Hâte-toi de vivre! de Laure Rollier

36674836

Ce roman est sympathique à bien des égards. Les chapitres sont courts et rapides à lire. Les personnages sont tous de bonne humeur et donnent envie de sourire à la vie (surtout la grand mère) et la morale de l’histoire est très positive. J’avoue que jusqu’à la fin, je trouvais l’histoire un peu simpliste mais avec une gaieté telle que le chemin était joyeux à parcourir. J’ai apprécié les différents secrets de famille et la manière dont ils sont dévoilés.

Mon seul point négatif mais qui m’a complètement gâché la lecture de ce roman est la fin ou comment détruire avec une scène tout ce qui a été construit depuis le début.

Bref, un roman qui se lit vite avec le sourire, jusqu’à la fin désastreuse. Je remercie la plateforme Netgalley de m’avoir procuré ce roman.

Publicités

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano

deuxieme-20vie-20giordano-20cinema-59d7834fa21af

Ce livre reprend le concept des livres de développement personnel tout en greffant une histoire dessus pour rendre les leçons plus sympathiques et moins austères. L’héroïne est une femme « heureuse », c’est-à-dire selon l’acceptation de la société, avec un enfant, un mari et un travail et malgré tout, elle ne se sent pas heureuse. Elle va suivre les conseils d’un routinologue pour essayer de dynamiser sa vie.

Les conseils sont sensés et en tant que guide de morale pour les gens qui ont trop tendance à déprimer pour rien, cela marche plutôt bien. Cependant, le livre est spécifiquement destiné à ce type de lecteurs: des personnes sans gros soucis qui veulent avoir une vie plus satisfaisante.

Les péripéties de Camille et son personnage sont plutôt transparents, Camille est quelqu’un de suffisamment mal défini pour permettre une identification simple mais en raison de cela, il faut surtout prêter plus attention au guide de conseils pratiques plutôt qu’à l’histoire en elle-même. Sinon, j’avais du mal à croire que le routinologue passe tout son temps à envoyer des textos à Camille par pur bonté d’âme sans que les relations entre Camille et son mari ne se dégradent. En effet, Camille rencontre très souvent cet étrange personnage et en parle avec une certaine ferveur suspecte.

Le style est agréable, simple à lire et le livre se lit rapidement sans difficulté, il manque plus de caractérisation aux personnages pour rendre l’histoire plus percutante.

Bref, un joli roman qui sert son objectif de faire réfléchir à une vie meilleure.

Ouvrir les bras pour changer le monde de Gilles Gallas

book-2595

Ce livre décrit les pratiques de ce qu’on appelle dans le milieu anglophone le « free hug ». L’idée est de se prendre dans les bras pour diminuer l’agressivité des gens et accomplir notre nature humaine. L’auteur déplore l’évolution de l’humanité actuelle et propose une tentative pour revenir à ses vraies valeurs selon lui.

Ce livre se divise en deux parties: une partie explication anthropologique et une partie guide pratique. Dans l’explication anthropologique, je n’ai absolument pas été convaincue par ce passage pour deux raisons. La première: cela part dans une histoire révisée par les soins de l’auteur où ce dernier retrace l’humanité pour asseoir sa propre cause. De plus, malgré mes lacunes dans ce domaine, je trouvais l’auteur trop manipulateur pour croire à ce qu’il disait. Deuxièmement, cette partie sonne comme une justification alambiquée à quelque chose qui me paraît finalement bien: l’auteur décide de rendre les gens heureux à sa manière et c’est tout à fait louable, pourquoi ce besoin de se justifier à une telle échelle?

La deuxième partie plus pratique traite des différentes activités possibles lorsqu’on veut se mettre aux « free hugs » et des différents endroits qui le pratiquent dans le monde entier. L’auteur précise également que la place de la femme en Inde et au Japon par exemple fausse cette pratique qu’il considère comme bénéficiaire aussi bien bien au sexe féminin que masculin. En effet, au Japon, seuls les femmes font des « hugs » aux hommes et en Inde, certaines femmes le font pour l’ensemble des gens mais aucun homme ne le fait. Bref, il prône une pratique plus égalitaire avec des exemple très précis et instructifs.

