Ouvrir les bras pour changer le monde de Gilles Gallas

book-2595

Ce livre décrit les pratiques de ce qu’on appelle dans le milieu anglophone le « free hug ». L’idée est de se prendre dans les bras pour diminuer l’agressivité des gens et accomplir notre nature humaine. L’auteur déplore l’évolution de l’humanité actuelle et propose une tentative pour revenir à ses vraies valeurs selon lui.

Ce livre se divise en deux parties: une partie explication anthropologique et une partie guide pratique. Dans l’explication anthropologique, je n’ai absolument pas été convaincue par ce passage pour deux raisons. La première: cela part dans une histoire révisée par les soins de l’auteur où ce dernier retrace l’humanité pour asseoir sa propre cause. De plus, malgré mes lacunes dans ce domaine, je trouvais l’auteur trop manipulateur pour croire à ce qu’il disait. Deuxièmement, cette partie sonne comme une justification alambiquée à quelque chose qui me paraît finalement bien: l’auteur décide de rendre les gens heureux à sa manière et c’est tout à fait louable, pourquoi ce besoin de se justifier à une telle échelle?

La deuxième partie plus pratique traite des différentes activités possibles lorsqu’on veut se mettre aux « free hugs » et des différents endroits qui le pratiquent dans le monde entier. L’auteur précise également que la place de la femme en Inde et au Japon par exemple fausse cette pratique qu’il considère comme bénéficiaire aussi bien bien au sexe féminin que masculin. En effet, au Japon, seuls les femmes font des « hugs » aux hommes et en Inde, certaines femmes le font pour l’ensemble des gens mais aucun homme ne le fait. Bref, il prône une pratique plus égalitaire avec des exemple très précis et instructifs.

J’aurais un petit reproche cependant, l’auteur tient à garder une égalité parfaite entre le nombre d’hommes et de femmes ce qui est louable mais tend à se transformer dans son cas à prôner un exemple hétérosexuel ce qui m’a un peu gênée.

Bref, un livre qui enseigne sur un domaine méconnu et d’une manière agréable la plupart du temps.

Publicités

La femme de Beyrouth de Déborah Fotzé

cover

Ce roman traite d’un sujet peu abordé en France, l’histoire du Liban et en particulier la condition féminine dans ce pays.

Les personnages féminins sont assez forts et déterminés dans ce roman. On commence par suivre l’histoire de Siham, une jeune femme ambitieuse qui va s’élever dans la hiérarchie puis la suite avec ses enfants et sa famille. Siham est tout de suite assez sympathique. J’avoue avoir été choquée, surprise et même agréablement étonnée par l’autrice qui n’hésite à malmener ses personnages comme elle l’entend. Le choix de la narratrice dans ce contexte fonctionne et a réussi à me captiver pour connaître la suite de cette famille. J’ai adoré la fin et la manière dont cela permet de donner une conclusion au lecteur moins frustrante par rapport au début.

Je regrette cependant les longs développements historiques en parallèle du récit beaucoup plus dynamique de la famille de Siham. En effet, même si c’est intéressant de comprendre mieux le sujet de Liban à cette époque (à partir des années 40 environ), les textes sur l’histoire sont moins bien construits et moins agréables à lire. Il reste hélas quelques petites fautes qui gênent un peu.

Bref, des héroïnes captivantes dans un milieu de brutes, un lieu et une histoire méconnus qu’on aime à découvrir, c’est un livre sympathique. Je remercie beaucoup la plateforme Simplement Pro et Bookless éditions de m’avoir procuré ce livre.

Chicago Requiem de Carine Foulon

cover

Voici un roman bien surprenant. J’ai commencé à le lire sans aucun a priori, sans même lire la quatrième de couverture car l’autrice me semblait sympathique.

Le début est un peu lent à démarrer. J’ai eu peur en regardant la généalogie du début et j’avoue que j’avais du mal à cerner les personnages rapidement. Ils sont assez nombreux et seuls quelques-uns ressortent comme Meredith évidemment, William, Rose et Susan.

Cependant, dès que le roman se focalise sur le couple William/Susan, mon intérêt est monté en flèche. J’ai adoré Susan et cela d’autant plus qu’on la découvre au fur et à mesure et que plus on en apprend sur elle, plus elle devient sympathique et agréable à suivre. La violence est très présente dans le livre mais malgré mes réticences habituelles, j’ai trouvé qu’il n’y avait aucune violence gratuite et que chaque scène ressortait intense.

Je ne suis habituellement pas passionnée par les histoires de mafia ou de famille et j’étais surprise de voir que même si le thème ne m’intéresse pas en général, ce livre réussit à nous faire nous attacher aux personnages et à le rendre assez crédibles pour garder un rythme soutenu tout du long.

Je garde tout de même un regret sur le personnage de Meredith qui méritait d’être mieux exploité. Je la trouve effacée dans la construction du roman et cela rend la fin du livre moins dure qu’elle n’aurait pu l’être.

