Les royaumes démoniaques T1 de Christophe Evrard

xcover-2387

Il s’agit d’une œuvre de medieval fantasy dans la plus pure tradition de la saga polonaise Le Sorceleur. L’œuvre débute par l’arrivée d’un héros, Ciwen, dont on ne connaît pas grand-chose et qui va poursuivre une quête d’un objet magique. J’ai adoré le début inmediasres et le fait que l’auteur parte de l’intrigue et nous dévoile les personnages au fur et à mesure. J’avoue que j’ai toujours été réfractaire à la fantasy de type Tolkien et j’étais agréablement surprise de la manière dont l’auteur réussit à renouveler les mythes des nains, des ondines et des créatures mythologiques en général.

L’univers de l’auteur est assez immersif et l’auteur réussit à nous éblouir sur le monde qu’il dévoile et les différents enjeux qui sont découverts au fur et à mesure. L’intrigue est palpitante du début jusqu’à la fin. Globalement, je suis plutôt conquise par le roman, je dirais même que j’ai apprécié les scènes de combat alors que je suis plutôt réfractaire à ce genre de choses.

J’aurais peut-être une seule critique par rapport à la fin un peu trop abrupte. Je préfère les fins qui finissent sans laisser sur un suspense et une fin ouverte mais à part ce détail, je suis totalement conquise par l’univers, la découverte des personnages et l’intrigue à la fois classique et réinventée.

En bref, une belle surprise et une belle découverte, je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour m’avoir permis de découvrir ce roman.

La fille qui danse de Lisa Soto

cover

Il s’agit d’une romance entre Asa, une femme désœuvrée, qui cherche à trouver une famille et un pays où vivre et Marec, un amoureux de la montagne.

J’ai beaucoup aimé cette romance pour une raison principale, l’autrice ne cherche pas à rajouter des rivaux/rivales inutiles ni du drame inintéressant. C’est la première fois que je lis un roman dans laquelle l’histoire d’amour se développe et se fructifie au fur et à mesure du roman. L’autrice a vraiment réussi à développer ses deux personnages principaux et leur vie de telle sorte à montrer l’impact de leur relation amoureuse sans les y réduire. De plus, la relation est affaiblie par les difficultés émotionnelles de chacun mais sans jamais remettre en question tout à la moindre difficulté. Bref, c’est une belle réussite à ce niveau-là.

Au niveau du style, il faut savoir que l’autrice a un style très particulier et je me suis demandée si j’allais pas avoir un peu de mal à supporter les longues phrases moralisantes. Cependant, je dirais que la sincérité de l’autrice l’a emporté et j’ai finalement succombé au charme du livre même à ce niveau-là.

Le roman est profondément dépaysant, l’autrice n’hésite pas à montrer le voyage et une invitation à découvrir différentes cultures. Même si cela m’a frustrée en période de confinement actuelle, je me suis rappelée à quel point voyager peut être salutaire.

Je mettrais juste un petit bémol sur la fin du roman que j’ai trouvé un peu agaçant notamment avec la petite dispute du couple qui était résolue de manière trop artificielle selon moi. Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler mais j’étais déçue sur cet aspect.

Bref, une romance toute en bienveillance avec deux personnages qui se découvrent et qui s’apprécient malgré les difficultés de chacun et des personnages secondaires bien maîtrisés, une réussite sur beaucoup de plans. Je remercie la plateforme Simplement Pro et les éditions Noir d’Absinthe pour ce roman.

AliN de Axelle Colau

cover

J’avais adoré la plume d’Axelle Colau dans Génération captive (critique ici) et j’avais hâte de découvrir l’autrice sur un registre complètement différent: le harcèlement à l’école et le récit de deux adolescents qui se rapprochent.

Tout d’abord, pour mettre les choses au point, je n’ai jamais vécu de harcèlement scolaire donc je ne saurais estimer la justesse des propos par rapport à une personne concernée. Cependant, l’autrice réussit vraiment à placer le lecteur dans le point de vue des deux personnages à travers des situations très difficiles et j’étais au bord des larmes pendant certaines scènes du roman. J’ai vraiment réalisé beaucoup de choses sur comment on peut ressentir du harcèlement et j’ai l’impression d’avoir partagé pendant quelques jours le quotidien des élèves.