J’aurais un petit reproche cependant, l’auteur tient à garder une égalité parfaite entre le nombre d’hommes et de femmes ce qui est louable mais tend à se transformer dans son cas à prôner un exemple hétérosexuel ce qui m’a un peu gênée.

Bref, un livre qui enseigne sur un domaine méconnu et d’une manière agréable la plupart du temps.

Quelques livres de développement personnel

cover134108-medium cover130834-medium cover130906-medium cover129020-medium

J’ai lu une série de livres de type développement personnel dans le cadre du partenariat avec netgalley que je remercie chaleureusement ainsi que tous les éditeurs Belfond, Fayard, Le livre de poche.

Faites de la place de Regina Wong

Tout d’abord, nous avons un livre sur le minimalisme, qui est justement assez court. Ce livre répète beaucoup de choses déjà bien souvent dites dans les blogs anglophones. Pour ceux comme moi qui ont déjà ces ressources, vous n’allez pas apprendre grand chose et cette lecture sera décevante. Pour les autres, l’essai condense de nombreuses informations sur le sujet et explique de manière très concrète comment appliquer cette philosophie dans sa vie. C’est une sorte de mélange hybride entre les livres de Dominique Loreau et de Marie Kondo. Ce livre dresse une série de recettes utiles, pratiques qui aident bien.

Les vampires psychiques de Stéphane Clerget

Ce livre m’a un peu déçu, il donnait l’impression d’allier de la psychologie à une réalité concrète ce qui est toujours un exercice un peu équilibriste. Malheureusement, j’avais plus le sentiment de liste. Ce livre donne des personnalités à éviter mais d’une manière que j’ai trouvé obscur par moment. Peut-être que je ne fréquente pas assez de vampires psychiques… Dans tous les cas, la base sérieuse n’est pas approfondie et le livre se contente d’énumérer les types de psychopathes et comment s’en prémunir, tout en rappelant que nous pouvons tous nous comporter comme des vampires. J’ai beaucoup aimé ce rappel. Cependant, les conseils pour se prémunir sont variés et efficaces et donne un atout certain au livre.

Lâche ton téléphone de Catherine Price

Ce livre est une pépite. Sans condescendance ni agressivité, avec une bienveillance totale, il met le doigt sur une tare fondamentale de notre société: l’addiction au téléphone et aux écrans en général. J’ai adoré le programme en plusieurs parties. Cet essai recommande l’application Space que je me suis empressée de télécharger, même si je la trouve plutôt envahissante globalement. Bref, un très joli guide qui devrait parler à la plupart des gens.

Notre langue française de Jean-Michel Delacomptée

« Notre » langue française ou la langue de l’élite des hommes blancs privilégiés. Ce livre m’a mise en colère plusieurs fois. L’auteur revendique une langue pure, celle de Malherbe et explique que notre langue dérive et personne ne la défend. Il propage des idées absolument outrageuses comme d’expliquer que maintenant, on donne les prix littéraires à des « minorités » et que c’est une honte de les brader. Bien sûr, quand 90% des auteurs cités sont des hommes, la femme noire qui gagne un prix est un scandale pour lui. Bref, ce passage précisément m’a  énervée. Sinon, il reste dans les clichés de notre belle langue avec l’académie française qui s’oppose fort justement à la féminisation des métiers, on oublie trop souvent (comme l’auteur) que ces derniers ont contribué à faire disparaître les noms des métiers féminins par machisme. Je n’adhère pas du tout à ce livre méprisant et méprisable.

