Challenge A reading’s week version Noël: Bilan

challenge édition noël

Premier challenge sur ce blog du 22 décembre au 4 janvier par le blog Flight of Swallow :
Le but était de lire un livre par jour pendant 14 jours et avec des consignes spéciales:
• Lire quatorze livres en quatorze jours.
• Lire au minimum 4 romans par semaine (soit maximum 3 BD/mangas/albums par semaine).
• Lire un livre dont le titre ou le résumé contient le mot « Noël » ou « hiver ».
• Lire une romance.
• Lire un thriller.
• Lire un livre que vous avez reçu à Noël cette année.
• Lire un livre dont le nom de famille de l’auteur commence par la même lettre que le vôtre.

Voici le bilan de mon chalenge:

22/12:

Liste prévue:

« – Retour à Little Wing de Nickolas Butler
Le prisonnier du ciel de Zafon (le résumé contient le mot Noël)
– Discours de la méthode de Descartes (pas terminé donc il ne compte pas dans le total)
– Le cri de la chouette de Bazin
– Les innocents de Paris de Cesbron
La revanche de Maggie de Durrant
– L’évolution des idées en physique de Einstein
– Le facteur temps ne sonne jamais deux fois de Etienne Klein
– Le Prince de Machiavel
– Del amor y otros demonios de Gabriel Garcia Marquez (romance)
– Aden Arabie de Paul Nizan
The Adventures of Tom Sawyer de Mark Twain
– La maison des tocards de Mick Herron (thriller)
– Mes super expériences ! de Aznar (nom de famille qui commence par A) »

Meurtres en majuscules de Sophie Hannah (cadeau de Noël)

Lectures non prévues:

Arsène Lupin (pièce) de Maurice Leblanc
13 à table (anthologie)

Au total, 7 lectures terminées et une en cours avec un coup de coeur: Retour à Little Wing de Nickolas Butler.

Le Prisonnier du ciel de Carlos Ruiz Zafon

Le Prisonnier du Ciel

(El Prisionero del cielo, 378 pages)

Quatrième de couverture

Barcelone, 1957
La sonnette tinte sur le seuil de la librairie Sempere. Le client s’approche de Daniel en boitant. L’objet de sa visite? Un magnifique exemplaire du Comte de Monte-Cristo… Qu’il laisse à l’attention de Fermin, en congé, accompagné d’un curieux message du passé…
C’étaient les heures noires du franquisme: à la prison de Monjuic, parmi les damnés du régime, Fermin portait le numéro 13.
Les fantômes refont surface. Dans l’ombre, le Cimetière des Livres oubliés cache toujours son secret…

Avis

Un livre qui m’a beaucoup déçue. Le style de l’auteur est entraînant, je l’admets et on ne s’ennuie pas mais j’étais frustrée pour une raison simple: l’auteur met en place plusieurs intrigues et n’en termine aucune de manière satisfaisante. Il faut d’abord que je rappelle que je n’ai lu que le premier tome de cette trilogie il y a très longtemps et j’en avais de très vagues souvenirs. Le roman commence de manière intrigante avec la mention de mon livre préféré Le Comte de Monte-Cristo, autant dire que j’étais séduite.

Au lieu de continuer sur sa lancée, il enchaîne sur l’histoire de la captivité de Fermin, j’ai cru tant cette histoire s’éterniser que ce serait l’intrigue principale et cela m’a déçue, je me suis dit que s’il voulait mettre autant d’importance à cette intrigue, pourquoi ne pas l’avoir introduit dès le début? Il ajoute ensuite deux autres intrigues: celle du prétendant de Bea et celle de Mauricio Valls avec Isabella. Il donne l’impression que le roman (outre l’allusion à mon livre préféré), continuera en un roman de vengeance mais la fin laisse songeuse. Aucune des intrigues ne finit de manière satisfaisante, que ce soit celle de Mauricio Valls qu’on ne voit pas à la fin, celle du prétendant de Bea qui ne porte pas tant conséquence par la suite, celle de Fermin dont le trésor de Salgado n’est pas découvert et à la fin du livre, j’en attendais beaucoup plus.

En bref, une déception.

13 à table ! (anthologie)

13 à table

(274 pages)

Quatrième de couverture:

13 des plus grands auteurs français actuels pour 13 nouvelles autour d’un thème commun: un repas. Intrigues policières, réunions de famille qui dérapent, retrouvailles inattendues… Du noir, de la tendresse, de l’humour, de l’absurde, à chacun sa recette.
13 repas à déguster sans modération, alors à table!

