Le bonheur d’Anna T1 de William Alcyon

cover

Il s’agit d’un roman bouleversant. L’histoire commence fort, avec Anna qui perd son compagnon à la suite des attentats de Nice de 2016 et qui reste en vie de manière miraculeuse. Son deuil est traité avec beaucoup d’humilité et de réalisme, cela lui prend plus d’un an avant de songer à vivre à nouveau et c’est un personnage que j’ai pris en sympathie très rapidement.

Par la suite, les différents points de vue dynamisent énormément ce roman qui devient très addictive. J’avais du mal à m’arrêter de le lire pour dormir. Ce livre place une sorte de gourou à un moment, William, mais désamorce assez rapidement ce chemin, comme si Anna doit trouver par elle-même le chemin du bonheur. J’ai par ailleurs adoré la confrontation entre ce qu’on nous présente comme un pseudo-gourou et Anna.

J’ai aussi beaucoup apprécié le fait que même si on nous présente un possible nouvel amoureux d’Anna, cela n’est pas précipité et le livre nous laisse du temps pour laisser place à une nouvelle romance. Le point fort de ce roman est la rencontre de Jacques Vaillant, le vieil homme encore capable d’apprécier la vie et la jeune femme Anna, qui a du mal à surmonter sa dépression. Leur cheminement est extrêmement bien décrit, émouvant et on a pas souvent l’occasion de laisser autant de place dans les romans à des hommes plus âgés de cette manière aussi touchante.

Bref, j’ai adoré ce roman et j’ai hâte de lire la suite ! Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce beau roman.

Publicités

L’auteure et autres nouvelles de Brigitte Lécuyer

cover

Un recueil de nouvelles inégales mais avec un joli style, j’ai adoré certaines nouvelles et j’ai trouvé que d’autres se finissaient avec moins de panache que prévu. Je vais détailler mon avis pour chaque nouvelle.

La nouvelle qui donne le titre du recueil fait partie de celle que j’ai le moins aimé, il manque une bonne fin car l’ensemble de la nouvelle laisse à espérer une chute incroyable avec cette écrivaine et on s’attend à tout sauf à cette fin en demi-teinte. Ismaël fait aussi partie des nouvelles que j’ai le moins aimées mais pour des raisons plus personnelles, elle est très dure et même trop pour moi.

La soupe aux orties est une nouvelle drôle, agréable, avec une certaine joie de vivre. J’ai adoré L’enterrement de Jerry, surtout pour ce personnage de Jerry très sympathique. La nouvelle Le voyage éclair de la virgule est drôle, absurde, et amusante. Mon coup de cœur restera La nuit de mon anniversaire, avec une noirceur maîtrisée et une nouvelle avec une chute exemplaire. Je me suis identifiée à ce pauvre Bastien l’apprenti poète qui perd toutes ses illusions dans sa carrière littéraire. Toutes ces nouvelles jouent avec une ambiance familiale et ont un ton à la fois drôle et surprenant.

En bref, j’ai adoré toutes les nouvelles « familiales » qui avaient un ton juste et drôle et même noir pour certaines, j’ai moins aimé les deux premières. Je remercie les éditions Bookless et la plateforme Simplement Pro pour ces jolies nouvelles.

 

 

 

Géant de Lucie de Kervignac

cvt_geant_4582

Ce roman raconte l’histoire de Millie, une femme brisée par la vie et la mort de son compagnon suite à un accident de voiture, qui retrouve l’amour une deuxième fois. J’ai déjà adoré le fait d’avoir une femme au bord de la ménopause qui vit une histoire d’amour dans le roman, c’est tellement rare d’avoir une romance avec une protagoniste âgée de plus de 20-25 ans que cela faisait plaisir à lire.

Millie est un personnage bien construit, auquel il est facile de s’identifier et j’ai adoré son cheminement imperceptible vers la joie de vivre. J’ai également beaucoup aimé le fait qu’elle maîtrise ses enfants, qu’elle soit compétente dans son métier et qu’elle choisisse de commencer une histoire d’amour parce que cela lui fait du bien. Le personnage de Fabien est plus insaisissable, plus difficile à cerner et à apprécier et j’avoue qu’avec son « secret » dévoilé, je ne voyais pas bien ce que Millie lui trouvait.

