Shiri ya mwari de Nicolas Elie

shiri-ya-mwari

Ce livre raconte l’histoire de deux personnages très différents : un homme cruel, ancien soldat qui vient du Zimbabwe et qui tue sans remords de nombreuses personnes et une femme française, fille d’un des soldats français. L’auteur est particulièrement doué et talentueux pour nous faire rentrer dans l’esprit du protagoniste, Issa, ce tueur en série qui se prend pour l’oiseau sacré. J’ai également eu l’agréable surprise de voir que les éléments africains évoqués dans ce roman sont véridiques notamment en ce qui concerne la légende de l’oiseau sacré.

L’auteur a réussi l’exploit de me faire comprendre et même sympathiser avec un psychopathe et cela rend ce livre extrêmement sombre, bien écrit et bien ficelé. J’ai trouvé le groupe de personnages autour d’Elizabeth, les braves soldats français reconvertis dans des milieux moins difficiles, un peu moins développé que l’histoire d’Issa qui m’a intéressée dès le début. La fin est assez sombre et cruelle, à l’image de tout le roman et je ne m’attendais absolument pas à ce que l’auteur aille jusqu’au bout de son propos.

Bref, je ne m’imaginais pas un seul instant avoir une fascination et une sympathie pour un protagoniste aussi psychopathe et cruel mais l’auteur m’a surprise dans le bon sens du terme. Ce personnage a une telle profondeur de caractérisation et d’écriture que je me suis laissée emporter par son histoire.

Je remercie Évidence Éditions pour ce beau livre.

Publicités

Réalités T1 de Loïc Grosman

cover

Je vais commencer assez vite par dire mon opinion : c’est un joli coup de cœur et une très belle histoire. Je finis une thèse qui implique de la physique quantique donc quand j’ai compris que le livre allait traiter voyage temporel, théorie des cordes et physique quantique, je me suis dit que ce livre m’était destiné.

Le thème des différentes Réalités reliées par des fils auxquels on s’accroche est absolument fascinant et j’ai particulièrement apprécié la volonté de pédagogie de l’auteur qui ne nuit absolument pas à l’intrigue et permet de mieux comprendre tout le drame qui va se produire au cours de l’histoire.

On suit plusieurs histoires en parallèle qui se chevauchent et se croisent et cela permet d’introduire une dynamique naturelle qui m’a poussée à lire rapidement les différents chapitres qui se succédaient. J’ai adoré Abigail et Aeria, ces deux femmes fascinantes qui apprennent vite et se débrouillent à leur manière. J’ai surtout apprécié cette parité voulue et cette importance des femmes au même plan que les hommes dans la hard SF, un genre globalement considéré comme particulièrement masculin.

Les rebondissements sont bien pensés, réfléchis et j’ai plusieurs fois sursauté notamment avec la partie nazie que j’éviterais de spoiler mais qui m’a complètement prise par surprise.

Je noterais un seul défaut, cette fin abrupte qui termine ce tome sans vraiment le terminer et qui rend l’attente du tome 2 absolument insupportable. La fin m’a complètement désarçonnée.

Bref, une aventure fabuleuse dans le monde de la réalité quantique. Je remercie les éditions Publishroom pour ce beau roman.

 

L’Autre Royaume de Gavriel Howard Feist

cover

Ce livre raconte l’histoire de six personnes: trois femmes, deux hommes et un nain, tous prêts à tout pour sauver leur peuple d’une invasion extérieure. Je dois faire un aveu, je déteste l’heroic fantasy en général, en raison des longues descriptions de paysages, du besoin incessant d’utiliser des mots complexes et des batailles qui font intervenir un nombre conséquent de personnages.

Dans ce roman, rien de tout cela. Le monde inventé est riche en légendes, en histoire mais chaque détail est donné de manière naturelle. Tous les personnages principaux sont bien approfondis. Les péripéties se succèdent avec bonheur, avec juste assez de pause pour savourer le récit encore mieux. J’ai adoré la touche de magie présente mais subtile qu’on nous dévoile petit à petit. Les moments qui m’ont le plus impressionnée dans ce roman sont les combats, tous détaillés de manière à sentir à la fois l’urgence de la situation et la position de chaque personnage. C’est la première fois que j’adhère à une description de bataille, même à la fin lors de la bagarre générale, l’auteur réussit à gérer tous les détails sans que cela devienne problématique.