Avis:

J’ai adoré le concept et le recueil est facile et agréable à lire, une très bonne surprise en ce qui me concerne. Plus précisément, les nouvelles qui m’ont le plus marquées:

– Un petit morceau de pain de Agnès Ledig, une nouvelle sans prétentions mais bouleversante qui raconte à quel point un petit hasard peut amener à une rencontre qui va changer l’existence et j’étais au bord des larmes lorsque l’histoire se répète et que les petits événements de la vie sont ceux qui peuvent le plus changer une vie

– Mange le dessert d’abord de Giles Legardinier m’a beaucoup surprise avec son histoire d’anecdotes et j’avoue que même sans raconter de fictions, il a réussi à m’amuser et à rendre un enterrement inoubliable et hilarant

– Fantôme de Guillaume Musso qui m’a rappelé une nouvelle d’Agatha Christie (Accident) avec le même type d’histoire et si j’avais trouvé la nouvelle d’Agatha Christie absolument terrifiante et marquante, j’étais déçue d’avoir une nouvelle pratiquement avec la même solution à la fin

J’ai apprécié de découvrir de nouveaux auteurs français contemporains et cela m’a donné envie de plonger dans la littérature française actuelle qui reste encore mystérieuse pour l’instant.

The Adventures of Tom Sawyer de Mark Twain

Tom Sawyer

(221 pages)

Quatrième de couverture

Tom is one of the ‘bad’ boys of his home town, St Petersburg, Missouri. Reckless, lazy, maddeningly inquisitive, he is a poor scholar and a menace to his Aunt Polly. His schemes for avoiding work, school and punishment are quite sublime. In his own world, however, the world of rivers, forests, caves and islands, he is in his own element; even something of a hero.

Avis

A l’époque de mon collège/lycée, les professeurs nous faisaient lire des histoires de garçons mals dans leur peau, turbulents, fugueurs comme The Catcher in the Rye de JD Salinger et je détestais ces romans car je n’arrivais à m’identifier à la vie des personnages. Mon avis n’a pas tant changé depuis toutes ces années, j’ai encore du mal à apprécier une histoire de gamins turbulents alors que j’étais une bonne élève sérieuse, travailleuse et consciencieuse. Toutes leurs aventures me semblent irréalistes et il m’est difficile de m’attacher à des garçons que je détesterais dans la vraie vie. Tom Sawyer est un garçon mal élevé, qui séduit les filles avec une maladresse agaçante, qui joue les durs et va jusqu’à assister à ses propres funérailles.

J’avais le sentiment de lire deux romans en un seul, le premier étant l’histoire du gamin qui s’amuse à se croire pirate et entraîne ses amis à fuir dans une île et le deuxième étant une histoire plus sombre de meurtres et du protagoniste perdu avec sa « petite-amie » dans la grotte. Dans les deux cas, je n’ai pas adhéré à la personnalité de Tom et j’ai éprouvé une telle indifférence à son égard que j’ai eu du mal à finir le roman.

En bref, une lecture que j’aurais détesté dans ma jeunesse et que je n’aime pas plus passé l’âge adulte, une lecture qui caractérise tout ce que je déteste dans les personnages de garçons désagréables et insolents.

La revanche de Maggie de Sabine Durrant

La revanche de Maggie (Having it and eating it, 280 pages)

Quatrième de couverture

Toutes les écoles ont leur star, la fille la plus jolie, la plus populaire. Et la nôtre, c’était Claire Masterson : blonde, chic, bohème… Nous l’enviions toutes, moi la première. Vingt ans après, rien n’a changé. Claire est toujours blonde, sublime et séduisante. Tellement parfaite que l’on se demande pourquoi elle est revenue à Morton, banale banlieue de Londres, après avoir connu la vie trépidante de New York ! En la revoyant, moi, Maggie Owen, mère au foyer, je me suis sentie, comment dire, complètement tarte. Un déclic s’est produit et, soudain, tout m’est apparu sous un jour différent : mon couple, mes choix, mon avenir… Je ne savais pas dans quelles péripéties cela allait
m’entraîner!

Avis

Une des raisons totalement superficielle pour laquelle j’ai acheté ce roman est que je m’appelle Claire. Alors quand on cite mon prénom en expliquant à quel point Claire est géniale, j’avoue que je n’ai pas pu résister. Bonne ou mauvaise surprise?