Les chapitres sont rapides à lire et prenants et j’ai juste apprécié le fait de passer du temps avec Millie dans son existence quotidienne. Le rythme traîne un peu vers la fin. J’ai regretté tout de même qu’on n’aie pas une scène de rencontre entre les enfants et Fabien dans le roman parce que cela aurait eu plus de sens dans le contexte.

Bref, une histoire d’espoir et d’amour après la ménopause qui fait plaisir à lire. Je remercie l’autrice et la plateforme Simplement Pro pour ce sympathique roman.

 

Victoire de Bridget Page

cover

Je ne pensais pas aimer ce livre à ce point. Il traite d’une histoire d’amour entre une femme de 18 ans malade depuis toute sa vie et un neurochirurgien plus vieux. Je ne suis absolument pas calée en médecine et je n’ai absolument aucune idée du réalisme de ce côté donc je me contenterais de discuter du côté littéraire.

L’idée de désigner une tumeur par un petit nom et de discuter avec elle m’a paru original et presque sympathique, il s’agit finalement d’une métaphore à peine voilée. Le neurochirurgien partait pour être un « bad boy » avec la moto et le sentiment de supériorité et pourtant, cette impression est finalement assez vite désamorcée par Victoire, le personnage féminin qui n’hésite pas un seul instant à remettre ce neurochirurgien à sa place. On a également une trace de « ils se détestent donc ils s’aiment » au début qui est assez vite replacée dans son contexte, c’est-à-dire le contexte d’une femme affaiblie qui a peur de faire confiance aux autres et surtout à un médecin. Bref, beaucoup de clichés sont à peine effleurés et vite écartés pour proposer une romance vraie, authentique et finalement très différente de celle à laquelle on pourrait s’attendre.

Le roman présente une romance entre une femme qui est présentée comme mourante et un neurochirurgien désabusé et pourtant, l’histoire n’est pas larmoyante, l’héroïne est tellement pleine de vie et de passion qu’on se prend à être bercé par sa force et son courage.

Bref, une jolie romance, au-delà des préjugés, une lecture assez vite entamée et terminée, une leçon de vie sur la nécessité de vivre au-delà de la maladie, un coup de cœur en gros! je remercie l’autrice pour ce beau roman et la plateforme Simplement Pro pour ce service presse.

Génération captive d’Axelle Colau

cover

J’ai adoré cette dystopie. Elle part du principe qu’après une sorte de désastre, certaines personnes ont acquis des pouvoirs (les « Sensibles ») et ces enfants sont détachés de leur famille et amenés dans des Camps. Grégoire, le protagoniste de l’intrigue, va aller dans un de ces Camps pour essayer d’obtenir des informations et il rencontre Ana, une jeune fille traumatisée pour qui il va éprouver des sentiments amoureux.

J’ai principalement adoré le rythme de l’intrigue. Ce livre opère sur un sentiment d’urgence. A chaque moment calme succède de l’action et on a l’impression que les pauvres enfants ne trouveront jamais le repos. L’intrigue reste toujours concentré sur des points essentiels et j’ai même raté ma station de bus tellement j’étais captivée par l’intrigue.

Ana est un personnage traumatisé, violé et en même temps, on la montre forte et décidée à se battre tout comme Grégoire et non une pauvre femme fragile malgré les horreurs qui lui arrivent. J’ai regretté que le roman ne fasse qu’un tome, je pense que l’univers méritait d’être étendu sur plusieurs romans.

Bref, un coup de cœur, un roman absolument passionnant et des personnages d’adolescents courageux. Je remercie la plateforme Netgalley et les éditions Au loup.