Tout est sérieux mais rien n’est grave de Coco Brac de la Perrière

tout-est-serieux-mais-rien-n-est-grave

Avis

Ce livre est un guide express pour gérer tout type de situation. Il s’agit presque d’une sorte de dictionnaire où on pioche ces maux pour trouver des remèdes. J’ai particulièrement apprécié la petite touche d’originalité avec l’idée de mettre des « adresses » partout. Pour chaque souci, l’auteur met le lien vers une personne réelle, une méthode ou un site et même si la plupart des liens pointent vers des ateliers en région parisienne (ce qui peut déranger certaines personnes), j’ai bien aimé l’initiative.

Ce n’est pas un livre à relire mais à relire, avec quelques conseils sympas à appliquer en fonction des situations. L’auteur met beaucoup en avant le MBSR (Mindful based stress reduction) et donne envie d’en savoir plus.

Sinon, j’ai trouvé quelques aspects très clichés et limite offensants sur la partie familiale dans le fait que l’auteur considère le père comme systématiquement absent puisque seule la mère peut susciter des angoisses et du stress et globalement, le fait de choisir beaucoup des situations très précises fait que ces dernières sont moins développées. Ceci est particulièrement frustrant d’autant plus si une personne se reconnait dans une situation.

Bref, la tentative est originale, les adresses sont bien pensées et les conseils assez sympathiques malgré quelques clichés évitables. Je remercie donc NetGalley de m’avoir procuré ce livre.

Comme par magie de Elizabeth Gilbert

cover75909-medium

Avis

J’ai un avis mitigé sur ce livre, à la fois très positif et sceptique. Très positif car ce livre encourage la créativité et ayant traversé une période de désert au sujet de mes projets d’écriture, ce livre est une bouffée d’air frais. Il me donne envie de reprendre mes projets créatifs et de poursuivre dans mes rêves de publication malgré la difficulté. J’ai souvent été découragée en voyant que mes efforts dans l’écriture depuis des dizaines d’années n’ont jamais été couronnés de succès. Cependant, la lecture de ce livre me permet de relativiser et d’apprécier en soi l’acte de création, quel que soit le résultat.

Le côté sceptique de mon avis provient de la partie très mystique de l’auteure. Elle s’emporte des fois sur son propos et part dans des descriptions lyriques de l’inspiration et pour quelqu’un comme moi qui est assez terre-à-terre sur ce point, je n’ai pas été emportée par son élan.

En conclusion, j’ai aimé son message d’espoir, un peu moins la manière dont elle l’a tourné. Je souhaite aussi remercier Netgalley et les éditions Calmann Lévy pour m’avoir procuré un exemplaire de ce récit.

Comment je suis devenue chamane de Claire Marie

cover78608-medium

Avis

Tout d’abord, l’auteure possède le même prénom que moi, je me suis sentie par conséquent tout de suite plus impliquée. Je m’attendais à un apprentissage et une leçon sur les rites chamaniques. J’aurais préféré une vision plus exhaustive sur la philosophie de ces rites.

Le bouquin propose plutôt un journal personnel sur la manière dont l’auteure, une psychologue, va s’approprier différents rites chamaniques et d’Amérique Latine pour enrichir sa vision de la psychologie. L’état d’esprit en France me permet difficilement d’imaginer un hôpital acceptant d’avoir des médecines alternatives promulguées par des psychologues. Je trouve cela fascinant que certains hôpitaux l’acceptent, au moins en Angleterre.

Le parcours de la psychologue est intéressant à suivre, on la voit tiraillé entre l’éducation occidentale et l’éducation chamanique même si j’avais l’impression qu’elle virait beaucoup plus dans le chamanique que vers l’occidental. J’avoue personnellement posséder le même esprit que sa fille rebelle. Je suis le genre de personnes convaincus par l’expérience plus que par le récit. Une partie de moi avait envie de tester sa thérapie pour vérifier si elle est aussi révolutionnaire qu’elle le prétendait.

En conclusion, je me suis sentie à la fois intriguée par ces thérapies peu conventionnelles et en même temps sceptique devant son voyage initiatique, je demanderais à être convaincue par la suite de ces transformations que permettent les rites chamaniques.

Je remercie bien évidemment les éditions Fayard et NetGalley de m’avoir procuré un exemplaire de ce livre.

