L’épée de la Providence (Sorceleur T2) de Andrzej Sapkownski

10837264

Avis

Après un premier tome enthousiasmant, je me suis précipitée sur le deuxième dont le début m’a refroidie. La première aventure un peu lente m’a un peu déçue mais finalement, je n’ai pas regretté d’avoir persisté jusqu’au bout.

En effet, on retrouve rapidement les ingrédients habituels et même plus encore. Le sorceleur se retrouve obligé de dévoiler ses sentiments, à la fois vis-à-vis de Yennefer, son amoureuse habituelle mais aussi devant des personnages plus incongrus. En effet, il se retrouve proie à l’amour de Essie, une jeune femme séduisante avec qui il devra expliquer ce qu’il ressent. On a également l’amour paternelle qu’il éprouve pour Cintra qu’il retrouvera par la suite. J’ai énormément apprécié la manière pudique et belle par laquelle le sorceleur arrive à montrer ses sentiments sans déballage de romantisme ou d’émotions et l’auteur réussit cette prouesse de nous émouvoir devant un personnage qu’on croyait insensible.

Bref, au-delà des histoires de cœur, il reste les combats, l’humour avec le doudou bien nommé et un récit qui reste passionnant. A quand le prochain tome?

Créatures de l’Ouest de Emilie Milon

30300151

Avis

Je vais annoncer la couleur dès le début, ce livre est un énorme coup de cœur, j’ai adoré les personnages, l’intrigue, la mythologie, et le style de l’auteure.

Il s’agit d’une romance paranormale dans un milieu type western entre Connor, un aventurier sans scrupules et June, une jeune fille dans une ferme obstinée et courageuse. Les deux se rencontrent lorsque l’aventurier vient voler des chevaux chez la famille de June et que pendant cette occasion, la sœur de June se fait enlever par une mystérieuse créature venant de l’imaginaire. Je rends grâce à cette série pour un trope qui est, pour une fois, utilisé à bon escient. Je déteste les romances où les héros n’arrêtent pas de s’engueuler ce qui exprime la tension sexuelle sous-jacente. Dans ce cas précis, ils se disputent pour des bonnes raisons et ne se jettent pas dans le lit pour se réconcilier. Leur relation prend énormément de temps à naître, ce qui est naturel étant donné leur caractère et histoire très différents.

J’ai énormément apprécié la partie mythologique et cela m’a donné envie de me plonger dans les mythes derrière les créatures décrites. June est un personnage que j’adore, une femme avec un caractère bien trempé et qui fait plaisir à lire dans ce monde masculin.

Je mettrais juste un petit bémol sur la fin avec évidemment l’héroïne qui tombe enceinte mais j’ai énormément apprécié les non dits autour de la relation, le fait qu’aucun des deux n’est sûr de l’affection de l’autre et cela me semble très réaliste après ce qu’ils ont vécu.

Bref, un énorme coup de cœur, une auteure que j’ai adoré découvrir. Je remercie plus que jamais les éditions Laska de me faire confiance et de m’avoir procuré ce livre.

Il vient de sortir en version papier et il s’agit de la première édition papier pour cette maison d’édition alors n’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur leur site!

cefb9-12180185_723844871083842_1732376702_n

Clara (Les Néo-Gaiens 2) de Florence Gérard

29990518

Avis

J’avais hâte de continuer cette saga pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’avais adoré la partie science-fiction et la création d’un monde dans le premier tome. Ensuite, l’héroïne de ce tome a mon prénom, ce qui me rend en général plus indulgente.

Le verdict: un très bon roman, haletant, plein de suspense, que j’ai dévoré en quelques heures mais malheureusement avec un fin décevante qui laisse un petit goût amer.