Forestelle T1 d’Aline Maurice

cover

Ce livre reprend l’idée d’un monde parallèle au nôtre qui a évolué différemment. Il s’agit d’un monde plus naturel, avec de la magie, des espèces différentes et seuls les Liants, ceux qui possèdent des manteaux, peuvent accéder aux deux mondes.

La découverte de ce monde par Coline, une petite fille qui se retrouve perdue là-dedans,  est magnifique. On découvre avec elle les horreurs du monde ainsi que la beauté du paysage et les gens bienveillants. De l’autre côté, la mère de Coline est paniquée de voir disparaître sa fille et va entreprendre tout un périple pour la retrouver et la sauver. J’ai beaucoup aimé l’alternance des points de vue qui augmente l’ironie dramatique puisque toutes les deux se cherchent pendant une grande partie de l’intrigue.

Si le rythme des révélations est globalement bien géré, j’ai trouvé que le milieu du roman souffre d’un ralentissement qui rendait la lecture difficile. Cependant, cela reste mineur devant les personnages tous plus touchants les uns que les autres (y compris pour le troisième point de vue) et les informations qui arrivent et qui donnent envie d’en savoir plus sur le monde.

Bref, j’aurais préféré un rythme soutenu tout le long du roman mais j’ai adoré l’ambiance, l’univers, les personnages et j’ai hâte de voir ce que l’autrice nous réserve pour le deuxième tome.

Je remercie la plateforme Netgalley et les éditions Au loup pour ce roman.

L’Habit ne fait pas le moineau de Zoé Brisby

cvt_lhabit-ne-fait-pas-le-moineau_8849

J’ai sérieusement, totalement, complètement adoré le titre. J’ai dû le répéter dix fois à mon copain pour qu’il comprenne la blague. Deux personnages se rencontrent: une vieille dame qui veut être euthanasiée (Maxine) et un dépressif (Alex). Ce qui devait être une simple balade de la maison de retraite à la Belgique devient une course-poursuite entre la police et la voiture d’Alex et ce pauvre Alex en voit de toutes les couleurs.

J’ai adoré dès le début les deux personnages et surtout la vieille dame pour qui je me suis prise d’une affection immédiate. Elle est drôle, sympathique, amusante et c’est tellement rare de voir des vieux dans les romans qu’elle apparait comme une bouffée d’air frais. Le personnage d’Alex est plus classique et même si j’ai esquissé quelques sourires devant ses malheurs, Maxine remporte la palme du personnage le plus incroyable entre les deux. Elle est celle qui vivifie le roman et qui permet de garder le sourire.

Bref, il faut lire ce roman qui est drôle, et donne envie de regarder la vie d’un œil moins désespéré. Je remercie l’autrice et la plateforme Simplement Pro pour ce magnifique roman.

Méandres de la vie de Philippe Pointereau

cover

Ce livre est un recueil de textes très divers sur les rencontres et les voyages de l’auteur et de sa femme. Il s’agit de textes très courts, trop même pour certains. L’auteur réussit assez rapidement à décrire des caractères et des personnages de manière frappante. Il décrit également des scènes de la France « campagnarde » avec de nombreuses références à l’Église et à la religion en général, de manière irrévérencieuse pour la plupart. Les textes poétiques sont finalement peu nombreux et situés à la fin, ce que j’ai trouvé un peu dommage, j’aurais préféré les avoir un peu plus en valeur.

Le principal reproche est finalement la taille de ce recueil qui est trop court, chaque texte regorge d’anecdotes sympathiques qu’on aimerait voir développer avec beaucoup plus de détails. J’ai beaucoup aimé cependant l’histoire où une famille est sauvée d’un tueur en série par sa gentillesse, ce qui illustre finalement le ton du récit, bienveillant dans l’ensemble.

Bref, un récit très court mais des anecdotes qui donnent du plaisir à lire. Je remercie la plateforme Simplement Pro et les éditions Bookless pour ce recueil.

Les nouvelle de l’été – Le jour (Anthologie)

cover

Cette anthologie m’a surprise par la qualité d’écriture d’absolument toutes les nouvelles, ce recueil était un régal à lire et m’a permis de rappeler un peu l’été dans une saison d’automne bien morose et froide.

