Le testament des siècles de Loevenbruck

1693064

Avis

Tout d’abord, il faut savoir qu’il s’agit d’un thriller à la sauce de Da Vinci Code, où on parlera comme d’habitude du célèbre peintre Léonard de Vinci, des groupements religieux et sectaires tous plus complotistes les uns que les autres en passant évidemment par la franc-maçonnerie et l’Opus Dei, des cibles classiques. Tous les poncifs du genre sont exploités, avec le petit nouveau qui en quelques jours, arrive à rassembler et comprendre le message de Jésus caché depuis des millénaires tout en arrivant à se protéger contre tous les religieux chrétiens qui veulent le tuer.

Les scènes d’action sont pléthores et l’on ne s’ennuie pas dans ce roman explosif.

J’aurais tout de même quelques reproches à faire à ce livre. D’abord, la caractérisation de Sophie comme « la lesbienne » est maladroite au possible et a des relents machistes désagréables à lire dont on ne comprend pas bien si cela vient du personnage ou de l’auteur lui-même. Surtout en ajoutant les scènes dans lesquels le narrateur exprime à quel point la cuisine n’est bien faite que par une femme. Ces scènes pleines d’idées rétrogrades m’ont sérieusement gênées.

Bref, un thriller plein d’actions, avec quelques passages machistes qui gâchent un peu l’ambiance.

Ne lisez pas la suite si vous ne voulez pas connaître la fin.

SPOILERS ATTENTION:

La fin avec le message de Jésus dévoilé est risible. Il a fallu la mort de « la lesbienne » qui est en réalité bisexuelle pour savoir que nous ne sommes pas seuls au monde. Je sais que le genre de l’histoire augmente l’enjeu mais ce message me paraît si ridicule hélas. Et attendre tout un livre pour le découvrir laisse un  goût amer dans la bouche.

 

 

Publicités

Breakout de Richard Stark

index

Avis

Je vais être très claire dès le début, je me suis ennuyée en lisant ce livre. Il est prévisible, les héros ne sont pas attachants et je n’avais aucunement envie de savoir la suite. J’ai même pris plus de temps que prévu pour le lire.

Il s’agit d’une histoire très classique, on a l’impression de regarder un film d’action où beaucoup de personnages sont angoissés et en train de courir dans tous les sens alors que le lecteur regarde sa montre et se demande quelle idée lui a pris de commencer ce film. J’avoue que de base, je n’étais pas la personne cible pour des romans d’évasion mais avec les a-priori négatifs que j’avais, l’auteur n’a pas réussi à me détromper.

Pour tous ceux qui aiment les récits un peu classique d’évasion de prison, de vols qui tournent mal à la Ocean’s 11 et de gangsters, je leur conseille vivement. Pour les autres comme moi qui n’apprécie pas de base, ce livre ne leur fera pas changer d’avis.

 

D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

25964933

Delphine de Vigan est une auteure que des amis m’avaient beaucoup conseillé et j’ai donc acheté un de ses livres, curieuse de connaître le contenu de ses livres.

J’avoue que je me suis laissée surprendre dans le bon sens. Ce livre est à la fois un livre d’horreur, un livre qui commence innocemment et finit dans un climat d’angoisse et d’épouvante. Qu’est-ce qui est vrai? Qu’est-ce qui est faux? Est-ce que la narratrice est folle comme le pense son mari? Pourquoi un tel climat de peur autour de L.?

La pression monte progressivement et on se laisse happer par une histoire somme toute banale au début, d’une auteure qui, après un best-seller, ne sait plus quoi écrire pour la suite. Ce livre donne aussi des pistes intéressantes sur des questions telles que: Qu’est-ce que dire la vérité? Existe-t-il une vérité pure? Est-ce que l’autobiographie a une plus grande valeur que la fiction et pourquoi? La puissance de ce livre réside dans le fait que loin de simplement poser des questions, le livre y répond à sa manière à travers des vraies situations dans lesquelles le lecteur doit se mettre à la place et proposer ses propres explications.

Bref, un livre grandiose, un coup de cœur et une belle découverte.

Les Vélazquez T2 de Aspi Deth

25558069

Avis

J’avoue que j’appréhendais l’idée de lire ce dernier tome. Je n’avais pas beaucoup aimé le tome 1 et je ne l’ai continué que parce que j’avais déjà le tome 2 en ma possession.

Loin des romances du premier tome, on entre direct dans le vif du sujet: la mafia, les guerres de gang et de la violence à tout va. J’avoue que la mafia n’est pas du tout un sujet qui me passionne et toute cette violence m’a mise mal à l’aise. On a pratiquement la moitié des personnages du roman qui se font tuer violemment et ce monde de brutes m’a dégoûtée.

