Génération captive d’Axelle Colau

cover

J’ai adoré cette dystopie. Elle part du principe qu’après une sorte de désastre, certaines personnes ont acquis des pouvoirs (les « Sensibles ») et ces enfants sont détachés de leur famille et amenés dans des Camps. Grégoire, le protagoniste de l’intrigue, va aller dans un de ces Camps pour essayer d’obtenir des informations et il rencontre Ana, une jeune fille traumatisée pour qui il va éprouver des sentiments amoureux.

J’ai principalement adoré le rythme de l’intrigue. Ce livre opère sur un sentiment d’urgence. A chaque moment calme succède de l’action et on a l’impression que les pauvres enfants ne trouveront jamais le repos. L’intrigue reste toujours concentré sur des points essentiels et j’ai même raté ma station de bus tellement j’étais captivée par l’intrigue.

Ana est un personnage traumatisé, violé et en même temps, on la montre forte et décidée à se battre tout comme Grégoire et non une pauvre femme fragile malgré les horreurs qui lui arrivent. J’ai regretté que le roman ne fasse qu’un tome, je pense que l’univers méritait d’être étendu sur plusieurs romans.

Bref, un coup de cœur, un roman absolument passionnant et des personnages d’adolescents courageux. Je remercie la plateforme Netgalley et les éditions Au loup.

La Sélection T1 de Kiera Cass

Avis

Je partais avec un a priori très positif : j’ai adoré The Hunger Games et me présenter une dystopie jeunesse sur le même principe avec un air de compétition pour gagner un mariage m’apparaissait comme une superbe idée à la fois en terme de potentiel dramatique et aussi de crêpage de chignons (surtout pour moi qui ai regardé avec ma sœur les premières séries de télé réalité). Comme vous l’avez sans doute deviné, le ressenti n’est plus le même après avoir lu le roman. D’abord, il ne se passe rien, vraiment rien. On connaît à peine les prétendantes qui doivent se crêper le chignon pour obtenir le prince, prince qui est caractérisé d’une manière assez faible et peu crédible. Le personnage principal est non seulement agaçante, idiote et insupportable mais de plus, la seule raison pour laquelle elle n’a pas été évincée du groupe des prétendantes réside dans l’explication: c’est le personnage principal donc il vaut mieux faire en sorte de rendre tous les autres personnages encore plus stupide plutôt que d’augmenter sa propre intelligence. Autre souci: le triangle amoureux est parachuté de manière assez ridicule et finalement, aucun des deux n’a l’air de plaire à America, la protagoniste donc côté romance, l’intrigue est ratée et côté politique, on assiste à du grand n’importe quoi et un semblant d’intrigue alors qu’on ne comprend même pas d’où provient ce monde. Plus précisément, l’explication donnée est absurde : alors on a une histoire de Chine qui envahit l’Amérique puis comme la monarchie est cool, on a une monarchie et quant à cette histoire de sélection pour trouver une fiancée au roi, elle sort de nulle part.

Je pourrais continuer longtemps mais je préfère faire une partie SPOILERS POUR LA SUITE pour mieux expliquer mes ressentis.  Premier grief: Aspen. Dès le début, on a America, la protagoniste folle amoureuse d’Aspen, personnage moins bien classé socialement et qui trouve le moyen de se fâcher avec elle parce qu’elle lui apporte à manger et que ce sont aux hommes de s’occuper d’apporter l’argent et la nourriture (oui, une société assez machiste en somme dès le début). Et à cause de cela, il va rompre avec elle, il revient par miracle (et une bonne dose de l’auteur ne sachant pas comment l’amener à nouveau), toujours amoureux d’elle alors qu’il l’a larguée avec méchanceté sans explication au début et on est censé croire que cela est très romantique ?
Deuxième grief: Maxon. Alors je ne sais même pas par où commencer. Le prince se fait insulter, incendié et America l’accuse même de vouloir abuser d’elle sexuellement. Dès le début, America ne cesse de se montrer grossière et désagréable et pourtant, on doit croire au fait que Maxon tombe fou amoureux d’elle ? Et qu’il accepte de devenir son ami ? Avec des amis comme America, il vaut mieux surveiller ses arrières. Pire que ça, America se plaint du système de castes et d’un coup, Maxon, qui ne savait rien avant (on se demande pourquoi), décide d’envoyer de l’argent aux pauvres dans un geste que l’auteure croit généreux mais qui révèle surtout une incompétence certaine en terme de politique et une curiosité inexistante étrange pour quelqu’un qui va gouverner le pays.
Troisième grief: après le prince incompétent, la protagoniste stupide et le machisme d’Aspen, on a également une intrigue avec des personnages inconsistants : les prétendantes sont des clichés vivants. On a une pseudo intrigue sur des rebelles avec un château protégé par des soldats incompétents et une structure sociale expliquée de manière tellement simpliste qu’on ne sait pas trop contre quoi se battent les Rebelles. On a une pseudo distinction entre deux types de Rebelles, pour des raisons inconnues.
Pire encore, après avoir enduré l’ensemble du roman, qui se lit assez vite quand même, l’auteure a l’aplomb de terminer sur une fin ouverte où rien n’est résolu.

FIN DES SPOILERS

En bref, un roman avec une intrigue inexistante, des personnages clichés et une protagoniste totalement stupide, je ne lirais pas les tomes suivants de la trilogie.

oie-8 cefb9-12180185_723844871083842_1732376702_n

Un bonheur insoutenable de Ira Levin

(This perfect day, 372 pages)

Avis

Il s’agit d’une dystopie dans la lignée de 1984 et Le Meilleur des Mondes, le monde dans lequel vivent les héros est déshumanisé, les gens sont toujours heureux et prêts à « rendre service » aux autres, tout le monde doit avoir sa piqûre de la journée qui abrutit et tout le monde espionne tout le monde. On retrouve une atmosphère d’espionnage et de surveillance perpétuelle.

Dans un premier temps, j’ai été complètement happée par l’histoire et j’ai adoré la mise en place du monde, la découverte de ce monde et le héros qu’on apprécie dès le début ainsi que les petits clins d’œils au monde moderne. Le récit est très prenant et j’ai dévoré les pages très rapidement pour connaître la suite puis la fin de l’histoire.

En ce qui concerne les éléments qui m’ont dérangée, on sent l’écriture masculine dans les personnages féminins puisque le héros doit « sauver » Lilac et dès qu’ils arrivent dans le pseudo monde libre, elle devient l’épouse parfaite des années d’avant et retrouve une soumission qui est la même que celle qu’elle subissait dans l’île. De plus, le viol dont elle est victime n’est racontée et mentionné que de manière positive. Et le côté très sexiste globalement de l’histoire m’a énormément gênée avec un traitement assez sommaire des femmes du roman.

En bref, un monde remarquablement construit avec un récit prenant mais daté avec des côtés misogynes très présents.

ChallengeMystère