La relation entre Lili et Adrien est assez magnifique et on est partagés entre l’envie de dénoncer les horribles camarades tout en comprenant à la perfection pour quelle raison ils ne le font pas. L’autrice réussit également à nous placer dans différents points de vue y compris celui du harceleur qui, même s’il est abject, nous permet vraiment de replacer les situations dans tous les contextes sans jugement ni pathétisme. J’ai aussi beaucoup aimé la manière dont leurs passions leur permet de s’en sortir et de montrer leur valeur à eux-mêmes et aux autres.

Bref, un livre plein d’émotions qui m’a amené de nombreuses fois au bord des larmes, qui nous plonge dans un quotidien à la fois difficile et magnifique, le roman est absolument sublime. Pour une adulte comme moi pas très au fait des questions de harcèlement, je ne m’attendais pas à être aussi bouleversée. Je remercie chaleureusement la plateforme Simplement Pro et l’éditrice de Noir d’Absinthe pour ce roman.

La fille de Montmartre de Julien Salamon

41vwuyegqhl._sx195_

Une jeune fille passionnée de Montmartre découvre qu’un inconnu la suit. Elle est loin de se douter que suivre l’inconnu l’amènera dans le Paris historique en compagnie de Proust et face à des dangers qu’elle ignore.

Il s’agit du deuxième livre que je lis de l’auteur et je dois avouer que le style est toujours aussi bon ainsi que son talent pour basculer d’une histoire intime, banale et ordinaire à des éléments fantastiques qui parcourent le texte. J’ai dévoré ce roman en une nuit, comme la plupart des livres que j’apprécie et il y a de nombreux éléments sympathiques dans ce roman. L’auteur a un talent appréciable pour décrire le Paris historique et j’ai adoré les passages avec Proust, un de mes romanciers préférés.

Les histoires de voyages temporels figurent parmi mes histoires préférées et même si l’auteur met en place un contexte appréciable et même novateur sur certains aspects, j’ai été déçue que cette partie-là reste finalement peu abordée. L’auteur reste sur le côté découverte historique et touche à peine à tous les dangers et les paradoxes possibles.

Un autre aspect qui m’a déçue est la romance qu’on effleure à peine et qui reste dans le non-dit et cela rend la fin peu crédible. J’aurais préféré que les deux héros aient plus de temps pour se connaître.

Ce roman a donc de nombreux aspects sympathiques et je pense qu’il est surtout trop court pour vraiment mettre en place tous les éléments. La fin arrive beaucoup trop vite et ne laisse pas assez de temps aux personnages.

En bref, une excursion historique sympathique qui mériterait un contexte plus travaillé. Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce roman.

Marraine de Émilie Chevallier Moreux

51x8mfywe1l._sx195_

Et si la marraine des contes des fées avait survécu dans les temps modernes et devait encore surveiller et protéger les célèbres Cendrillon et autres héroïnes de contes de fées? J’ai adoré le principe et surtout la manière dont on découvre petit à petit l’histoire de cette marraine. A travers les nombreux flashbacks présents au sein d’une histoire qui se déroule à New York dans notre présent, j’ai découvert petit à petit à quels personnages célèbres se référaient les différents protagonistes de l’intrigue. L’apparition de Merlin est d’ailleurs une touche appréciable. J’ai aussi beaucoup aimé la noirceur palpable dans tous les personnages.

Marraine est un personnage intéressant et j’ai trouvé que l’autrice réussissait à mettre en valeur à la fois les qualités mais aussi les nombreux défauts de l’héroïne et j’ai rapidement sympathisé avec ce personnage aux grands pouvoirs mais aussi aux grandes responsabilités. Même si les personnages de contes de fées sont bien exploités dans le présent, j’avoue avoir eu un faible pour l’histoire racontée il y a longtemps et ce travail de réécriture sur les contes de fées que nous connaissons tous. L’histoire du présent m’a semblé un peu terne par rapport aux nombreux rebondissements et à la magie du passé.