Le tome reprend les idées de la communauté des Mods, ceux qui ont été atteints par le virus fatal qui a ravagé la population humaine mais qui ont survécu, rebelles qui vont essayer d’empêcher les Norms de s’acharner sur eux et de lancer un virus contre les Mods. Clara, une Norm, vit une relation mouvementée avec son ennemi de base, les Mods et surtout Vince. Contrairement aux relations mouvementées où le sujet de conflit est artificiel, j’ai trouvé que globalement, ils essaient de se comprendre même s’ils savent que leur relation est vouée à l’échec. On nous présente deux trames, une trame dans le passé où Clara a rencontré Vince et celle dans le passé où elle essaie d’empêcher son père d’éradiquer tous les Mods. Contrairement à la plupart des romances que j’ai lu, j’étais vraiment intéressée par les secrets cachés par les Mods que Clara découvre, par la manière dont ils essaient de propager leur race malgré leurs faiblesses et pas seulement par la relation amoureuse. Cette dernière occupe certes une grande place dans le récit et dans l’esprit de Clara mais ne l’empêche pas d’accomplir de grandes choses pour sa cause.

Le récit dans ce tome est mouvementé, on a à peine le temps de souffler qu’une autre catastrophe survient et ce rythme très fort donne envie de dévorer ce livre le plus vite possible. C’est aussi pour cela que la fin semble trop facile puisqu’on a une fin « ouverte », qui ne résout pas aucune des intrigues introduites jusqu’à présent. Je vais être obligée de me jeter sur le prochain tome.

En bref, malgré la fin abrupte, la personnalité de Clara, le monde rempli de mystères et la relation amoureuse sincère rendent ce tome très attachant. Je remercie donc les éditions Laska de m’avoir procuré ce plaisir.

cefb9-12180185_723844871083842_1732376702_n

Fêtes déboires et fan-attitude T3 de Julie Forgeron

trio3_petit

Avis

Troisième tome et mon avis est partagée. Je suis toujours charmée par le style léger et agréable de l’auteure. J’ai dévoré ce tome en à peine quelques minutes (peut-être vingt minutes sans exagérer) et j’adore toujours les personnages impliqués avec une grosse préférence pour Paul et Estée, les deux meilleurs amis. L’intrigue amoureuse avec la protagoniste Sophia peine à me convaincre, j’aurais préféré le connaître un peu plus mais on reste dans le flou avec des retournements de situation assez classiques.

J’ai apprécié l’initiative de l’auteure de donner des intrigues aux deux meilleurs amis, même si elle n’est pas allée jusqu’au bout à ce niveau là et j’ai apprécié d’avoir un tome sans Antton pour la grande majorité du roman car il m’a bien énervé tout comme Sophia et je pense qu’il faudra beaucoup pour que je me mette à l’apprécier après ses agissements dans le tome.

Sinon, Sophia continue dans son métier de professeur et les petites excursions dans la classe et les collègues sont bien pensées.

Je voudrais juste ajouter un petit SPOILER:

J’étais vraiment frustrée par la fin, par l’homme mystérieux dont parle Estée car l’auteure en parle pendant tout le tome et préfère nous montrer la réconciliation de Sophia avec le gamin qui n’a pas cessé de la torturer pendant des mois et qui n’a aucune raison valable pour être pardonné plutôt que de discuter des personnages bien plus intéressants comme Estée. Et j’ai tendance à être agacée quand un auteur termine un tome sur une fin ouverte alors que quelques pages de plus permettrait de ne pas rendre le lecteur frustré et agacé d’être manipulé de la sorte. Surtout que mes deux intrigues préférées du tome restent en suspens (sur Paul et son premier amour, Estée et son amoureux) alors que Antton qui énerve tout le monde dans ce tome ne mérite pas sa scène de fin.

Finalement, je voudrais remercier les Editions Laska de m’avoir procuré ce livre ainsi que l’auteure qui m’a offert un bon moment de lecture

Arsène Lupin (manga) de Morita Takashi

27278840 arsene-lupin-2-kurokawa

Avis

Dès que j’ai vu ce manga, je me suis jetée dessus, surtout de part mon adoration pour le personnage de Maurice Leblanc. J’ai longtemps cherché les mangas de Lupin III, qui s’étaient éloignés de beaucoup du vrai personnage mais ces mangas, des adaptations de l’histoire de Maurice Leblanc, m’ont permis de relire une nouvelle fois les œuvres originales.

