Médée suivi des Troyennes de Euripide

2084198

Avis

J’ai un avis mitigé sur la pièce Médée. J’ai beaucoup aimé certaines revendications féministes pour l’époque, le fait de placer une femme héroïne au centre et de lui donner des arguments valables montrant à quel point la situation des femmes est difficile. Malgré cela, je trouve la pièce trop courte et Euripide n’a pas le temps de rendre le personnage principal sympathique. Certes, il s’agit d’un mythe et tout le monde sait (ou devrait savoir) que Médée tue ses enfants à la fin, mais le cheminement pour arriver jusque là m’a bien déçue. Elle est déjà convaincue depuis le début et Jason est un personnage bien faible qu’on a juste envie de massacrer à la fin. Dans un sens, l’acte de Médée, aussi cruel et injustifiable soit-il, est traité de manière argumentée et on n’a pas juste une sorcière en colère devenue hystérique. C’est une femme intelligente qui a été trahie et qui comprend qu’elle ne peut pas faire autrement que tuer pour recouvrir son honneur et frapper ceux qui l’ont trahie.

Quant à la deuxième pièce, il s’agit simplement de plaintes, de femmes qui désespèrent de la défaite et après avoir lu Andromaque de Racine, revoir une Andromaque d’une époque plus ancienne dans une position moins avantageuse m’a déçue et il ne se passe rien. Pas d’action principale, pas de dilemme, la pièce est plutôt morne, triste et sans enjeux, une perte de temps à part pour connaître un peu mieux l’histoire de la guerre de Troie.

Publicités

Pars vite et reviens tard

Avis

Pour le dire très simplement, j’ai adoré ce roman qui m’a tenue en haleine du début jusqu’à la fin. J’avais déjà lu un roman de Fred Vargas qui ne m’avait pas convaincue et j’appréhendais la lecture de ce roman. On se retrouve déjà avec des personnages atypiques dont un commissaire assez rêveur. L’effort de caractérisation est bien faite sur les personnages principaux et l’intrigue monte en ampleur du début jusqu’à la fin partant de quelques tags sur le mur et de vagues messages jusqu’à une situation catastrophique. Le style est remarquable, j’ai appris beaucoup de choses sur la Peste en général et comble de l’affectif, l’histoire se passe à quelques pas de l’endroit où j’ai vécu presque toute ma vie. En bref, j’ai commencé à lire ce roman et je l’ai terminé au milieu de la nuit, passant presque une nuit blanche accrochée à ce roman. Un beau coup de cœur inattendu.

The 7 secrets of the Prolific de Hillary Rettig

Avis

Ce livre arrive pile au bon moment dans ma vie, au moment où je n’ai pas écrit depuis quelques semaines, où je commence à douter de mes propres qualités d’écriture. Mon copain n’arrête pas de me demander où en sont mes projets et je ne sais pas quoi répondre, parce que j’ai plein d’idées, plein de projets et dès que je me retrouve face à une feuille blanche, je bloque totalement. Depuis quelques semaines donc, j’ai rangé mon espace de travail, je sais exactement quels nouvelles/romans sont en cours et il ne me reste plus qu’à persévérer mais difficile lorsque je suis en période de stage/fin d’étude/remise de rapports et soutenance, lorsque l’écriture me semble une énième tâche de plus à remplir. Tout ça pour dire que j’ai beaucoup apprécié l’effort de l’auteur pour ne pas  culpabiliser ceux qui souffrent d’un blocage dans l’écriture. J’ai aussi apprécié sa liste des raisons pour procrastiner et surtout le fait qu’elle répète plusieurs fois que ces raisons SONT valables et ne constituent pas une excuse, qu’il faut d’abord prendre soin de soi au lieu de se laisser aller à dicter sa propre conduite. Surtout, elle encourage à se considérer avec indulgence et sans se critiquer de façon malsaine.

En résumé, il s’agit d’un bel essai qui redonne envie de se plonger dans l’écriture malgré les rejets et malgré ses propres déficiences. Un petit avertissement toutefois, ses conseils sur l’édition et l’autoédition se ramènent exclusivement au marché américain et il serait peu avisé de ramener ses conseils sur le marché français où deux différences fondamentales sont présentes: l’édition numérique n’est pas autant en vogue qu’aux Etats-Unis et les agents sont superflus dans le processus de l’édition. Il faut donc se documenter et prendre des précautions avant d’appliquer ses conseils sur l’édition.