J’ai adoré le fait que la capitaine est une femme qui sache se battre et que la plupart des femmes ont un intérêt dans le récit autre que romantiques. Toutes les femmes sont courageuses, intelligentes, battantes, et aussi farouches que les guerriers du roman et pour une fois, cela fait du bien de voir une certaine mixité généralement absente dans les romans classiques d’heroic fantasy.

Bref, un roman qui m’a agréablement surprise, qui se lit rapidement avec plaisir, et à dédier à ceux qui ne sont pas convaincus par les romans de « heroic fantasy » classique.

Je remercie les éditions du Saule et la plateforme Simplement Pro pour cette belle découverte.

 

La ligne jaune de Baptiste Chapuis

cover

Ce livre traite de plusieurs sujets difficiles : le deuil, le cancer, la mort d’une personne proche et l’auteur raconte la mort de son père pendant sa jeunesse. Il s’agit d’une autobiographie de l’auteur.

Je craignais de lire un récit un peu trop déprimant pour mon humeur et j’avoue que j’étais agréablement surprise et étonnée de la profondeur avec laquelle l’auteur exploite son sujet. Il ne s’agit pas seulement de raconter son propre deuil mais d’aboutir à une réflexion générale en parallèle d’un deuil privé. J’ai adoré toutes les réflexions philosophiques sur le travail et la vie en général qui sont élaborées surtout au début du récit et cela m’a fait plaisir de constater que l’auteur partage mes avis sur le monde du travail.

En-dehors de l’aspect critique, j’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteur nous partage ses émotions avec beaucoup de sensibilité. Sans faire un récit larmoyant, il réussit à transmettre à la perfection son ressenti et on sent à quel point il aime son père. J’ai apprécié le fait qu’il persiste à laisser son père sous une sorte d’auréole malgré les combats contre la maladie.

Bref, je lis rarement des autobiographies et j’ai adoré la qualité à la fois de la réflexion et la pudeur autour du deuil que développe l’auteur avec une humanité et une intelligence incroyables.

Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce beau cadeau.

 

Coaching Un mois pour atteindre mes objectifs de Aude Réco

Lorsqu’Aude Réco du blog J’écris donc je suis m’a proposé de tester un coaching de 1 mois  en avant première pour atteindre mes objectifs, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais cela fait maintenant plusieurs années que je suis cette autrice sur sa chaîne youtube et que je lis ses textes et son blog. Je n’ai donc pas hésité une seule seconde à accepter.

Ce fameux coaching est en réalité une série d’exercices, de vidéos et d’articles, envoyée chaque jour pour réfléchir à son organisation et à sa productivité. Les vidéos sont très courtes, de 1 minute à 6 minutes maximum et résume très bien le concept. Même si les questionnaires  donnés sont tournées vers l’écriture, j’ai puisé dans les ressources de quoi remplir mes objectifs dans l’écriture ainsi qu’hors de l’écriture. Il suffit d’adapter un petit peu.

L’idée n’est pas de construire avec Aude Réco un système « idéal » pour écrire, ni même qu’elle nous montre sa propre manière de faire, mais de s’interroger sur soi-même, ses priorités et sa manière de gérer. J’ai également bien aimé le fait qu’on se détourne des systèmes de productivité habituel du type « comment tout gérer de A à Z en ayant une vie sociale bien remplie et un travail à plein temps? ». Aude Réco ne cherche pas du tout à nous mettre la pression pour tout faire mais nous guide au contraire vers nos priorités, nos envies du moment. Il s’agit de se remettre en question, de se poser les bonnes questions et de bien le faire. J’avoue, des fois j’aurais aimé avoir une solution donnée sur l’organisation pour être mieux aidé.

J’ai adoré l’exercice où il faut commencer à écrire une nouvelle puis s’arrêter, cela m’a donné un début d’idées sur un appel à textes que je procrastinais depuis quelques temps.

Ma partie préférée dans cette série de questions/textes/vidéos sont les articles. Il n’y en a pas beaucoup mais ils sont longs, agréables à lire, bien rédigés et ils résument à merveille les vidéos en apportant des compléments.

Bref, un coaching exemplaire qui force à se poser les questions, ne donne pas forcément les bonnes réponses et oblige à se remettre en question. De quoi se motiver pour atteindre les bons objectifs!

