Outsphere T2 de Guy-Roger Duvert

cover

J’avais bien apprécié le premier tome qui abordait de nombreuses questions de civilisation humaine de manière intelligente et j’ai tout de suite accepté de chroniquer le tome 2 pour poursuivre cette aventure.

J’ai bien aimé la manière dont l’auteur poursuit sa narration avec les Atlantes qui découvrent leur pouvoir et se l’approprient. C’est la partie que j’ai le plus apprécié car cela permet de montrer comment ces personnages évoluent et s’individualisent à leur manière. J’étais un peu déçue qu’on n’explore pas autant la planète mais l’auteur semble beaucoup apprécier de confronter les civilisations avec la guerre et la force et il n’y a aucun doute sur le fait qu’il excelle là dessus. Les batailles s’enchaînent, même un peu trop à mon goût et le lecteur n’a jamais vraiment le temps de se reposer tant la situation reste toujours à peine gérable pour les protagonistes.

L’auteur nous montre également la société humaine qui s’auto-organise à sa manière sur des nouvelles villes en dehors de la présence militaire et j’ai trouvé intelligent la critique subtile qui reste sous-jacente. J’aurais aimé avoir plus d’informations sur les Ashkaniens et les Reptiliens, les autres civilisations dans la nouvelle planète mais on commence à en avoir un peu et c’est appréciable. La fin est juste magnifique, elle clôt toute l’intrigue tout en donnant parfaitement envie de poursuivre la nouvelle intrigue.

Bref, un tome 2 rempli d’actions avec des questionnements philosophiques et un propos intelligent sous-jacent, j’adhère totalement. Je remercie la plateforme Simplement Pro et l’auteur pour ce roman.

 

Planète T1 de Arsène Slab

xcover-3117

Voici un roman qui prend le monde actuel et imagine la suite de notre histoire en tant qu’être humain. Il mêle plusieurs styles : SF, thriller, un brin de fantasy et même pas mal d’anticipation. Il s’agit d’une vision plutôt négative de notre futur en tant qu’humains dans un univers ravagé par les extrémistes musulmans, la perspective d’une guerre nucléaire et le repli des États-Unis.

Les points de vue des personnages se succèdent et j’ai beaucoup aimé la vision globale et mondiale de l’auteur : on a droit à la Chine, la France, les États-Unis ainsi que d’autres pays qui cherchent à se débrouiller dans un monde hostile.

L’auteur réussit à créer un ensemble de personnages marquants et à nous donner les liens entre les personnages au fur et à mesure tout en gardant un style entraînant et même nerveux.

Je n’aurais qu’un seul regret, souvent le même lors de sagas : le premier tome se termine trop abruptement et je n’aime pas trop les tomes 1 qui finissent au point où cela deviendrait frustrant d’arrêter, ce que je considère comme une astuce un peu malvenue.

Sinon, l’histoire se lit avec plaisir, les personnages sont hauts en couleur, l’intrigue est presque crédible quand on voit la politique actuelle et j’ai adoré me plonger dans l’univers de l’auteur. Je remercie la plateforme Simplement Pro et l’auteur pour cette belle découverte.

 

 

La Lande de Seth Messenger

xcover-3162

Il s’agit d’une nouvelle très courte, même trop courte je dirais. J’ai beaucoup aimé les allusions à la nanotechnologie étant donné que c’est mon domaine d’expertise au travail et j’ai donc pu saisir quelques allusions intéressantes. Les idées sont super intéressantes et j’ai adoré le début. La fin m’a un peu déçue, un peu trop conventionnelle finalement alors que le début promettait une nouvelle beaucoup plus innovante et intéressante. Le style est agréable à lire et j’avoue que malgré cette petite déception, j’adorerais lire tout un roman sur ce type d’univers et j’espère que l’auteur continuera dans cette voie.

Bref, des idées magnifiques, un début parfait, une fin un peu décevante de mon côté mais la nouvelle promet de belles aventures si l’auteur continue. Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour cette sympathique petite nouvelle.

