Le mythe de Cthulhu de Lovecraft

Quelques dizaines d’années après tout le monde, je découvre enfin ce chef d’œuvre de la littérature horrifique et fantastique. Lorsque j’ai commencé mon roman intitulé La vengeance du poulpe, on m’a immédiatement dès 2015 pointée vers ce roman fondateur et l’auteur en question et il aura fallu attendre février 2021 pour que je lise enfin, pour la première fois, les nouvelles de Lovecraft sur le mythe de Cthulhu.

Qu’est-ce que j’en pense au final? J’ai globalement plutôt adoré l’ambiance très mystérieuse et oppressante qui se dégage de ces nouvelles. Lovecraft a vraiment réussi à écrire une nouvelle horrifique qui, sans faire réellement peur, laisse un malaise assez palpable. Chaque nouvelle arrive à introduire une nouvelle surprise finale et un nouveau concept qui déroule l’univers général du livre.

Bref, j’ai trouvé les nouvelles de qualité assez homogène et une petite recommandation, le lire tous les soirs n’aide pas forcément à trouver sereinement le sommeil.

Les 1001 vies d’Isidora de Blanche Saint-Roch

Pour me faire plaisir, j’ai acheté l’ensemble des nouvelles de Blanche Saint-Roch (ancien pseudonyme de Roxane Dambre) que j’ai très rapidement finies. A l’image de l’autrice, ces nouvelles sont remplies d’humour et de charme, elles se lisent un peu trop vite et on en redemande rapidement. Je vous les conseille en cas de moments moroses pour se réjouir car l’autrice arrive à distiller une bonne humeur et un optimisme presque contagieux.

En ce qui concerne le recueil des nouvelles en vrac, même la nouvelle Un train pour convaincre est hyper classique et la fin prévisible, c’est toujours agréable à lire. Un travail de rêve est plus futée pour le coup et j’avoue avoir beaucoup apprécié la chute de cette nouvelle. La première du recueil est savoureuse mais d’une facture assez classique pour le genre. La nouvelle 2100 J-7 est étonnamment sombre connaissant l’autrice et c’est la nouvelle que je trouve la moins inspirée du recueil. Le Fluide-Tour se lit avec beaucoup de plaisir malgré la panique de la pauvre fille. Quand à la dernière nouvelle, c’est celle que j’ai le moins aimée, c’est la plus technologique et j’avoue avoir trouvé le tout très peu vraisemblable et pas forcément intéressant non plus.

Pour les nouvelles fantastiques, c’est probablement le recueil que j’ai le plus aimé, je trouve la touche de l’autrice beaucoup plus pointue et avisée dans le genre du fantastique. La première nouvelle sur les catacombes de Paris est un chef d’œuvre d’ambiance et de rythme. J’ai adoré l’humour et la manière dont Les Histoires de la Faucheuse prend à contre pied les histoires sur la Mort. Le Chaton d’Outre-Lac est agréable à lire mais c’est probablement l’une des plus faibles du recueil. J’ai trouvé celle sur Frankenstein absolument magnifique d’un bout à l’autre avec une chute bien trouvée et une ambiance incroyable. La Main de l’Ange est plutôt convenu et prévisible, sans être trop décevante. Aux Délices du Chaudron est un plaisir à lire, et donne envie de manger pour le coup. L’hiver est une nouvelle beaucoup trop courte que je n’ai pas vraiment compris. Pareil pour la dernière qui est un peu trop facile à mon goût.

Le recueil fantasy commence assez fort avec une nouvelle de laverie assez surprenante et l’humour qu’on reconnaît très vite de l’autrice. Les voyageurs de l’Isidora est aussi assez drôle, surtout grâce à la sirène qui ajoute une saveur irrésistible à la nouvelle. J’ai trouvé la petite fille dans L’initiation des passe-mondes très touchante et l’univers tellement bien décrit que je ne serais pas contre lire un roman entier là dessus. Cette fois, l’autrice réussit à merveille dans le genre poétique avec De sève et de larmes. La nouvelle sur le dragon est plutôt dans une veine un peu trop clichée et prévisible à mon goût. J’ai absolument adoré la touche sarcastique dans L’incantation des chimères où tel est pris qui croyait, comme toujours. La nouvelle L’enfant qui entendait a un concept plutôt fascinant mais reste dans une veine très classique. J’ai beaucoup aimé la réinvention de la légende de Titania et Obéron avec une belle idée. Quant à Peut-on dormir chez vous ce soir?, c’est vraiment trop court et rapide pour que je puisse me faire une idée donc j’étais un peu déçue.

Bref, des recueils à lire absolument pour ceux qui aiment l’humour, la bonne humeur et la dose d’optimisme dont on a tous besoin à un moment.

Cuits à point de Élodie Serrano

51227021

Ce roman raconte l’histoire de deux personnages, Anna et Gauthier qui parcourent la France pour démasquer les arnaques surnaturelles. Pour cette nouvelle aventure, qui se déroule à Londres, se pourrait-il que cette affaire météorologique soit réellement du surnaturel pour une fois ?