Indépanda 7

cover

J’avais adoré la dernière revue Indépanda 6 et je me suis empressée d’accepter lorsque cette revue m’a proposé leur septième numéro en avant première. N’hésitez pas, vous découvrirez des auteurs indépendants et c’est gratuit ! Je vais commencer par les commentaires un par un :

Le champ d’orties : cette nouvelle fait ressortir trop de mauvais souvenirs et de pensées douloureuses pour que je puisse l’apprécier et la commenter sereinement. Je m’excuse à l’autrice. C’est bien écrit mais trop chargé en émotions pour moi.

Niveau 4: J’ai adoré la mise en place de ce nouveau monde où le harcèlement sexuel est sévèrement réprimé et j’ai trouvé que c’était une idée absolument géniale. L’exécution est magnifique et même si je trouve la fin un peu légère, le reste est parfait. Pourquoi ne pas adopter ce système à toute la France au moins ?

Neurocop: Le rythme est un peu brouillon. J’ai bien aimé la fin même si je ne l’ai pas trouvé particulièrement convaincante au niveau crédibilité. Bref, l’univers méritait d’être beaucoup plus exploité.

Fatum: Cette nouvelle est pleine d’émotions et magistrale. J’ai adoré et j’ai complètement adhéré. C’est beau du début jusqu’à la fin. Un de mes coups de cœur.

Indécision: C’est une nouvelle drôle et amusante, qu’on lit avec le sourire aux lèvres. Pauvre Alexandre, comme je le comprends!

Le hors-la-loi et la Mort: j’ai bien aimé le rythme de la nouvelle et la caractérisation des personnages, même si les événements sont trop violents à mon goût. Belle image de la Mort en tout cas et jolie retournement de situation.

Premières neiges au jardin du Luxembourg: ce texte est juste magnifique et il constitue mon deuxième coup de cœur de ce recueil, il est tout en émotions.

Mondorama: L’idée est bonne mais j’ai moins aimé l’exécution qui traîne trop en longueur.

Le passager: Mon troisième coup de cœur de ce recueil et une histoire d’amour mélancolique qui laisse songeuse. J’ai vibré avec le protagoniste durant toute la durée de la nouvelle.

A ton image: Cela aurait pu être mieux, j’ai trouvé le rythme très brouillon et confus même si j’aimais bien l’idée de donner le rôle principal aux robots. Dommage.

Je remercie bien sûr la revue et la plateforme Simplement Pro pour ce sympathique recueil avec trois coups de coeur bien mérités et une qualité assez indéniable.

 

Dans un grand champ de nuages blancs de Philippe Dester

Ce livre traite de la mort d’un jeune homme de 16 ans, Alex, tué bêtement dans un accident. Et pourtant, le propos de ce roman n’est ni triste ni dogmatique. Ce roman nous plonge dans l’intimité d’Alex, ce jeune peu discipliné qui va en apprendre beaucoup après sa mort.

Malgré mes propres croyances différentes sur la mort, j’ai complètement adhéré à l’idée de l’ange gardien. On découvre Alex sous de nombreuses angles à travers les différentes relations qu’il entretient et c’est émouvant de le voir s’épanouir. J’ai adoré l’idée qu’il soit invisible à la plupart des gens et cela donne lieu à pas mal de scènes cocasses. Le roman reste joyeux malgré le sujet grave ce qui est une des principales forces de l’intrigue qui nous pousse finalement à réfléchir à la vie. Le style est agréable et j’ai dévoré assez rapidement ce petit roman, trop court.

Je mettrais toutefois un bémol pour la fin rapide qui m’a semblé un peu précipité par rapport à toute la finesse du roman.

Bref, un roman magnifique sur la mort, qui prend des thèmes éculés pour les ramener dans une vision touchante et émouvante. Je remercie la plateforme Simplement Pro et les éditions du Saule pour ce beau roman.

Lily 2.0 T1 de Emilie Colline

Ce roman jeunesse raconte l’histoire d’une jeune fille parisienne qui se découvre d’étranges pouvoirs.

