Alexia Hope (intégrale) de Florence Gérard

18074731 20747566 20747576 24967516 27232498

J’ai adoré les NéoGaïens, une série de SF de la même auteure, j’étais donc excitée à l’idée de commencer une série de bit lit (un genre que j’affectionne), d’une auteure que j’apprécie par ailleurs. Je vais décortiquer mon avis par tome et ATTENTION AUX SPOILERS.

Dans le tome 1, on découvre une femme, Alexia Hope, perdue depuis la mort de sa famille, qui va découvrir un univers décalé, avec des vampires/loups garous/anges et tous les créatures qu’elle n’osait imaginer. Elle se retrouve prophétesse à la tête d’une prophétie destinée à sauver le monde. Même si la protagoniste est appréciable dès le début, j’étais un peu perdue devant toutes ces créatures et toutes ces révélations trop rapides. Les personnages sont nombreux dès le départ et même si j’ai appris à les apprécier à travers les tomes, la révélation du traître m’a laissée froide puisque je ne me rappelais même plus qui c’était.
Les histoires d’amour d’Alexia m’ont rappelé celles dans La communauté du Sud, à la différence que pour une fois, Alexia n’est pas une vierge effarouchée et cela change agréablement par rapport aux histoires de bit lit classiques. J’avoue que passer d’un amant à l’autre à peu de temps d’intervalle m’a choquée personnellement mais cela fait plaisir de la voir assumer ses désirs sexuels sans contrainte.

Pour le tome 2, j’ai assez vite deviné que le père de l’enfant qu’elle voyait dans ses rêves était Kelen. La relation amoureuse avec Conan n’aura pas duré très longtemps et tant mieux car le lien entre Alexia et Kelen est beaucoup plus excitant. Sinon, j’avoue que l’intrigue policière ne m’a pas fascinée. L’identité du tueur, qui devait être une surprise, m’a laissée de glace alors que j’appréciais plutôt les scènes d’amour et de jalousie entre Conan et Alexia ainsi que les moments où Alexia entrevoyait le futur. Un tome en-dessous du précédent, sans doute car on a une focalisation sur Conan, le personnage le moins intéressant des trois tourtereaux.

Pour le tome 3, contrairement à la plupart des séries de bit lit que je connais (et contrairement à ce que je craignais), la grossesse d’Alexia, loin d’affaiblir la protagoniste et de l’obliger à rester tranquille pendant que les mâles de l’équipe sauvent le groupe, va renforcer ses pouvoirs et sa place au sein du groupe. C’est une des principales raisons pour laquelle j’ai adoré cette série: Alexia gagne en énergie, en sagesse et en force depuis le tome 1 jusqu’au tome 5 et jamais son statut de leader ne sera remis en question. J’ai particulièrement apprécié ce tome puisqu’on en découvre plus sur Astarté et le monde des vampires et j’ai toujours eu un faible pour les vampires. C’est intéressant de voir Alexia retrouver sa vraie famille même s’il manquait le côté émotionnel. On la voit utiliser ses pouvoirs avec de plus en plus d’assurance et s’affirmer dans ce monde.

J’ai adoré le monde féérique dans le tome 4, où on retrouve les licornes pourchassées, la Féérie qui s’évapore et chaque porte qui se ferme. A la place d’Alexia, j’aurais été agacée par la solution « contenue dans le problème » et ce même si on se rend compte que c’est vrai à la fin. Dans ce tome, l’ambiance devient insoutenable avec la bataille finale qui se prépare, les anges qui sont à deux doigts de vouloir tuer Alexia pendant que Lucifer se déchaîne.

Finalement, on assiste à une véritable apothéose dans le dernier tome. J’ai aimé le dénouement du trio amoureux, inédit dans les romans de bit-lit et qui permet à Alexia de respecter ses sentiments. Le duel final avec Lucifer est à couper le souffle et j’ai dévoré ces derniers tomes en quelques heures, pressée de connaître la fin.

FIN DES SPOILERS

Finalement, je retiendrais: une héroïne grandiose et impressionnante,  des relations amoureuses hors-normes avec une femme libérée qui s’assume dans ses désirs, un monde complexe surnaturel dont l’intrigue va se dénouer de manière spectaculaire et bref, une belle histoire.

Je remercie les éditions Laska pour ce service presse et d’avoir découvert une splendide saga.

 

 

Les survivants d’Aglot de Delphine Biaussat

cover

Avis

Les morts se relèvent, les zombies détruisent tout sur leur passage dans un petit village et c’est à un groupe d’humains réunis de les vaincre!

Je n’avais jamais lu de romans de zombies jusque-là et cette longue nouvelle m’a convaincue sur de nombreux points. J’ai tout de suite adoré Emily, qui se retrouve en prison malgré elle et dont on apprend l’histoire longtemps après ainsi qu’Anthony, le gardien de prison. L’histoire sous le point de vue d’Emily (et d’Anthony) donne une compréhension des personnages beaucoup plus importantes et je me suis sentie plus concernée par leur survie. Le rythme est plutôt agréable, les péripéties s’enchaînent assez vite, j’ai tourné les pages très rapidement et j’ai apprécié la fin qui est presque romantique.

J’aurais toutefois plusieurs objections à faire. Tout d’abord, ce récit est beaucoup trop court et la longueur de la nouvelle empêche de rendre les histoires d’amour qui se forment crédibles. Les personnages n’ont pas le temps d’être suffisamment approfondies et à aucun moment je n’ai senti le groupe d’humains rassemblés autour d’Emily et Anthony en danger. On ne ressent pas la peur, l’angoisse, le danger tant les événements se déroulent vite. Finalement, j’aurais aimé plus de zombies (même s’il y en a beaucoup), plus de terreurs, et plus de dangers.

Je remercie Delphine Biaussat de m’avoir offert un bon moment de lecture que je recommande.