J’ai beaucoup aimé le suspense que met l’autrice jusqu’à assez tard dans le roman et je n’étais pas sûre jusqu’au bout du caractère surnaturel ou non de l’intrigue. Les suspicions sont crédibles et on a l’impression d’être en face d’un roman policier où il est difficile de faire confiance aux personnages rencontrés. Il s’agit d’une approche intéressante de ce thème et j’avoue que j’ai plutôt apprécié.

En ce qui concerne les personnages, si Anna m’a conquise assez rapidement, Gauthier m’a laissée songeuse et malgré ses qualités et la misogynie typique de l’époque, je n’ai pas réussi à passer outre mon agacement devant ce personnage. Par contre, j’ai adoré les deux personnages anglais qui prennent part à l’histoire aux côtés des protagonistes.

L’intrigue est assez mouvementée et j’ai dévoré le livre en à peine un jour, il est dur de résister lorsque l’autrice garde un suspense digne d’un thriller dans une ambiance steampunk parfaitement maîtrisée.

Pour son deuxième roman, l’autrice met le niveau assez haut et j’ai hâte de lire ses futurs livres.

Bref, un roman qui oscille entre le fantastique et le steampunk avec une ambiance rythmée à la perfection.

Vies et morts de Aude Reco

cover

Ce recueil de nouvelles est très inégale, j’ai adoré la grosse majorité des nouvelles, avec un style remarquable et la dernière nouvelle m’a laissée indifférente.

J’avais déjà lu et commenté Le cœur possesseur (dont je vous invite à relire l’avis ici).

Seps Muralis, la première nouvelle du recueil commence très fort, avec de l’horreur et une intrigue qui fait froid dans le dos. Je me suis très vite attachée à la pauvre héroïne qui subit beaucoup et la montée en puissance des événements ainsi que la manière dont on nous présente le fantastique sont particulièrement maitrisées.

Fœtus m’a semblé un cran en-dessous. Évidemment, l’idée sous-jacente de cette nouvelle est intéressante (et si les hommes devenaient enceints?) mais la nouvelle reste trop gentille et ne va pas assez loin dans son idée. Cependant, j’ai tout de suite sympathisé avec le personnage de Mathieu et cette nouvelle reste très agréable à lire.

L’odeur du temps qui passe est une de mes nouvelles préférées de ce recueil. Le début est un peu brouillon et j’ai eu du mal à rentrer dans l’intrigue mais dès que je me suis plongée dedans, l’histoire sur la statue m’a hypnotisée. On ne sait jamais qui est vivant, qui est devenu vivant et le jeu sur l’art est absolument fascinant.

Quant aux Hommes-Brouillards, je considère que c’est le chef-d’œuvre de ce recueil. Je suis rentrée dans l’ambiance et je ne pouvais plus quitter le livre. Le suspense va croissant avec des pics d’angoisse, la cité de Petis met très mal à l’aise et on s’attend jusqu’au bout à sursauter lorsque les protagonistes traversent la ville. Une très belle nouvelle!

Les dieux meurent aussi est une toute petite nouvelle dont je n’ai pas compris la fin. J’ai bien aimé jusque-là mais j’avais l’impression de passer à côté du sens profond.

Pour la dernière nouvelle, comme je le disais au tout début, je n’ai pas du tout adhéré et c’est regrettable car j’aime beaucoup les nouvelles de voyage dans le temps. J’ai trouvé la nouvelle confuse et l’écriture brouillonne par rapport aux autres nouvelles.

Bref, quelques nouvelles splendides, d’autres moins bonnes, en somme un recueil globalement sympathique. Je remercie Aude Reco et la plateforme Simplement Pro pour ce sympathique recueil.

 

Nouvelle publication chez Bookless éditions

Voici la nouvelle que j’attendais de vous dévoiler depuis quelques temps.

J’ai une nouvelle fantastique publiée chez Bookless éditions:

Couv_une_excursion_600

Elle est disponible sur le site de l’éditrice, et sur tous les sites qui vendent des ebooks dont Amazon, Fnac, et autres pour la modique somme de 1,99 euros.

Voici la quatrième de couverture: « Nathalie prenait le métro tous les matins pour aller au travail. Mais ce jour-là, une rencontre étonnante allait bouleverser sa vie. »

J’ai déjà reçu une chronique très positive sur ju-bouquine: « j’ai adoré faire ce trajet en métro avec Nathalie, frissonner avec elle, tenter de fuir à ses côtés… La fin du voyage est totalement imprévisible et surprenante ».

 

 

Chroniques expresses 5

Whisky vaudou de Tom Khéfif

J’ai adoré l’ambiance, je me suis prise dans l’atmosphère fantastique et j’ai cru jusqu’au bout à cette histoire de sorciers et même si le titre m’a aiguillée vers la vérité, j’étais tout de même surprise par la fin et j’ai dévoré la nouvelle.

Petit Papa Errant de Denis Labbé

Une petite nouvelle émouvante avec la relation d’un homme avec l’enfant qu’il protège et j’ai beaucoup apprécié la manière dont en peu de temps, on arrive à ressentir de l’empathie pour ces personnages réunis par hasard dans des circonstances dramatiques. Petit bémol, je ne connais pas l’univers de cette nouvelle et je n’ai pas du tout compris les circonstances.