Chroniques expresses 7

Je consacre cette partie en général à des petits romans ou à des nouvelles, celui-ci sera consacré à des essais que j’ai lu dernièrement et qui m’ont tous les deux déçus.

Quiet: The Power of Introverts in a World That Can’t Stop Talking de Susan Caine

Cet essai représente tout ce que je déteste dans un essai en général. Le but est d’ordre psychologique plutôt que d’ordre scientifique. Je m’attendais un minimum à des informations scientifiques fiables, des données quantifiées et expliquées sur le fait d’être introverti et un approfondissement des concepts utilisés, ce qui me paraît raisonnable à attendre d’un essai.

Au lieu de cela, je me retrouve devant un livre de coaching qui me dit: c’est bien d’être introverti, c’est cool et en plus il y en des tas et l’auteure balance des exemples historiques à la chaîne tout en racontant sa vie privée et ses propres idées dans un mélange assez indigeste. J’ai pris quelques semaines à le lire en me forçant et j’en arrive à la conclusion que cela me rappelle tout ce que je déteste dans les pseudos ouvrages mi scientifique mi coaching.

Zéro déchet de Béa Johnson

Disons le tout de suite, je n’ai pas lu ce bouquin pour changer de vie ni parce que j’ai eu une épiphanie personnelle sur la manière dont le monde court à sa ruine. J’étais juste curieuse de savoir quelques données pertinentes et de comprendre comment les autres ont réussi à simplifier leur vie. Un détail important: ce livre est écrit pour des canadiens et toutes les adresses des magasins viennent de là bas donc impossible pour un français d’utiliser tous les conseils donnés. Deuxième détail: j’étais un peu gênée par son ton supérieur et la manière dont elle a laissé son obsession devenir tellement énorme dans sa vie. Même si elle l’admet elle-même, elle part tellement dans les extrêmes avec son mode de vie aussi naturel qu’il est plus facile de rejeter ses idées après les avoir lues que de déchiffrer quelques détails intéressants dans la masse.

La vie secrète du sommeil de Kat Duff

(The Secret Life of Sleep, 256 pages)

Avis

J’ai emprunté ce livre pour en savoir plus sur le sommeil, un thème qui m’a toujours fascinée et aussi dans le but inavoué de savoir comment mieux dormir la nuit.

Cet essai ne se prétend pas une étude scientifique et pourtant, le manque d’informations vérifiables et l’abondance d’anecdotes personnelles a eu tendance à m’irriter. L’auteure part souvent dans des digressions lyriques sur les rêves et même si le contexte s’y prête, j’aurais préféré lire un essai dans un style plus formel et plus scientifique.

Je n’ai pas appris grand chose, d’autant plus que l’auteure enchaîne souvent des banalités sur le caractère fondamental du sommeil et notre génération qui veut étouffer le sommeil. J’ai moyennement apprécié le contenu idéologique dans l’essai et le caractère engagé et très personnel.

Tout simplement, je m’attendais à un essai différent et ce livre m’a déçue.

Je pense trop: comment canaliser ce mental envahissant de Christel Petitcollin

(252 pages)

Avis

Ce livre traite des personnes qui ont tout le temps l’esprit occupé à mille choses et j’ai trouvé le livre très court. L’auteure, si elle définit bien ce qu’elle considère comme surefficient, abonde en exemples et en anecdotes ce qui, même si cela contribue à rendre le livre agréable à lire, ne le rend absolument pas crédible au niveau psychologique. De plus, les solutions pour vivre avec cette « tare » sont assez limitées et loin de faire un éloge de la différence, a tendance à faire une distinction entre les gens « normaux », intellectuellement limités et les « surdoués », incompris et mal appréciés dans la société.

Bref, un sujet traité de manière approximatif, une vague tentative de comprendre la différence avec une hauteur et un livre trop court pour traiter d’un terme bien mal défini par des anecdotes de tous les jours. Agréable à lire mais rien à retenir dedans.