Bref, un roman de mafia que je me surprends moi-même d’apprécier. Alors je le conseille d’autant plus aux fans de sagas familiales et de mafia. Je remercie bien sûr Carine Foulon et la plateforme Simplement Pro de m’avoir procuré ce roman.

 

 

Les néo-gaïens T4: La nouvelle ère de Florence Gérard

cover

Ce roman clôture la saga sur les néo-gaïens dans un monde à la X-Men où on suit un monde futuriste dans lequel certaines personnes se retrouvent dotées de pouvoirs à la suite d’un virus dévastateur contre l’humanité. Ce tome aura mis du temps à paraître et j’avais en partie oublié les trois premiers tomes. J’ai hésité à relire les tomes mais ce roman se suffit amplement à lui-même et conclut en beauté cette saga.

On suit l’histoire de deux couples, un couple hétérosexuel et un couple homosexuel. Je dois avouer que j’ai beaucoup apprécié le couple hétérosexuel qui, même si l’auteure abordait des thématiques classiques comme le « coming-out », l’homophobie, détonne par les personnages très attachants. Surtout Matt qui se bat pour son amoureux pendant tout le roman. Quant au couple plus classique, j’ai moins accroché car on en revient à l’homme protecteur qui refuse que sa copine prenne des risques et cela devient un peu lassant.

Les péripéties abondent dans ce roman, on retrouve avec plaisir le style survolté de l’auteure et j’ai plongé dans ce roman du début jusqu’à la fin.

Je remercie les éditions Laska pour cette belle découverte.

Hasard de Sofia Perez

cover

Cette nouvelle raconte l’histoire d’amour entre deux femmes, toutes les deux en couple, une histoire adultère et passionnée. Elle est écrite du point de vue d’une des deux femmes et je me suis assez vite identifiée à la protagoniste. J’aurais peut-être préféré une description plus importante de la vie de famille de la protagoniste (elle expédie rapidement le fait qu’elle ait un enfant avec une autre femme) mais dans l’ensemble, j’ai parcouru cette nouvelle avec beaucoup d’intérêt et de curiosité.

J’étais tout de même déçue par la fin qui contraste violemment avec le reste de l’histoire sur une diatribe assez violente et étrange.

Bref, je remercie l’éditeur et la plateforme Simplement Pro pour cette nouvelle très enflammée qui m’a transportée ailleurs pendant un bref moment.

Les proies du temps de Sébastien Fillion

36610298

Je n’avais pas d’avis préconçus avant de commencer ce roman et j’ai été agréablement surprise par le début. L’histoire commence assez rapidement et je me suis tout de suite intégrée dans l’histoire de ces deux amies qui apprennent qu’elles n’ont que 12 jours à vivre. A partir de là, tout pouvait arriver et le style de l’auteur ne déçoit pas.

Il nous amène dans une île paradisiaque où tous les milliardaires vont dépenser leurs fortunes et ces deux amies vont à la fois profiter de ce lieu et en subir les conséquences. J’ai adoré la présentation de l’île et le côté à la fois « trop beau pour être vrai ».

Au début de l’intrigue, les deux amies ont des buts très différents: la couture pour l’une, prête à tout pour faire admettre son talent, et la séduction pour l’autre. Bref, chaque femme va se découvrir au cours de l’intrigue et j’étais complètement charmée jusqu’à la scène de choc qui leur arrive vers la fin.

A partir du moment où ces deux sont réunies dans l’intrigue, j’avoue avoir baillé devant les longues réflexions politiques, avoir finalement moins apprécié car je commençais à confondre les deux héroïnes. Finalement, la fin de l’intrigue traînait un peu en longueur malgré le talent de l’auteur qui me donnait tout de même envie d’aller jusqu’au bout pour comprendre l’énigme des 12 jours.

Bref, j’étais choquée, surprise et étonnée d’une telle fin qui concluait d’une belle manière le roman. Je remercie l’auteur de m’avoir procuré ce beau roman qui, malgré quelques longueurs vers la fin, réussit à plonger dans une belle ambiance et à nous faire découvrir une île particulière.

Au nom des nuits profondes de Dorothée Werner

35966106

J’ai un arrière goût amer de ce roman pour plusieurs raisons. Le roman traite d’une femme qui, après s’être mariée et avoir eu un enfant, décide de prendre sa vie en main seule et de s’émanciper.

Le livre est écrit à la deuxième personne ce qui éloigne le lecteur du personnage principal qui reste ambiguë et difficile à comprendre. De plus, le personnage est présenté comme une femme qui devient enfin libre et s’échappe du monde patriarcal oppressant dans lequel elle vit. Cependant, on nous présente une femme qui violente son enfant, s’échappe du domicile familial pour donner des leçons de vie aux autres et se montre d’une arrogance et d’une brutalité assez étonnante. J’avais cette impression dérangeante que sous un prétexte d’émancipation, l’autrice nous montrait finalement les ravages de ces « femmes libérées » qui ont oublié tout sens moral et qui se montre d’une cruauté assez ignoble. Bref, j’étais très mal à l’aise face au protagoniste et malgré un style assez rapide à lire, j’ai trouvé le roman trop cynique pour me projeter dedans. L’équivalence entre brutaliser son enfant et s’affirmer dans sa féminité m’a perturbée hautement.