Si la partie magique et conte de fées est exploitée à merveille avec un style qui donne envie de découvrir les péripéties, j’ai trouvé la partie romance beaucoup moins bonne. L’amoureux de Marraine ne sert finalement pas à grand chose, on ne le connait que très peu et j’ai eu vraiment du mal à apprécier l’histoire d’amour qui semble parachuté de nulle part. Ils passent très peu de temps ensemble, Marraine ne cesse de le rejeter de sa vie et c’est pour moi une romance qui n’a aucun sens. Je pense que l’histoire aurait d’ailleurs beaucoup gagné sans la romance ou en développant bien plus la relation entre les deux.

Bref, un roman fantasy de qualité avec un style et des personnages inoubliables et une réécriture grandiose des contes de fées. Dommage pour la romance qui n’est pas à la hauteur. Je remercie la plateforme Simplement Pro et les éditions Noir d’Absinthe pour ce joli roman.

Lily 2.0 T2 de Emilie Colline

couv67847069

J’avais déjà chroniqué le tome 1 dans cette chronique et je suis heureuse de pouvoir lire ce tome 2 qui suit en partie les événements dans un contexte totalement différent: Florence. Quand j’étais plus petite, j’adorais ces livres-objets avec un contenu variée: musique, informations, histoire, ésotérisme. On apprend plein de choses sur la ville de Florence et sur la gastronomie italienne tout en suivant une intrigue de fantômes et une histoire d’élèves qui passent un séjour agréable avec leurs professeurs dans cette ville.

J’ai trouvé ce livre bien supérieur que le premier puisqu’il réussit à mieux intégrer les différentes intrigues ensemble et l’héroïne est plus approfondie tout comme ses camarades. Les illustrations sont absolument magnifiques, tout comme les recettes de cuisine et on sent que la jeune fille évolue dans le domaine de l’ésotérisme de manière naturelle et sympathique à lire.

Bref, j’aime de plus en plus cette petite série qui rappelle de bons souvenirs de mon enfance.

Dans la tête de Marie-Jo de Sylvie Marie

cover

Pour être honnête, je ne m’attendais pas à grand chose avec ce roman. J’aime beaucoup la maison d’édition qui propose de très bons livres et j’ai donc accepté ce livre sans y attendre grand chose. L’histoire est simple: une femme divorcée retrouve son ex-mari dix ans après et ils retombent dans les bras assez facilement, comment concilier leur nouvelle vie amoureuse dans leur vie actuelle ?

L’histoire est assez simple et pourtant, ce fut un coup de cœur tout simplement inattendu. L’autrice parle d’amour à un âge qu’on ne voit pas toujours dans les romances et avec une simplicité qui donne chaud au cœur. Ce roman n’hésite pas à nous montrer les moments simples de la vie de tous les jours mais toujours avec une pointe de tendresse et de sagesse. J’ai succombé assez vite au charme de Marie-Jo et de ses deux filles. J’ai mis plus de temps à accepter l’ex-mari qui revient petit à petit dans sa vie.

Loin de créer des drames et des disputes incessantes pour des futilités, l’autrice nous montre un couple respectueux qui cherche à régler les conflits comme ils peuvent malgré les difficultés et le rebondissement de milieu de roman a permis de rendre encore plus tangible les autres personnages dont notamment le frère de Marie-Jo.

Ce roman est bienveillant, rempli de bonne humeur malgré les événements difficiles et cela fait du bien à lire. Je remercie la plateforme Simplement Pro et la maison d’édition pour ce rayon de Soleil.