Juste un petit bémol, je suis un peu agacée de voir les héroïnes tomber enceinte systématiquement (comme si seul le fait de tomber enceinte ou de se marier pouvait constituer une bonne intrigue pour une femme) et pire encore, elle veut avorter et décide finalement que non. Déjà, elle ne sait pas ce qu’elle veut et en plus, depuis qu’elle a perdu son travail au début du tome 1, elle n’a pas cessé de se faire entretenir par la famille de son copain donc je doute qu’elle ait ou qu’elle pourrait avoir financièrement les moyens. Son idée de garder l’enfant est finalement très égoïste. Sinon, j’ai apprécié l’histoire de la sœur étant en réalité la mère, même si on a tous les clichés des femmes dans ce livre (se faire violer, marier de force et tomber enceinte), le personnage de la sœur est tellement réjouissant et sympathique au final que cela ne m’a pas dérangée.

En bref, je l’ai fini parce que je l’avais dans ma PAL mais c’est trop de violence et trop de tueries pour moi.

Témoin sous protection de Emilie Milon

23015780

Avis

C’est une très courte nouvelle qui raconte l’histoire d’Esperanza, une femme qui, après avoir entendu le meurtre de son amie et failli se faire assassiner elle-même, est prise en charge sous la protection de la justice. Elle doit se créer une nouvelle vie, une nouvelle identité pour témoigner contre ceux qui ont voulu la tuer et pour l’aider dans cette tâche, elle rencontre un séduisant marshal.

J’avais déjà eu des difficultés avec une nouvelle dans les éditions Laska sur le fait de mélanger le travail et la romance, surtout dans un cadre aussi risque que celui de la protection des témoins et je l’admets volontiers, j’ai été plaisamment surprise dans le meilleur sens du terme.

L’héroïne est courageuse, indépendante et forte et malgré les circonstances, j’ai apprécié la relation naissante entre ce marshal Darren qui essaie de faire son boulot aussi bien que possible et qui se trouve admiratif devant le courage de Esperanza. Le format étant assez court, la fin est plutôt précipitée et il était possible de mieux introduire les scènes finales qui ne sont qu’anecdotiques.

Cependant, j’ai trouvé réaliste et plutôt agréable le personnage de Darren et j’ai bien apprécié le style de l’auteure. Je remercie de tout coeur les éditions Laska de m’avoir procuré cet exemplaire de la nouvelle.

 

Paranoïa de Mélissa Bellevigne

28501827

Avis

Ce livre suit l’histoire de deux femmes, Lisa, une psychiatre très reconnue dans son domaine qui présente quelques difficultés à gérer sa vie de couple et Judy, une patiente pourvue d’hallucinations visuelles et enceinte de quelques mois. Lisa veut désespérément avoir un enfant et se retrouve stérile, ce qui fragilise son couple. Judy, de son côté, cherche à se suicider pour ne pas donner naissance à son enfant.
J’ai apprécié de suivre la vie des deux personnages, Lisa est quelqu’un avec qui j’ai eu du plaisir à passer du temps et l’histoire de Judy m’a prise au dépourvu. Judy a un ami imaginaire, un être invisible qu’elle seule est capable de voir. Tout le monde la prend pour une folle, elle-même pense qu’elle est folle et pourtant, après avoir reçu une lettre posthume de sa grand mère qui prétendait être descendante d’une famille anglaise qui l’avait adoptée et reconnaître le nom de son ami imaginaire, Judy va se retrouver emportée dans une grande escapade à Londres. On se retrouve dans la peau d’une schizophrène et l’auteure prend bien soin de ne jamais trancher entre l’irréalité de son ami imaginaire et la réalité de ce qu’elle déclenche à Londres.
Ainsi, on est sans cesse balloté entre le réel et l’imaginaire, je me demandais à quel moment on saurait jusqu’à quel point Judy hallucine et finalement, l’auteure maintient le suspense jusqu’au bout.
Je n’ai qu’un seul regret à témoigner, sur la fin. Il s’agit d’une fin très ouverte, très frustrante qui ne répond à aucune des questions qui se posent durant tout le roman, que ce soit pour Lisa ou Judy. On ne saura jamais la réponse à propos de ce bébé, à propos de l’avenir du couple de Lisa, et j’avoue que me laisser sur une fin aussi peu satisfaisante a rejailli de manière très négative sur l’ensemble du roman. J’ai tourné les pages du roman avec beaucoup d’empressement, sympathisé avec tous les personnages mais la fin m’a laissée de glace et presque énervée.
Bref, une lecture passionnante et frustrante, je remercie Netgalley et les éditions Hachette de m’avoir procuré ce roman.