Tout d’abord, il s’agit d’une très belle idée. Ce livre combine des jolies cartes de Paris, de jolies dessins en général, une bande son de plusieurs musiques, des informations sur la parapsychologie en général comme les chakras et la méditation et une histoire d’adolescente plongé dans un univers de rêves et de médium. Cet ensemble assez hétérogène donne une certaine harmonie et j’ai trouvé le mélange très inspirant. Je me suis assez vite prise d’affection pour Lily, la protagoniste qui commence en étant une adolescente normale qui fait des rêves pour finalement comprendre la signification des rêves au fur et à mesure du récit. Même si je ne suis plus aussi jeune que le public cible, j’ai beaucoup aimé l’aspect journal intime et le basculement entre les rêves et la vie normale de l’adolescente.

J’ai trouvé le roman assez court (même trop finalement) mais même si toutes les interrogations ne sont pas terminées, la fin est suffisamment satisfaisante pour terminer le roman.

Bref, une découverte mignonne, originale qui m’a finalement bien plu. Je remercie la plateforme Simplement Pro pour ce joli roman.

Légendes urbaines de Sébastien Gallois

Ce recueil de nouvelles présente différents faits divers, macabres au possible avec un suspense insoutenable : de la vengeance à la recherche des suspects en passant par l’idéalisme de la jeunesse.

L’auteur a un style entraînant, qui donne envie de tourner les pages assez vite, j’ai adoré tous les personnages, toutes les nouvelles et toutes les intrigues, je vais avoir très peu de critiques à donner.

La jeune femme de la première nouvelle (La symphonie de la tempête) m’a beaucoup touchée avec son regard d’artiste et son caractère au début de la nouvelle. J’ai beaucoup aimé le fait qu’on ait le regard de l’homme et de la femme sur le couple et qu’on connaisse les aventures de tous les deux et une partie de moi était heureuse que cette femme n’hésite pas à faire ce qui la rendait heureuse au milieu de la nouvelle sans trop se préoccuper de son mari et des autres.

Mon coup de cœur se situe dans la deuxième nouvelle (Sa dernière enquête) qui traite d’un vieil homme qui veut enquêter et trouver le coupable d’un meurtre. J’ai trouvé émouvant la manière dont l’auteur caractérise ce personnage vieux qui a encore envie d’avoir un impact dans le monde. La fin est particulièrement bien trouvée et mignonne.

La troisième nouvelle, une histoire de vengeance et de quête de justice, fait froid dans le dos. Je la trouve un peu moins travaillé au niveau des thèmes et des personnages, plus classique aussi, mais le style de l’auteur est suffisamment entraînant pour qu’on ait envie d’aller jusqu’au bout.

Bref, ce recueil est tellement travaillé et agréable à lire que je ne peux que saluer le travail de l’auteur et de l’éditeur. Je remercie Evidence Editions pour ce service presse.

 

Loin des fauves de Philippe Saimbert

cover

Cette romance traite d’une histoire d’amour entre une guérisseuse, Lorina, et un artiste âgé, Jean, marié à une femme qui ne l’aime plus et père de deux enfants.

J’ai tout de suite sympathisé avec le protagoniste dont le caractère est bien expliqué et qui attire une sympathie immédiate. L’auteur dosait les moments de calme et ceux de suspense et j’avais envie de suivre l’intrigue. J’ai adoré l’enchaînement avec le protagoniste qui se souvient de son histoire et qui nous amène dans sa vie avec douceur.

Le personnage de Lorina m’a moins convaincue, peut-être en raison de l’angle de vue. Elle est très exigeante dès le début, demande des preuves d’amour, et même si je partage sa passion pour les animaux et pour l’écologie, j’ai trouvé son attitude face aux relations amoureuses un peu puérile et agaçant. Par contre, j’ai complètement craqué pour Jean qui est gentil, réfléchi et qui essaie d’aider les gens. La romance entre les deux ne m’a pas semblé aussi évidente puisqu’elle met énormément de temps à se mettre en place et que les discussions entre eux ne sont pas très convaincantes, on dirait qu’ils ont beaucoup de mal à communiquer.

Les deux animaux, la Zouze et Rosalie, sont vraiment craquants aussi et j’ai adoré l’ambiance campagne (oui je viens de la ville), les animaux, et la gentillesse que prône la famille de Lorina.

Les retournements de situation à la fin sont particulièrement éprouvants et émouvants.

Bref, il s’agit à la fois d’une ambiance particulière que j’ai adoré, de personnages marquants, et d’un style agréable et même addictif. Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce magnifique roman.