SHUTDOWN de Aurélien Grall

cover

Aurélien Grall est un auteur qui n’hésite pas à exploiter des sujets polémiques comme la politique, le pouvoir dans le livre Le trône de cendre que j’avais déjà chroniqué ici. Cette fois-ci, il continue sur sa lancée avec un sujet aussi important comme l’écologie et notre dépendance en général à l’électricité. Avez-vous déjà réfléchi à ce qu’il se passerait s’il n’y avait plus d’électricité ? Plus d’internet, plus de téléphone, plus de chauffage, plus d’argent et globalement, la majorité de nos actions se retrouveraient bousculées. Ce roman traite de ce sujet et va jusqu’au bout dans ce questionnement.

L’ambiance est donc assez sombre et obscure puisque tous les repères sont bousculés. Sans spoiler le roman, j’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteur traite les motivations de chaque personnage. Il y a rarement des méchants et des gentils dans ce roman puisque chacun a ses convictions propres et agit à la manière qui lui semble le plus juste et l’auteur évite un manichéisme binaire. J’ai cependant trouvé le roman beaucoup trop court, il aurait mérité un approfondissement bien plus important puisque la fin est un peu rapide. Globalement, l’ambiance est très réussie, bien retranscrite et fait froid dans le dos.

Bref, une très bonne réflexion intelligente sur l’actualité mais trop courte à mon goût. Je remercie l’auteur et la plateforme Simplement Pro pour ce livre.

IndéPanda 9

cover

Il s’agit de la quatrième édition d’IndéPanda que je chronique et les nouvelles sont toujours de très bonne qualité globalement. Je vais prendre le temps de détailler mes impressions pour chacune d’entre elles.

Résilience de Fanny Crubellier: Il s’agit d’une nouvelle poignante sur le viol telle qu’on en lit rarement. Je ne vais pas dévoiler la fin mais j’incite tout le monde à lire cette nouvelle qui m’a beaucoup touchée sur un sujet difficile à traiter mais qui est écrit avec une plume incroyable.

Le bon numéro de Suzanne Marty: J’ai beaucoup aimé l’univers et j’ai apprécié la manière dont l’autrice nous amène vers la découverte des règles de l’univers. Le monde est d’ailleurs terrifiant mais de manière subtile et comme j’adore les bonbons, l’intrigue m’a amusée. Je pense toutefois que cela méritait beaucoup plus qu’une nouvelle.

Shutdown de Benoît Barker: Une nouvelle glaçante dont les implications viennent au fur et à mesure. Elle serait parfaite à lire pour Halloween et je l’ai trouvé d’une ironie glaciale. Rien à dire sur cette nouvelle magistrale.

Permis de sauver de Adriana Kritter: Il s’agit d’une nouvelle intéressante qui fait intervenir un personnage historique très célèbre. J’ai apprécié l’enchaînement de l’intrigue mais j’avoue que même pour être dénoncé, j’ai trouvé cela désagréable tout ce machisme du début de la nouvelle. Comme quoi, il faut être une femme remarquable au niveau historique pour arriver à se débrouiller à cette époque et faire changer les mentalités.

Les cages de Céline Saint-Charle: J’ai adoré cette nouvelle et j’ai un petit faible pour la morale sous-jacente de la fin que je ne vais pas spoiler mais qui a résonné en moi. On se demande jusqu’au bout comment va finir la nouvelle et l’autrice ne déçoit pas un seul instant. La nouvelle exploite des thèmes qui me tiennent à cœur de manière intelligente et je la félicite pour cela.

Il était cinq heures de Noémie Delpra: Une nouvelle poignante sur le harcèlement. Même si je n’ai pas adhéré comme je l’aurais voulu (trop court peut-être?), le thème de la nouvelle est chargé émotionnellement.

Par amour de Jo Frehel: Très court mais fort émotionnellement et écrit avec une certaine justesse.

Comme un crabe de Florence Dalbes Gleyzes: J’ai beaucoup apprécié le début mais la fin a un peu détruit mon sentiment sur cette nouvelle. Les deux personnages sont inconsistants tout au long de la nouvelle et je n’ai pas été très convaincue par le rebondissement final.

Qui allez-vous appeler? de Mélanie de Coster: L’idée est originale et le suspense est préservé tout du long mais j’ai ressenti une pointe de déception à la fin tout de même.