 

Le Sauveur de Thierry Jaegle

cvt_le-sauveur_3683

Ce livre raconte l’histoire d’un sauveur dans un monde apocalyptique. Ce sauveur, prédestiné depuis le début, entend des voix qui le préviennent et l’avertissent du futur et de comment gouverner le monde à venir.

Tout d’abord, le rythme du début est particulièrement soutenu, j’ai mis très peu de temps avant de me laisser happer par l’histoire et j’ai adoré le passage de l’arrivée des extraterrestres, sinistres et oppressant à souhait. L’idée d’avoir des extraterrestres qui sillonnent le coin sans rien faire était jolie et très angoissante ainsi que l’idée des fumées blanches. L’histoire tombe dans l’apocalyptique et l’angoissant de manière assez maîtrisée.

Au niveau des personnages, même si le Sauveur est un homme nommé Thomas, l’auteur a pris soin de développer une série de personnages autour de ce sauveur dont quelques femmes marquantes qui n’hésitent pas à prendre la tête de l’équipage et à mener le groupe. J’ai beaucoup aimé le fait que les autres personnages à part Thomas sont assez développés et globalement mixtes (des hommes et des femmes).

Pour être honnête, j’ai largement préféré le début et je trouvais que dès que Thomas commence à se constituer un équipage de survivants, le rythme devenait plus lent et le récit passait d’un récit angoissant et apocalyptique à un récit plus politique et que j’ai moins apprécié.

Bref, une histoire qui englobe le lecteur dès le début, des personnages fortes, un rythme soutenu mais qui vacille au milieu et des thèmes écologiques fascinants ce qui nous donnent une belle histoire de thriller à lire. Je remercie chaleureusement l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour cette belle découverte.

Les néo-gaïens T4: La nouvelle ère de Florence Gérard

cover

Ce roman clôture la saga sur les néo-gaïens dans un monde à la X-Men où on suit un monde futuriste dans lequel certaines personnes se retrouvent dotées de pouvoirs à la suite d’un virus dévastateur contre l’humanité. Ce tome aura mis du temps à paraître et j’avais en partie oublié les trois premiers tomes. J’ai hésité à relire les tomes mais ce roman se suffit amplement à lui-même et conclut en beauté cette saga.

On suit l’histoire de deux couples, un couple hétérosexuel et un couple homosexuel. Je dois avouer que j’ai beaucoup apprécié le couple hétérosexuel qui, même si l’auteure abordait des thématiques classiques comme le « coming-out », l’homophobie, détonne par les personnages très attachants. Surtout Matt qui se bat pour son amoureux pendant tout le roman. Quant au couple plus classique, j’ai moins accroché car on en revient à l’homme protecteur qui refuse que sa copine prenne des risques et cela devient un peu lassant.

Les péripéties abondent dans ce roman, on retrouve avec plaisir le style survolté de l’auteure et j’ai plongé dans ce roman du début jusqu’à la fin.

Je remercie les éditions Laska pour cette belle découverte.

Contact de Carl Sagan

96656

Pour aller assez vite, j’ai détesté ce livre. C’est l’histoire d’une astrophysicienne américaine qui, en cherchant un signal extraterrestre, trouve et décode avec l’aide d’autres pays, un message à propos d’une machine à construire. Le domaine de la « hard SF » rend le roman plus réaliste et d’un rythme assez lent. J’ai pris trois semaines à finir ce bouquin de plusieurs centaines de pages et il m’a semblé interminable.

Pour quelles raisons? Tout d’abord, le livre cherche à donner un côté scientifique aussi réaliste que possible (je suis moi-même scientifique de formation) donc on n’aura pas ni super-pouvoirs ni message en clair avec voyage à l’appui intersidéral. Pour cela, les héros devront décoder les nombres premiers et les signaux radios avec la technologie actuelle ce qui prend un grand nombre d’années. Cependant, cette recherche de réalisme scientifique va permettre à l’auteur de donner une bonne part au côté géopolitique et religieux du message.