Cette fois-ci, les mangas n’ont pas cherché à diverger de l’œuvre originale. J’ai lu de nombreuses fois les livres dont ces deux mangas s’inspirent et je dois constater que les mangas sont extrêmement fidèles à ces œuvres. Même si les dessins d’Arsène Lupin ne rendent pas justice à mon imagination le concernant, cela fait plaisir de redécouvrir le héros en dessin, écrit par quelqu’un qu’on sent passionné par le personnage.

Je ne critiquerais pas le scénario correspondant étant donné qu’il vient de Maurice Leblanc, je me contenterais juste d’exprimer mon admiration et ma satisfaction devant une œuvre aussi bien maîtrisée.

DN Angel Tomes 1-2

475276 857241

Avis

Il s’agit pour moi d’un manga presque stéréotypée, l’intrigue va dans le n’importe quoi facilement, les personnages agissent de manière prévisible. Le personnage principal (Daisuke) a comme seul objectif de séduire une fille et se laisse manipuler par son côté « obscur ». Le personnage de l’inspecteur est rongé par l’idée de capturer le voleur. La fille que le voleur veut séduire est assez peu caractérisée et on se demande bien ce que le personnage lui trouve. Et pour être totalement honnête, je me suis embrouillée entre la fille que Daisuke veut séduire, sa soeur et celle qu’il a embrassé (mais qui est-elle?). Evidemment, de manière totalement cliché, cette fameuse fille qu’il veut séduire tombe folle amoureuse de Daisuke quand il se transforme en un voleur sombre et inatteignable.

Pour être moins sévère, je dirais qu’il s’agit d’un manga aussi vite lu aussi vite oublié, que je pourrais recommander en cas de long trajet mais qui m’a distrait sans me laisser une impression durable.

Wait for you de Lynn

17314430

******SPOILER ALERT *****

Avis

J’ai détesté ce roman, il représente tous les clichés existants sur le thème de la romance à l’université: on a la jeune femme vierge qui n’a aucune expérience ET qui s’est faite violée (n’oublions pas qu’elle est vierge quand même, c’est important d’avoir une héroïne pure…), le meilleur ami gay qui veut se taper tout ce qui bouge, la fille hystérique rivale qui a juste envie de piquer le mec de l’héroïne, bref, un cocktail explosif.

En réalité, j’étais très énervée contre ce roman pour une bonne raison: au début, l’héroïne déclare n’avoir aucun intérêt amoureux ou sexuel à un garçon et ce garçon non seulement ne respecte pas ce choix mais va jusqu’à la harceler pendant des mois avant qu’elle accepte de sortir avec lui. Il vient chez elle tous les samedis matins et j’espère n’avoir pas été la seule à trouver ce comportement franchement inacceptable. Tu ne harcèles pas une fille pour qu’elle te donne un rendez-vous si tu la respectes un minimum. Pire, ce prétendu canon n’arrête pas d’expliquer à quel point il est merveilleux et si son comportement est prétendument normal pour tous les protagonistes, j’étais à deux doigts de frapper ce Cameron si parfait qu’il est capable de suivre une fille à la trace, et de faire pression sur elle pour qu’elle sorte avec lui ce qui est inadmissible.

Quant au viol, il a été traité de manière vraiment cavalière, on insiste bien sur le fait que la protagoniste est restée vierge parce que sinon, ce serait vraiment terrible pour une jeune fille dans la vingtaine de ne plus avoir sa virginité. Pire que ça, Cameron peut coucher avec des filles sans problèmes, il s’agit d’un gentleman et c’est normal pour un homme alors que Steph, qui est intéressée sexuellement à son égard, est une horrible personne qui devrait avoir honte. Sinon, toutes les filles du roman sont soit violées soit frappées par leur copain et les mecs sont les bagarreurs. Classique misogynie et j’avoue que j’étais très gênée par les discours sans doute pas intentionnels dans le roman.

J’ai aussi un autre problème avec ce roman: Avery se montre assez dure et méchante avec Cameron et la patience de Cameron (ainsi que son insistance à vouloir sortir avec elle) est montrée comme une vertu qui fait de lui l’homme idéal. NON, s’il veut juste coucher avec elle (ce qui n’est pas le cas dans la suite), cela n’est pas charmant et sinon, Avery a clairement un problème et son attitude est assez moche. Je ne comprends même pas comment ils arrivent à se rapprocher alors qu’Avery fait tout pour le repousser et ne se donne même pas la peine d’être polie.