Humdrum!  Le début est très rythmé, très mouvementé et incroyablement bien écrit. Je me suis tout de suite prise de compassion pour cette femme débordée et je me suis sentie à l’aise et admirative devant son courage et son audace. La suite de l’histoire était un peu décevante et convenue à mon goût mais le début est génial.

Une simple cabane J’ai beaucoup aimé le mystère qui s’éclaircit petit à petit ainsi que l’ambiance familiale qui se dégage de cette nouvelle. Un peu d’aventure pour les jeunes dans cette histoire.

Voyage de noces entre amies Clara est un personnage fascinant et on a le droit à une petite visite exotique de l’Australie avec une célébration de l’amitié. Cette nouvelle respire la joie de vivre malgré son postulat triste de départ.

Itinéraire bis Cette nouvelle est très prenante, elle commence fort dès le début puis laisse planer le doute et une ambiance un peu menaçante pendant tout le long de la nouvelle. Et la fin permet vraiment une chute élégante.

Des vacances étonnantes: une jolie excursion entre adolescents avec les premiers émois et les premières rencontres amicales et amoureuses sérieuses, une nouvelle douce-amère d’une grande simplicité et d’une beauté remarquable

Un été indien: j’ai eu plus de mal avec cette nouvelle qui parle d’une femme française en Inde et qui donne l’impression désagréable qu’une femme ne peut qu’être harcelée sexuellement par tous les employés qu’elle rencontre. Bref, une nouvelle bien écrite qui laisse un goût amer dans la bouche

Retour aux sources: je trouve cette nouvelle un peu déséquilibrée, le couple présenté au début est intéressant, la partie où le protagoniste revient sur son lieu natal est également joliment amené, l’histoire de François à la fin est touchante mais je trouve le lien entre les trois assez faible et pas assez travaillé

Trois semaines en août: encore une histoire d’adolescents bruyants qui s’amusent, d’une mère débordée et de tension de famille, c’est bien écrit et ça se lit tout seul.

Vichy été 1856: La seule nouvelle du recueil qui m’a laissée dubitative et que je n’ai pas du tout aimé. J’avais l’impression d’avoir une longue description en face de moi sans aucune intrigue et j’ai passé rapidement sur cette nouvelle.

Je remercie les éditions du Saule et la plateforme Simplement Pro pour ce joli recueil coloré qui donne envie de partir en vacances.

Le carnet de l’amoureux éconduit de Laurent Hunziker

cvt_le-carnet-dun-amoureux-econduit_1537

On aborde un sujet assez rare en littérature, le thème de la romance vu d’un point de vue masculin et plus précisément du rejet amoureux. Cela ressemble au roman de Goethe Les souffrances du jeune Werther avec une grosse différence, je me suis tout de suite identifiée au héros que j’ai trouvé sympathique et mignon contrairement au héros de Goethe pathétique et pitoyable. L’auteur réussit par un tour de force à intéresser le lecteur sur des considérations sentimentales sans donner une impression de pitié. Bref, j’ai vibré pour ce héros qui croit à sa flamme envers et contre tout.

La deuxième partie produit un renversement total du récit qui passe d’un récit de garçon amoureux à un roman complètement différent avec une intrigue tout aussi intéressante. Les mécanismes qu’utilise l’auteur sont fascinants et sans vouloir spoiler une partie de l’intrigue, j’étais agréablement surpris par la tournure de l’histoire. Malheureusement, j’ai trouvé que cette partie s’éternise un peu et la fin est un peu décevante par rapport à ce retournement de situation. De plus, même si le futur de l’histoire est bien construit, on reste un peu sur notre faim.

Bref, une écriture splendide, une représentation magnifique de l’amour masculin, un bouleversement de milieu assez incroyable qui malheureusement ne tient pas ses promesses. J’ai adoré les personnages et la manière dont l’auteur nous décrit l’amitié centrale. Je remercie l’auteur pour ce service presse.