En effet, les différents pays doivent s’accorder ensemble pour construire cette machine et étonnamment, l’auteur donne une belle image de paix puisque les pays vont tous travailler ensemble sans trop se bagarrer entre eux. De plus, on a une belle poignée de religieux éclairés qui vont discuter avec les scientifiques sur la provenance du message, l’importance ou non de l’origine du message (Dieu? le Diable?) et la création de la machine.

L’auteur ne lésine pas non plus sur la vie personnelle de son héroïne qui pour une fois dans le genre, est une femme. Elle doit à la fois faire face à sa vie amoureuse inexistante, au machisme de ses collègues et à sa vie familiale qu’elle néglige finalement dans une quête pour la science.

Bref, ce roman est à la fois bien écrit et intelligent à plusieurs niveaux. Pourquoi est-ce que je ne l’ai pas aimé? Tout simplement car les thèmes de la géopolitique et de la religion ne m’intéressent pas et l’excursion dans un genre m’a convaincue que je n’étais pas le public idéal. En somme, un excellent roman pour les fans de la hard SF, dont je ne fais pas partie.

Aliénor, l’origine de toutes les haines de Aurélien Grall

Avis

cover

Je ressors avec un avis mitigé de ce livre, entre le début prenant et la fin qui part dans tous les sens.

Tout d’abord, au début, on commence par suivre le destin de trois filles dans un internat un peu particulier. Même si au début, les filles semblent interchangeables, elles prennent rapidement une personnalité propre à chacun et les aventures sont telles que dans la violence de l’intrigue, j’avais envie d’en savoir plus sur les mystères autour de l’internat. Bref, pour la première partie de l’histoire, j’étais bien engagée dans l’univers que je trouvais passionnant.

En ce qui concerne la deuxième partie lorsque les filles sont engagées dans l’action, j’étais moins convaincue car je trouvais que l’intrigue partait un peu dans tous les sens et je me détachais progressivement de ces filles. Bref, je trouvais que les fils d’intrigue étaient plus difficiles à suivre et plus violents.

Finalement, j’ai apprécié l’univers de l’internat, j’ai également apprécié l’intrigue mais j’ai trouvé moins convainquant le chaos de la fin. Je remercie donc l’auteur pour ce sympathique livre ainsi que la plateforme Simplement Pro.

Seul sur Mars de Andy Weir

27810119

Avis

Voici un roman que j’ai trouvé très difficile à lire et qui m’a pris beaucoup de temps. Au demeurant, l’histoire a l’air sympathique. Un homme se retrouve coincé sur Mars et doit survivre plusieurs mois. Pour être honnête, je ne suis pas fan des histoires type Robinson Crusoé mais j’étais prête à me laisser convaincre. La conclusion est que j’ai vraiment du mal à adhérer à ce genre d’histoires. Les parties les plus prenantes étaient les alternances entre le point de vue de Mark, le cosmonaute perdu et les discussions entre les différents employés de la NASA. Dès que d’autres personnages se sont manifestés, j’ai pris plus de plaisir à voir les employés cherchaient à sauver Mark, se battre contre l’administration politique, contre les journalistes, contre les susceptibilités de chacun pour se mettre ensemble et essayer de trouver une solution.

Mark n’est pas forcément antipathique, l’auteur a essayé de le rendre drôle à sa manière mais devoir passer autant de jours sur Mars avec lui n’est pas facile. Le style d’écriture est très technique et devient très vite horripilant, alors que Mark essaie des fois de faire des blagues pas drôles. J’ai eu l’impression que le personnage principal n’avait pas d’émotions et qu’il était difficile d’éprouver de l’empathie pour lui. Au bout d’une centaine de pages, sa survie me laissait complètement indifférente et il aurait pu vivre ou mourir que ça ne m’aurait pas dérangée. A ce niveau là, je trouve que, en dehors de ce cosmonaute de l’extrême, les autres personnages en dehors, qu’on voit bien moins souvent, ont des réactions plus réalistes et provoquent une émotion plus crédible.