La petite buveuse de couleurs de Eric Sanvoisin

petite_buveuse

Avis

Je croyais ne jamais dire cela, pensant que j’étais allergique à tous les albums et à tous les romans pour petits enfants mais j’ai été totalement conquise par ce roman. L’histoire à la base est intrigante. Déjà, l’auteur remplace le concept de vampires de sang par un concept de vampiriser des romans et il arrive en très peu de temps et avec peu de textes à rendre excitant et effrayant le fait de pouvoir absorber des romans. Car quel amateur de romans n’a pas rêvé de pouvoir s’approprier de cette manière une bibliothèque entière? Partir d’une idée aussi absurde et aussi séduisante intellectuellement et aller jusqu’au bout de l’idée en imaginant une histoire où le livre est trop dur à digérer, j’avoue que je ne m’y attendais pas dans un album pour enfants.
En bref, non seulement j’ai été conquise par l’histoire, par le contexte de l’intrigue et de surcroît, l’auteur et l’illustrateur ont réussi à me rendre curieuse d’un genre que j’évite habituellement donc c’est un grand coup de cœur.

Les sables de Dorne de GRR Matin (Le Trône de Fer 13)

Avis

Cersei me plaît de plus en plus, surtout depuis la rupture entre elle et Jaime, j’apprécie ses initiatives, le fait qu’elle veuille prendre le pouvoir et que ce soit la seule femme du roman à prendre ses responsabilités et à affirmer ce qu’elle désire. J’appréciais beaucoup Sansa et Jaime mais depuis qu’ils se mettent en retrait, je commence à fatiguer de ces personnages. Arya semble destinée à tourner en rond, dommage, et pas de traces de Tyrion ni de Jon Snow.

Pour les autres personnages, surtout les nouveaux personnages qui sont introduits, j’ai eu l’impression d’une surenchère dans la nouveauté des personnages dont la personnalité est à peine tracée et qu’on oublie à peine présenté.

En bref, une intrigue qui piétine et peine à m’intéresser, un tome qui rallonge les diversions sans ajouter aucune information importante, cela m’ennuie beaucoup. Je compte au moins terminer l’intégrale 4 mais j’ai des scrupules à aller au-delà pour l’instant.

Disparition programmée de Anthony Boulanger

(8 pages)

La critique va être assez rapide vu qu’il s’agit d’une petite nouvelle à propos d’un garçon invisible solitaire et qui rend tout invisible autour de lui.
Je ne dirais pas que les prémisses sont inintéressantes, il s’agit d’une autre approche par rapport à L’homme invisible de H.G. Wells et on peut s’attendre à des questionnements philosophiques passionnantes, peut-être même un rapprochement entre son état « physique » et son émotion vis à vis des autres et de la vie.
Il s’agit sûrement de mon côté écrivain frustré par une idée aussi mal exploitée puisque l’auteur ne va pas au-delà de son intrigue qu’il rend simpliste: un garçon invisible qui disparaît. Et c’est tout, on aura pas plus que cela, pas plus à part une vague tentative de rendre le garçon sympathique en parlant d’une vie difficile.

Bref, j’étais assez déçue du manque d’originalité étonnant par rapport à un sujet aussi ambitieux.

Challenge un genre=un mois

Encore un autre challenge 🙂 Je suis inscrite dans le niveau explorateur.

Un genre par mois

Pour réussir le challenge, il suffit de lire au moins un livre du genre choisi chaque mois. Il y a deux niveaux :
L’Explorateur, qui participe tous les mois, avec deux jokers (deux possibilités de prendre un livre d’un autre genre que celui recommandé, si vous n’avez pas de livres dans ce genre-là ou s’il ne vous tente pas, par exemple) ;
Le Touriste, qui participe les mois où ça le tente.

J’ai repris la liste des genres dressée par Iluze, avec quelques modifications : j’ai supprimé le genre « l’indéfinissable » et je l’ai remplacé par « nouvelle(s) ou novella(s) », c’est à dire des histoires très courtes pour un mois un peu plus léger (vous pouvez lire une seule nouvelle ou tout un recueil). J’ai aussi changé un peu l’ordre des mois pour ajouter un peu de variété pour ceux qui ont déjà participé en 2014.  Voici donc la liste des mois et des genres associés :

    1.    Janvier : Nouvelle ou Novella
2.    Février : BD ou Manga ou Comics
3.    Mars : Fantasy ou Fantastique
4.    Avril : Historique
5.    Mai : Contemporain
6.    Juin : Albums ou Beaux-Livres
7.    Juillet : Romance ou Chic Lit ou Erotique
8.    Août : Science-fiction
9.    Septembre : Essai ou tout autre livre non fictionnel (biographie, témoignage,…)
10.    Octobre : Thriller, Polar ou Policier
11.    Novembre : Classique ou théâtre
12.    Décembre : Jeunesse ou Young Adult

Comme on est déjà presque fin janvier, les inscriptions cette année seront ouvertes jusqu’à la fin février. Vous pouvez vous inscrire ici ou sur mon blog.  Pour la même raison, les lectures du mois de janvier seront acceptées jusqu’à fin février ; j’ai aussi rassemblé « nouvelle/novella » et « BD/mangas/comics » en janvier et février, vu que ce sont les genres les plus courts à lire. On commence ainsi l’année en douceur  icon_smile

J’ai déjà lu une nouvelle pour janvier, Disparition programmée d’Anthony Boulanger, il ne me reste plus qu’à la chroniquer!