Ma première gare mondiale de Jean-Marc Bassetti: Je n’ai pas aimé l’ambiance de cette nouvelle, trop courte et finalement assez banale. Il manquait un petit truc pour me plaire.

Petite résurrection en forme de sourire banane de Bertrand Peillard: Une très jolie nouvelle avec beaucoup d’espoir et une touche de bienveillance. J’ai adoré le style de l’auteur et les thèmes abordés, une nouvelle qui donne le sourire malgré la fin.

Bref, je remercie l’équipe et la plateforme Simplement Pro pour m’avoir permis de lire ces nouvelles.

Ne réalisez jamais vos rêves, courez après! de Eric Scilien

cover

J’avais déjà lu Carnet de route année zéro du même auteur que j’avais adoré et j’étais donc très enthousiaste de lire à nouveau un texte de cet auteur.

Il s’agit d’un recueil de nouvelles agrémenté d’un peu de philosophie. J’ai beaucoup aimé le ton sous-jacent selon lequel réaliser ses rêves est finalement un but qui devrait rester inatteignable puisque cela ne rend jamais plus heureux. Certes, la psychologie a tendance à corroborer ce propos mais le voir illustrer par des exemples concrets est souvent beaucoup plus parlant. Je vais essayer de prendre les nouvelles une par une.

Si j’ai la chance d’être toujours vivant: Cette nouvelle est parfaitement bien structurée, avec le début très poignant où Kylian se rend compte de l’absurdité de sa situation et va rejoindre ses parents, les bribes du passé qui défilent qui nous permettent de comprendre que la vie ne tient pas à grand chose et la chute. Même si j’étais un petit peu déçue par cette fin, je trouve que cela résonne particulièrement sur tout le texte.

On a gagné et j’ai perdu: Une petite nouvelle mais d’une intensité assez remarquable finalement et tout en finesse.

Le goût de la viande: Pour être honnête, même si la nouvelle est très bien écrite, elle m’a dégoûtée pour pas mal de raisons et notamment parce que je suis végétarienne donc le voir être fixé sur la viande durant toute la nouvelle ne m’a pas enthousiasmée. Cependant, la chute est magnifique et fait froid dans le dos.

Le crapaud: Un fragment sympathique mais terne par rapport à l’ensemble du reste des nouvelles.

Fric: La nouvelle la plus classique je dirais, sympathique mais trop prévisible dans l’ensemble.

Ne réalisez jamais vos rêves, courez après! : la nouvelle éponyme du recueil. J’ai beaucoup aimé et je me suis complètement identifiée avec ce pauvre auteur qui veut publier mais qui craint cela à la fois. Et la morale qui garde sa force dans tout le recueil.

Succès: On reste dans le thème de l’auteur et Eric Sicilien prend un malin plaisir à écrire sur des auteurs ratés ou des auteurs à succès qui le regrettent. Une pointe de malice que je trouve très agréable.

Le feu ne s’éteint jamais: Une nouvelle finalement assez terne et prévisible par rapport au reste du recueil.

Y a-t-il quelqu’un d’autre que moi à l’intérieur de ma tête? : Un fragment poreux et cependant frappant, j’aime beaucoup le style des textes très courts de cet auteur.

La chance de ma vie: Même remarque, un ton incisif et une nouvelle très courte qui frappe par sa justesse.

Par où est la sortie? : Magnifique. J’ai adoré.

Minuscule traité de philosophie: Un auteur qui cite Sartre (mon auteur préféré) a déjà gagné mon respect. Alors certes, le texte est court et part un peu dans tous les sens mais sans être de la bonne philosophie, le texte gagne par son style agréable et humoristique.

En bref, si ce recueil est d’un ton très différent du précédent, j’ai beaucoup aimé ces nouvelles qui sont en général très justes et écrites avec beaucoup de sagacité et d’intelligence. Je remercie la plateforme Simplement Pro et les éditions Bookless pour ce recueil.