Bref, un long roman  qui m’a laissée perplexe.

Clara (Les Néo-Gaiens 2) de Florence Gérard

29990518

Avis

J’avais hâte de continuer cette saga pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’avais adoré la partie science-fiction et la création d’un monde dans le premier tome. Ensuite, l’héroïne de ce tome a mon prénom, ce qui me rend en général plus indulgente.

Le verdict: un très bon roman, haletant, plein de suspense, que j’ai dévoré en quelques heures mais malheureusement avec un fin décevante qui laisse un petit goût amer.

Le tome reprend les idées de la communauté des Mods, ceux qui ont été atteints par le virus fatal qui a ravagé la population humaine mais qui ont survécu, rebelles qui vont essayer d’empêcher les Norms de s’acharner sur eux et de lancer un virus contre les Mods. Clara, une Norm, vit une relation mouvementée avec son ennemi de base, les Mods et surtout Vince. Contrairement aux relations mouvementées où le sujet de conflit est artificiel, j’ai trouvé que globalement, ils essaient de se comprendre même s’ils savent que leur relation est vouée à l’échec. On nous présente deux trames, une trame dans le passé où Clara a rencontré Vince et celle dans le passé où elle essaie d’empêcher son père d’éradiquer tous les Mods. Contrairement à la plupart des romances que j’ai lu, j’étais vraiment intéressée par les secrets cachés par les Mods que Clara découvre, par la manière dont ils essaient de propager leur race malgré leurs faiblesses et pas seulement par la relation amoureuse. Cette dernière occupe certes une grande place dans le récit et dans l’esprit de Clara mais ne l’empêche pas d’accomplir de grandes choses pour sa cause.

Le récit dans ce tome est mouvementé, on a à peine le temps de souffler qu’une autre catastrophe survient et ce rythme très fort donne envie de dévorer ce livre le plus vite possible. C’est aussi pour cela que la fin semble trop facile puisqu’on a une fin « ouverte », qui ne résout pas aucune des intrigues introduites jusqu’à présent. Je vais être obligée de me jeter sur le prochain tome.

En bref, malgré la fin abrupte, la personnalité de Clara, le monde rempli de mystères et la relation amoureuse sincère rendent ce tome très attachant. Je remercie donc les éditions Laska de m’avoir procuré ce plaisir.

cefb9-12180185_723844871083842_1732376702_n

La Horde du Contrevent de Alain Damasio

1397743

Avis

Je n’avais pas beaucoup d’attentes sur ce bouquin à part qu’un collègue me l’avait recommandé et lorsqu’une lecture commune a été organisée sur le forum Livraddict, je n’ai pas hésité un seul instant pour me plonger dans ce gros roman.

Les premières pages m’ont déstabilisée et j’ai failli arrêter. Je me suis retrouvée devant une multitude de personnages, avec une histoire très étrange et bourrée de termes techniques qui incluaient du vent et autres. J’ai du attendre plus d’une centaine de pages avant de comprendre l’intrigue du roman, avant de reconnaître certains personnages, comme Sov et Caracole, mes personnages préférés.

Durant tout le roman, j’avoue avoir été incapable de me rappeler de plus de quatre à cinq personnages et j’avais du mal à comprendre tout de suite et reconnaître les différents narrateurs, même si certains se distinguent parmi d’autres. Une des scènes mythiques est celle avec le duel de poèmes entre Caracole et son adversaire où les poèmes se succèdent et sont absolument grandioses. J’ai été éblouie par les différents combats menés par la Horde, par le concept psychologique du dernier type de vent. J’ai adoré l’idée du vent qui permet de te dévoiler qui tu es, et cela permettait d’en savoir plus sur chacun des personnages. J’ai vibré sur les dernières pages devant le destin de Sov.

Bref, je me suis retrouvée dans une épopée sans pareil, devant un roman absolument formidable et que j’ai apprécié.