En bref, un roman qui m’a énervée et que je n’ai pas apprécié.

oie-8 cefb9-12180185_723844871083842_1732376702_n

Le portable ensorcelé de Diana G. Gallagher (Sabrina #25)

22175284

Avis

Dans ma jeunesse, j’étais fan de la série Sabrina (de livres et télévisée), j’ai collectionné tous les romans jusqu’à dans les vingtièmes tomes et je les ai tous acheté. Quelques années plus tard, après des déménagements successifs et une envie de rendre ma vie plus légère, j’ai tout vendu sauf le premier tome.

Il y a quelques semaines seulement, en me promenant dans une librairie, j’ai vu un tome de Sabrina que je n’avais pas lu et mes instincts de collectionneuse se sont réveillés.

La lecture était donc plutôt à la nostalgie, Sabrina et sa bande m’avait manqué, les tantes et le chat aussi. J’avais l’impression de retrouver un peu mon enfance avec cette apprenti sorcière qui multipliait les bêtises.

Plus honnêtement, j’étais un peu agacée avec le fait que Sabrina préfère passer pour la fille méchante qui rapporte les erreurs de tout le monde et se faire détester par tous plutôt que d’avouer une erreur pardonnable. Pire, je trouvais ridicule de la voir accuser ses amis et sa propre famille pour gagner un peu de temps, du temps qu’elle gâchait finalement pour pas grand chose. La fin était bien réussie, un peu moralisatrice comme toujours mais agréable.

En bref, une lecture facile et rapide, un peu de nostalgie et des bons moments devant ce roman.

oie-8

Riker (Vampire Nation T1) de Larissa Ione

Avis

J’aime beaucoup la bit lit et ce roman avait tout pour me plaire : une intrigue différente de d’habitude avec les humains en esclavagiste, une mythologie autour des vampires assez inhabituelle et très intéressante. Dès le début, Nicole n’est pas un personnage crédible. Elle s’entiche du vampire de manière trop rapide et a des sautes d’humeur qui rend ce personnage difficile à appréhender. Quant au personnage principal, Riker, sa personnalité est à peine mieux que Nicole, et sa culpabilité vis-à-vis de son ex-compagne revient dans les moments dramatiquement nécessaires mais encore une fois, j’étais très déçue par la manière dont le couple s’est établi. Niveau intrigue, cela prend beaucoup de temps à se mettre en place et le nombre de temps mort est trop nombreux.

Pour spoiler une partie de l’intrigue (ATTENTION SPOILERS), j’ai détesté le fait que Nicole se retrouve trop rapidement transformée en vampires, comme si son statut d’humain l’aurait empêché de s’intégrer et qu’il fallait bien la rendre acceptable pour les autres.

Sinon, la fin m’a passionnée au sujet de la mythologie vampirique qui se dessine mais trop tard, je ne pense pas continuer au-delà du premier tome.

La fille de l’Araignée de Lenia Major

Avis

Tout d’abord, une mise en garde assez importante : je trouve que la quatrième de couverture dévoile un peu trop l’intrigue et c’est dommage de se faire spoiler. Quant au roman lui-même, j’ai été très agréablement surprise par cette histoire de fantasy adolescente française. Je m’attendais très peu à une héroïne dynamique, énergique, pleine de convictions que j’ai adoré dès le début. L’histoire est racontée à la première personne et cela donne un enthousiasme et un dynamisme au roman avec l’héroïne choisie. Le personnage du prince est haut en couleur, Emil l’aveugle m’a séduite dès le début et j’ai apprécié la romance à peine dévoilée qui reste sous-jacente à l’intrigue sans avoir trop d’impact. L’héroïne se trouve plongée au Moyen Age et sans en mettre des tonnes, l’auteure arrive à donner cette impression de décalage avec un minimum de décor tout en préférant se focaliser sur le fait de développer l’intrigue et les personnages et les événements défilent à toute allure. Unique petite déception, une fin en peu en queue de poisson qui donne envie de lire la suite mais ne clôture pas un minimum l’histoire du premier tome.