Fermez les yeux de C.J. Cooper

28504065

Avis

Ce livre commence avec une femme qui souhaite revivre une partie sombre de son existence, quelque chose qui a rapport avec un hypnothérapeute, le séduisant Stephen. Sara recourt donc à l’aide de Stephen pour vaincre sa phobie de l’avion. Au cours de ces séances qui deviennent de plus en plus étrange, elle a des hallucinations, et Stephen devient de plus en plus empressé à son égard.
Le rythme de ce livre est très inégal, l’action principale concernant les souvenirs de Sara et de ses proches sur ses relations avec Stephen accélère à certains endroits et reste très lente à d’autres endroits. Dès que les personnages extrapolent sur la vie des parents de Stephen et sur les détails annexes, j’avais le sentiment de m’ennuyer et que le livre piétinait. Lorsque l’intrigue principale retournait, je redevenais nerveuse et stressée pour Sara. Je me remettais à tourner les pages en vitesse.
J’ai adoré l’idée de faire parler tous les personnages autour de Sara et de reconstituer l’histoire, j’ai adoré le personnage de Sara en lui-même ainsi que l’intrigue.
Et surtout, la fin m’a surprise et époustouflér, c’était comme si tout s’expliquait, tout devenait évident. Comme si chaque détail du livre prenait un sens.
Je remercie Netgalley et les éditions Préludes pour m’avoir offert ce bon moment de lecture.

Pars vite et reviens tard

Avis

Pour le dire très simplement, j’ai adoré ce roman qui m’a tenue en haleine du début jusqu’à la fin. J’avais déjà lu un roman de Fred Vargas qui ne m’avait pas convaincue et j’appréhendais la lecture de ce roman. On se retrouve déjà avec des personnages atypiques dont un commissaire assez rêveur. L’effort de caractérisation est bien faite sur les personnages principaux et l’intrigue monte en ampleur du début jusqu’à la fin partant de quelques tags sur le mur et de vagues messages jusqu’à une situation catastrophique. Le style est remarquable, j’ai appris beaucoup de choses sur la Peste en général et comble de l’affectif, l’histoire se passe à quelques pas de l’endroit où j’ai vécu presque toute ma vie. En bref, j’ai commencé à lire ce roman et je l’ai terminé au milieu de la nuit, passant presque une nuit blanche accrochée à ce roman. Un beau coup de cœur inattendu.

Shutter Island- Le film

Voici ma critique du roman, que je me rappelle avoir beaucoup apprécié, à la fois pour le ton menaçant, pour le côté claustrophobique et pour le narrateur qu’on suit avec une angoisse de plus en plus prégnante.

Maintenant, place au film sur lequel j’aurais un avis beaucoup plus mitigé. Tout d’abord, le film gâche une grosse partie de la surprise en mettant des flashbacks toutes les quelques minutes qui dévoilent pratiquement l’intrigue de manière beaucoup plus persistante que dans le roman. Mon copain qui regardait le film avec moi et n’avait jamais lu le bouquin a très rapidement deviné la fin de l’intrigue. Le film fait pire que cela, il rend la fin du bouquin moins intéressante en dévoilant à quel point l’intrigue est peu originale. En effet, on se rend compte en regardant le film plus qu’en lisant le roman (où l’immersion avec le narrateur est totale) que pour un cadre d’hôpital psychiatrique, l’auteur se restreint beaucoup trop à son intrigue et n’explore pas assez le cadre.

D’un point de vue subjectif, je me suis ennuyée devant le film, le rythme étant bien trop lent à mon goût, les passages du passé m’ont laissée dubitative et je me suis sentie trop spectatrice. Et pour tout dire, j’ai trouvé que le style du roman qui m’avait captivée, le sentiment de se mettre à la place du narrateur, bref, tous les points forts du roman se trouvent compromis dans cette adaptation de Shutter Island.

En bref, une adaptation décevante compte tenu de mes attentes et un peu longue à se mettre en place.

Night School T5: Fin de partie de C.J. Daugherty

(Night School T5: Endgame, 391 pages)

Avis

Enfin le dernier tome de cette saga que j’ai dévoré avec une passion mitigée. L’auteure possède une plume aisée et j’ai lu très rapidement et avec plaisir chacun de ses tomes et lorsque l’auteure a fini le tome 4 sur un cliffhanger, j’avais hâte de poursuivre le tome 5 et de finir cette saga.

Allie se décide finalement à arrêter ce trio amoureux un peu fatiguant à la fin et pour une fois, on a une Allie bien sûre d’elle au niveau sentiments et même si elle a du mal à le faire comprendre à Sylvain, l’intrigue tourne autour de Nathaniel et de comment arrêter ce personnage plutôt que des intrigues adolescentes.

L’histoire va de rebondissements en rebondissements, on ne voit pas le temps passer et tout finit bien à la fin. Pas de surprises donc mais une fin de série agréable, sympathique et qui offre ce qu’elle promet c’est-à-dire un bon divertissement.