813651

J’ai des sentiments mitigés envers ce roman. J’adore le style de l’auteure, j’ai dévoré ce roman en quelques jours et il m’a amené en larmes dans quelques scènes. Cependant, il me manquait quelque chose pour vraiment apprécier.

Je n’ai pas réussi à m’identifier et à sympathiser avec les deux personnages que je trouvais trop extrêmes dans leur comportement avec d’un côté Mel, la femme très enjouée et Littlejohn, le personnage très sombre. Littlejohn reste très secret sur lui et refuse de se dévoiler pendant longtemps pour voir Mel puis par la suite et cela m’a un peu agacée. J’avais envie de le secouer pour qu’il arrête de gémir et de se plaindre. Quant à Mel, malgré l’optimisme sans faille qu’elle témoigne, reste toujours très en retrait et le final du roman confirme la tendance de Mel à se sous-estimer et à rester dans l’obscurité contrairement aux efforts de Littlejohn dans le sens inverse.

La romance est assez saccadée, on voit pour une fois une romance établie prendre place avec son lot de mésaventures et de conflits ce qui est assez original. Cependant, le couple reste dans les mêmes schémas avec Mel qui essaie de provoquer Littlejohn et ce dernier qui s’enfuit. Aussi crédible que cela puisse paraître, j’étais gênée car la romance demande aussi un peu d’espoir et de romantisme plus que de réalisme.

J’ai apprécié la romance mais je suis restée très éloignée des personnages donc une lecture en demi-teinte pour moi.

Le cercle félin T1 de Suzanne Roy

la-promee-de-sang

Je voulais vraiment aimer ce roman, j’avais de grands a priori positifs dessus et j’adore en général la littérature de vampire (et autres créatures) jeunesse. Malheureusement, je n’ai pas réussi à adhérer à ce livre pour plusieurs raisons.

Tout d’abord,  le personnage d’Alex, celui qui est vu comme à la fois amoureux d’Isabelle et violent n’est absolument pas développé. Tout le monde avertit Isabelle à propos de ce personnage mais Alex lui-même reste un stéréotype de « mauvais garçon ». A aucun moment l’auteur ne cherche à approfondir ce personnage et à lui donner des qualités ou défauts autres que clichés. Bref, c’est le méchant de l’histoire.

Maintenant passons aux gentils. On se retrouve devant l’affrontement entre un clan méchant (où les femmes sont maltraités) et un clan de gentils où elles sont vues comme égales. Cependant, Isabelle est dévalorisée dans tout le roman, vue comme idiote et insultée par le camp des gentils qui, sans jamais rien lui dire de l’histoire principale, pense qu’elle se doit d’obéir au camp des gentils par principe, par obligation. Sans jamais se remettre en question. On a donc des gentils qui lui mentent, qui oublient des parties de l’histoire et la pauvre Isabelle se retrouve entre les deux camps complètement paumée ce qui est compréhensible. J’ai trouvé exagéré le côté « il faut respecter les femmes mais on peut traiter Isabelle en inférieur et lui exiger l’obéissance ».

Bref, je n’ai pas du tout été emballée par cette histoire, ce que je regrette beaucoup.

Kissmee de Alice Inacio

cover

Avis

Il s’agit d’une histoire avec trois points de vue sur trois personnages qui cachent une histoire compliquée. Tous les trois, le père, le fils et l’écrivaine, ont du mal à s’ouvrir au sentiment amoureux. Leur rapprochement va leur permettre de se pardonner et de dévoiler leurs émotions.

Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps, j’ai adoré ce roman. Il traite à la fois de découverte de l’homosexualité et de famille recomposée avec une fraîcheur, une douceur et une tendresse réconfortante. J’étais heureuse et étonnée de voir une romance avec une femme de quarante ans, c’est tellement rare de voir cette tranche d’âge représentée dans la plupart des romances que je lis et ça fait plaisir. D’autant plus que la protagoniste, femme écrivaine au caractère bien trempé, a passé l’âge de rêver au mariage et aux enfants et sa fragilité émotionnelle devant son extérieur dur.