Finalement, il s’agit d’un court roman très cynique et noir qu’il faut lire avec beaucoup de recul. Je remercie la plateforme Simplement Pro et les éditions Fayard pour cette découverte étonnante.

 

 

Le triangle d’incertitude de Pierre Brunet

9782702157565-001-t

J’ai commencé à lire ce livre dans l’espoir d’en apprendre plus sur le génocide du Rwanda du côté français. Dans les témoignages des survivants que j’ai lu, on sent une rancœur envers la France que les Rwandais rendent responsables. Mais qu’en est-il des soldats français?

On suit l’histoire d’un soldat qui rentre dans sa famille après le génocide et qui doit réapprendre à vivre après avoir vu des horreurs. Certains passages qui évoquent ces événements sont très éprouvants émotionnellement. J’étais au bord des larmes lorsque l’auteur nous présente Étienne et ce qu’il a traversé au Rwanda. Devant tant de massacres, l’auteur nous montre l’inimaginable.

Cependant, contrairement à mes espérances, l’attention du roman ne se place pas vers les événements historiques au Rwanda mais plutôt la difficulté du soldat avec Isabelle, sa femme, et ses enfants. A ce niveau, j’ai eu du mal à sympathiser avec ce soldat qui trompe allégrement sa femme, sort le soir et semble assez indifférent au sort de ces enfants et à la souffrance d’Isabelle. Il ne montre aucun effort pour essayer de se réintégrer et j’étais plus sensible aux efforts de sa femme pour se réconcilier avec lui.

De plus, le vocabulaire maritime m’a refroidi complètement. Je n’ai pas vraiment compris et j’ai passé en diagonale tous les endroits qui utilisaient ce vocabulaire technique peu compréhensible pour les néophytes.

Bref, j’étais un peu déçue par ce roman en demi-teinte, incroyable dans ces descriptions historiques et finalement ennuyeux et machiste du côté de son retour. Je remercie tout de même la plateforme Simplement Pro et les éditions Calmann-Lévy pour ce roman.

Aliénor, l’origine de toutes les haines de Aurélien Grall

Avis

cover

Je ressors avec un avis mitigé de ce livre, entre le début prenant et la fin qui part dans tous les sens.

Tout d’abord, au début, on commence par suivre le destin de trois filles dans un internat un peu particulier. Même si au début, les filles semblent interchangeables, elles prennent rapidement une personnalité propre à chacun et les aventures sont telles que dans la violence de l’intrigue, j’avais envie d’en savoir plus sur les mystères autour de l’internat. Bref, pour la première partie de l’histoire, j’étais bien engagée dans l’univers que je trouvais passionnant.

En ce qui concerne la deuxième partie lorsque les filles sont engagées dans l’action, j’étais moins convaincue car je trouvais que l’intrigue partait un peu dans tous les sens et je me détachais progressivement de ces filles. Bref, je trouvais que les fils d’intrigue étaient plus difficiles à suivre et plus violents.

Finalement, j’ai apprécié l’univers de l’internat, j’ai également apprécié l’intrigue mais j’ai trouvé moins convainquant le chaos de la fin. Je remercie donc l’auteur pour ce sympathique livre ainsi que la plateforme Simplement Pro.

Auto-édition, en avant! de Aude Réco

cover

Avis

Depuis quelques temps, l’idée me trotte à l’esprit de commencer à auto-éditer certaines de mes nouvelles pour tester mon public et professionnaliser ma carrière d’écriture. Ce livre tombait à pic dans cette démarche.

J’avoue que ce qui me faisait le plus peur dans cette démarche d’auto-édition, c’est avant tout la partie fiscale et surtout comment déclarer ses revenus. La partie fiscale de ce livre est assez minimale mais le plus important à savoir est qu’on peut tout mettre dans la case BNC.

Sinon, pour le reste, ce guide est très complet dans le sens où il effleure beaucoup de domaines très différents et montre bien que l’auto-édition n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Tous les aspects sont évoqués: la correction, l’illustration, la promotion et la vente. Cela permet d’avoir un aperçu très large assez rapidement pour avoir une idée de l’ampleur de l’entreprise et des difficultés potentielles.

Je regrette juste que ce guide se contente d’évoquer et de mentionner les différents aspects sans aller réellement dans les détails. Il s’agit d’un premier aperçu surtout.

En bref, un guide complet et évocateur sur l’auto-édition pour ceux qui veulent se lancer sans connaître tous les tenants et aboutissements.