Pour être honnête, j’aurais un avis mitigé qui tendrait plutôt à aller vers le négatif. En commençant par les points positifs, j’ai apprécié l’absence de leçons de morale qu’affiche le roman. Il ne s’agit pas de condamner l’infidélité (thème majeur du roman) ni de le promouvoir. Même si le roman n’est pas forcément réaliste, la fin n’offre pas de jugement sur les personnages qui se sont rendus compte d’infidélité et ne cherche pas à se situer entre le bien et le mal. Je dirais même qu’aucun des fautifs ne reçoit de punitions et j’ai trouvé rafraîchissant de ne pas stigmatiser par l’intrigue ou la fin un comportement même si je le considère personnellement condamnable.

Dans les côtés négatifs, je dois tout de suite dire que je suis une étudiante qui n’a pas l’intention d’abandonner sa carrière pour ses enfants et peut-être est-ce une des raisons pour laquelle je n’arrivais pas à sympathiser avec Maggie, le personnage principal. Elle me semblait terne et peu intéressante avec ses problèmes de couches-culottes et de gamins à nourrir. Typiquement le genre de romans qui ne donnent pas envie d’être une mère au foyer tellement Maggie semblait malheureuse avec ses enfants. De plus, que Jake trompe ou non Maggie, le personnage apparaît dès le début comme distant, renfrogné et un peu condescendant envers sa compagne et je me suis demandée comment Maggie pouvait le supporter qu’il y ait ou non une amante. Elle ne mérite pas un tel traitement et je n’ai pas plus aimé Jake que Maggie. Je pensais que l’amant de Maggie allait ramener un peu de piquant à l’intrigue mais le personnage se révèle tout aussi terne, uniquement intéressé par leur relation sexuelle et j’avais l’impression que Maggie se laissait manipulée dans les deux relations, fuyant une relation avec un homme qui la traitait en inférieur pour aller vers une relation avec un homme qui l’utilisait sexuellement. Sans doute est-ce un choix réaliste (ou non?) et le roman n’est en rien romantique.

En conclusion, je ne supportais plus ni le personnage principal ni le compagnon de Maggie à la fin et même si le roman se lit vite, il ne restera pas dans ma mémoire.

Petit point positif à la fin: Claire trouve l’amour et devient heureuse, alors espérons que cela m’arrive aussi 🙂

Retour à Little Wing de Nickolas Butler

Retour_a_Little_Wing (Shotgun Lovesongs, 445 pages)

Quatrième de couverture

Ils étaient quatre. Inséparables, du moins le pensaient-ils. Arrivés à l’âge adulte, ils ont pris des chemins différents. Certains sont partis loin, d’autres sont restés. Ils sont devenus fermier, rock star, courtier et champion de rodéo.

Une chose les unit encore : l’attachement indéfectible à leur ville natale, Little Wing, et à sa communauté. Aujourd’hui, l’heure des retrouvailles a sonné. Pour ces jeunes trentenaires, c’est aussi celle des bilans, de la nostalgie, du doute…

Avis

Tout d’abord, je voudrais remercier Priceminister de m’avoir envoyé ce roman par le biais des matchs de la rentrée littéraire 2014, je ne lis pas beaucoup de livres contemporains et c’était une belle occasion d’y remédier!

J’ai vraiment adoré, à la fois les personnages et l’intrigue. Même si je suis une vraie citadine, j’ai adoré la nostalgie au cœur du roman. Le livre est rempli de flash-backs et de changement de point de vue, chaque personnage raconte avec ses propres mots et ses propres ressentis les événements décrits. Cela permet d’aller au-delà des différends entre les personnages et de se faire sa propre opinion sur le déroulement notamment la trahison de Kip qui est vu sous plusieurs angles ainsi que « l’infidélité » de Beth.

J’ai bien aimé la découverte des secrets cachés de longue date, le réalisme dont fait preuve le roman au sujet des amitiés les plus solides qui peuvent être brisées par le temps et avec une touche de magie puisque les quatre protagonistes restent aussi liés que possible jusqu’à la fin malgré les événements. De plus, les compagnes des quatre amis ne sont pas négligés, on comprend leur sentiment.

Le musicien Lee qui part faire fortune n’est pas plus glorifié que le courtier Kip et chaque profession avec son lot d’avantages et d’inconvénients est vue de manière aussi réaliste que possible.

Même si ce roman s’est avéré un coup de cœur par la simplicité des personnages et la nostalgie qui en ressort, il faut noter quelques problèmes qui m’ont gênés: l’écriture et le style ne sont pas toujours à la hauteur du roman et j’étais déçue par la fin qui, même si elle est jolie, ne reflète pas du tout le roman. Cela se termine de manière trop abrupte et trop soudaine pour que j’apprécie la chute.

challenge édition noël     MRL Priceminister