J’ai adoré tous les personnages et je mettrais un bémol. Ce livre mériterait de posséder beaucoup plus de pages. J’étais encore en manque que j’en suis sortie et j’aurais voulu qu’il finisse moins vite.

Bref, j’ai jamais autant pleuré devant un livre depuis très longtemps et rien que pour cette raison, il s’agit d’un énorme coup de cœur.
Je remercie chaleureusement Simplement Pro de m’avoir permis de découvrir un si beau roman.

Rose thé et gris souris de Marie-Catherine Daniel

20530714

Avis

C’est une romance originale qui se passe dans un lieu exotique pour une parisienne comme moi: La Réunion. J’ai tout de suite adoré le petit chien dans le roman: Dégage, on a son point de vue et il est tellement mignon que j’ai adoré le petit jeu de Dégage pour essayer de séduire la protagoniste Gertrude. On se trouve avec des personnages inhabituels: une comptable et un chien et le ton est décalé, humoristique. Ce roman se lit très vite et je dirais même qu’il est trop court pour développer une vraie trame romantique. L’histoire de Gertrude, surtout son passé, est assez confuse et je n’ai pas tout à fait compris son histoire romantique et je n’ai pas non plus adhéré à la romance.

Je dirais qu’il s’agit d’un livre trop court, mais avec un style doux et enchanteur, comme un  conte de fées.

 

 

Duncan (Les Néo-Gaïens T3) de Florence Gérard

cover

Avis

Dans ce tome 3, on se focalise sur Duncan, surnommé Big D et sur ces efforts pour sauver le frère de Keira, dont il va tomber amoureux.

Ce tome est complètement du point de vue de Duncan, et j’ai beaucoup apprécié l’alternance entre les journaux intimes sur ces rêves et le présent, cela donne un suspense supplémentaire. Les passages entre les chapitres sont très rythmés, à tel point que j’ai dévoré ce livre en quelques jours à peine. On continue sur l’idée de l’âme sœur et sur l’idée que l’amour permet d’éviter la folie, j’avoue que ce point de vue me plaît de plus en plus. On n’apprend pas grand chose de plus sur l’univers mais j’aime toujours cet univers futuriste noir et la mission de sauvetage tient en haleine du début jusqu’à la fin.

En ce qui concerne la romance, le sujet qui me pose problème, je trouve que la relation entre Keira et BigD n’est pas assez développée et se déroule trop rapidement, elle semble superficielle et fondée que sur le désir ce que cherche par ailleurs à démentir le roman.

En conclusion, ce tome est toujours aussi satisfaisant en terme d’ambiance, de contexte, et d’intrigues mais il pêche toujours au niveau de la relation amoureuse. Ce tome est agréable dans la continuité des précédents. Je remercie les éditions Laska pour m’avoir fourni ce service presse.

Romances d’aujourd’hui

anthocontemp_petit

Voici une anthologie parfaite pour les soirées fraîches, où chaque nouvelle permet de donner du baume au cœur. Je l’ai fini assez rapidement, presque en une soirée et le niveau de haute qualité est très homogène.  Maintenant, pour être plus précise sur chaque nouvelle:

  • Échange de bons procédés de Suzanne Roy: j’avoue que le principe même de sortir avec son patron me met très mal à l’aise. Je ne serais pas hypocrite au point de dire qu’on ne devrait pas sortir avec quelqu’un du boulot mais la relation de supériorité hiérarchique me rend un peu hésitante avec toutes les possibilités de harcèlement éventuel. Au moins, la nouvelle se place pendant un week-end et on ne verra pas la suite au travail ce qui rend la situation plus simple à accepter. Et voir Chloé rejeter son ex et se faire courtiser de la plus belle manière par un médecin, ça fait quand même plaisir!
  • L’auteur mystérieux de Patricia Hajo: L’idée est intéressante: tout écrivain ne s’inspire-t-il pas au moins inconsciemment de son entourage pour écrire ses histoires? En tant qu’aspirante auteure, je partage tout de même l’idée qu’il faut une certaine distanciation et que personne n’aimerait se voir inclus contre son gré dans une nouvelle publiée. Je comprends cependant que l’on puisse se laisser emporter par un mensonge et ne pouvoir s’y échapper et l’idée de relier son écriture à sa vie amoureuse, telle que le pratiquaient Simone de Beauvoir et Sartre, me plaît bien.
  • Un peu rouillé de Agathe Prudent: Ma nouvelle préférée du recueil. J’adore comment les deux tourtereaux, Osanne et Félicien, passent de la haine à l’amour, de manière subtile et sans artifices grossiers. J’ai apprécié la manière dont l’auteure nous présente un homme ravagé par la douleur après l’annonce du divorce et le fait qu’il en soit autant affecté. Et puis la manière dont Osanne lui permet de découvrir les fameuses positions sexuelles qu’adorait son ex-femme…
  • A l’essai d’Eleonore Duplessis: J’ai surtout apprécié le côté policier de l’intrigue avec Juliette et ses visions qui lui montrent des indices. Le côté infidélité me dérange beaucoup et j’avoue que la justification « oui mais mon copain est un salaud » ne rend pas les choses plus faciles à avaler. Je n’ai pas forcément apprécié le fait de rendre le copain complètement fou et cela ne justifie pas les infidélités de la conjointe. Sinon, je retiendrais surtout la partie policière vraiment sympathique.
  • Rendez-vous à Pigalle de Chloé Duval: Il s’agit de ma deuxième nouvelle préférée du recueil. L’idée est absolument fantastique: comment rencontrer l’âme sœur dans le métro! En tant que parisienne, j’ai adoré l’idée de lire les bouquins d’un inconnu dans le métro.

Finalement, je remercie les éditions Laska de m’avoir procuré ce service presse qui m’aura permis de passer un bon moment.

Pour une chance avec toi, anthologie LGB

antholgb_petit

Avis

Cette anthologie regroupe quatre nouvelles dont trois nouvelles de romances entre hommes et une entre femmes.

La première nouvelle, Chimères, Gangsters et Informatique de Amélie Voyard-Venant, est absolument géniale. Elle est drôle, attachante, et dès les premières paroles d’Oliver à la première personne, j’adorais déjà entrer dans la vie de ce gangster. Certes, le format court n’autorise pas à approfondir comme il faut l’univers. On a une histoire de romance et une histoire de malfaiteurs en parallèle. Comme les éléments sont très nombreux, je me suis retrouvée frustrée à la fin, à la fois car l’histoire de gangster sur les statues n’est pas aboutie, la relation passe très vite d’une relation courtoise à une relation de couple sans donner du temps aux deux tourtereaux. Mais finalement, je retiendrais de cette nouvelle l’humour contagieux d’Oliver, l’impression de bonne humeur qui se dégage et c’est inoubliablement amusant.

La deuxième nouvelle Le correspondant inattendu de Viviane Faure est une histoire entre un étudiant et un jeune correspondant allemand qui se rencontre dans une soirée. Elle m’a laissée plus dubitative. J’étais gênée au début par l’âge des protagonistes. Les thématiques de fugues, d’homophobie sont mentionnées si peu approfondies que cela m’a rendue perplexes. De plus, le correspondant commence au début à vouloir donner des « récompenses sexuelles » ce qui rend le protagoniste pas forcément appréciable non plus. Bref, au-delà de mes premières impressions, je me suis tout de même laissée charmer par la romance qui se tisse au fur et à mesure. Et j’ai eu une petite larme au départ du correspondant allemand.

En ce qui concerne les deux dernières nouvelles que j’avais chroniquées antérieurement, je renvoie aux critiques: Un week-end sur deux de Magena Suret, La Princesse et le Dragon de Ivy Clark.

Et je remercie tout particulièrement les éditions Laska de m’avoir procuré ce service presse ainsi qu’aux auteurs pour ces moments de lecture!

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Schaffer

6507425

Avis

Depuis le temps que j’entendais parler de ce roman, je suis enfin contente d’avoir mis la main sur un exemplaire, d’avoir pris mon courage à deux mains et de l’avoir lu. Le titre est original, c’est pour cela que des années après en avoir entendu parler, je me suis mise à le lire. C’est un roman épistolaire qui traite de la vie des gens sur l’île de Guernesey durant la seconde guerre mondiale. Juliet, une jeune écrivaine anglaise, va correspondre par hasard avec quelqu’un de cette île et va connaître et comprendre la vie de ces personnes.

J’ai beaucoup apprécié ces touches historiques bien placées qui permettent de se mettre à la place des gens à l’époque et qui offrent une perspectives sur la vie des gens ordinaires lors de l’occupation allemande. L’histoire de Juliet sur le plan amoureux m’a mise un peu mal à l’aise, elle doit faire face à un homme charmant, élégant, qui veut juste se servir d’elle pour qu’elle soit la « femme parfaite » (c’est-à-dire toujours d’accord avec lui et pas trop bruyante) et finalement, après s’être débarrassée de ce prétendant désagréable, je n’ai pas vraiment réussi à adhérer à son histoire d’amour avec Dawsey et le fait d’adopter une fille (parce que bon, il faut bien qu’elle ait un enfant et un mari avant la fin de l’histoire) ne m’a pas semblé très crédible. J’ai eu du mal certaines fois à discerner entre les différentes personnages, les différents « je » dans chaque lettre.

Bref, l’histoire est bien écrite, la partie historique est agréable mais je suis restée sceptique sur la vie de Juliet.

La sixième corde de Benjamin et Caroline Karo

cover

Avis

Tout d’abord, j’étais fascinée par l’idée de l’intrigue: revoir tous ces exs pour pouvoir enfin tourner la page avant le mariage. C’est l’histoire d’Arnaud, un homme heureux en couple, amoureux et prêt pour une fois à se marier avec Emma, la femme de sa vie. Pourtant, il va amener ses amis dans un voyage mouvementé pour revoir toutes les anciennes femmes de sa vie.

J’avoue que j’ai particulièrement aimé les passages où il revoit chacune des exs. A chaque fois, je me demandais quelle allait être la réaction de chacune et à chaque fois, on sentait les émotions du narrateur. Ce roman m’a vraiment fait réfléchir à mes propres choix amoureux et au fait qu’essayer de remuer le passé ne permet pas forcément de mieux se sentir.

J’étais beaucoup plus prise dans le tourbillon des émotions d’Arnaud devant les femmes qu’il avait aimées autrefois, que dans le voyage en tant que tel avec ses amis et j’ai lu assez rapidement chaque chapitre pour découvrir comment allait se dérouler chaque rencontre. Le point faible pour moi était le contraste entre les beuveries de la bande d’amis, qui ne m’ont pas passionnées avec la force émotionnelle des histoires d’amour.

J’ai adoré la manière dont Emma a passé ses journées pendant que son amoureux cavalait à travers le passé, j’avoue que ce sujet m’avait effleuré l’esprit plusieurs fois et j’étais contente de la manière dont les auteurs ont résolu cette intrigue. J’étais cependant perplexe par la fin ouverte.

Bref, cette lecture que j’ai dévorée m’a permis de me plonger dans le passé et m’a plongée dans les émotions du narrateur. Je remercie tout particulièrement Benjamin Karo pour m’avoir proposé ce beau moment de lecture.