Atlas géopolitique mondial 2021

Je ne suis ni spécialiste de géopolitique ni spécialiste de cartes et je ne pourrais donc pas avoir un regard critique pertinent sur ce livre assez magistral. Il est assez complexe à lire pour quelqu’un de non initié et demande énormément de connaissances historiques et de compréhension des cartes.

Cependant, il s’agit d’un ouvrage absolument magnifique de référence qui essaie de faire comprendre tous les enjeux du monde entier d’un point de vue géopolitique. Si les thèmes de chaque continent et des pays restent exploités à un niveau minimal, j’ai bien aimé l’aspect global du livre qui permet de saisir au mieux l’actualité mondiale en ce moment. De plus, ce qu’il perd en termes de précisions, il le gagne en termes de compréhension des enjeux mondiaux qui ne sont pas toujours simples à appréhender.

Bref, un ouvrage indispensable à lire même s’il faudra du temps et de l’expérience pour l’assimiler au mieux.

Sous les ailes du dieu corbeau de Sara Pintado

Ce livre est un roman de fantasy sur une Épreuve que les personnages doivent passer pour devenir adulte, notamment Jenarp qui compte sur cette épreuve pour accéder à la succession au trône. Difficile de résumer en quelques lignes et sans spoiler un roman aussi dense que celui-là. J’avais déjà lu Sara Pintado sur son livre Mojunsha, un coup de cœur à l’époque.

La grande qualité de l’autrice est de fournir un roman avec un monde de fantasy assez extraordinaire, pendant ma lecture, je me suis sentie complètement transportée dans son univers. Comment puis-je ne pas apprécier ce roman qui présente des corbeaux, un de mes animaux préférés, partout dans le livre ? J’ai aussi beaucoup apprécié la manière dont elle traite avec beaucoup de finesse les relations amoureuses entre les personnages.

J’aurais un petit bémol sur la fin un peu abrupte, je m’attendais à avoir toutes les réponses et j’ai eu le sentiment que l’intrigue ne finissait pas totalement à ce roman et qu’on n’a pas une conclusion aussi satisfaisante qu’elle aurait pu l’être. C’est un pavé mais je peux garantir qu’il se lit vite (trop hélas) et j’avais encore envie de continuer de lire dans son magnifique univers.

Bref, vivement son prochain roman!

Ceux qu’on oublie de Chloé Lume

Un petit roman jeunesse bien chouette du même niveau que The Giver (Le Passeur) de Loïs Lowry auquel il m’a tout de suite faite penser. Il s’agit d’une dystopie avec deux adolescents, Esther qui a l’âge de partir à la guerre et de traverser le monde extérieur (que personne ne voit jamais) et Louis, non voyant, exempté de cette obligation. Ils vivent dans une sorte de ville fantôme avec des éléments très étranges autour d’eux.

J’ai beaucoup aimé dans ce livre la manière dont l’autrice va petit à petit mettre en place les rebondissements pour comprendre pourquoi des choses étranges se passent dans cette ville. Difficile de dévoiler plus que cela sans spoiler mais il suffit au moins de dire que j’ai aimé l’inventivité de l’autrice avec le monde qu’elle a pu créer ainsi que la manière dont les deux adolescents ont chacun leur arc narratif et ne sont pas collés chacun l’un à l’autre. On appréciera également le choix de l’autrice de mettre en avant une héroïne noire et un héros non-voyant sans en faire le centre principal de l’intrigue mais sans le camoufler non plus.

Bref, une histoire très sympathique que j’invite tout le monde à lire dès que possible.

Les fantômes de Reyjavik de Arnaldur Indridason

J’ai pris ce roman au hasard dans un Relay, alors que j’avais une heure et demai de transport et totalement oublié de prendre un livre avec moi, je n’y attendais donc pas grand chose, sachant que je ne connais pas du tout ce type de littérature policière. Toujours est-il que je me suis retrouvée à lire sur Konrad, un policier à la retraite qui enquête sur un vieux cas avec l’aide d’une médium.

Je m’attendais en quelque sorte à renouveler le micracle de En sacrifice à Moloch, un roman que j’avais totalement adoré de manière imprévue mais ce n’est pas le cas. Il s’agit clairement d’un livre qui se lit vite et bien, avec de nombreux rebondissements et des personnages qu’on se plaît à suivre. Cependant je trouve qu’il manque un brin de profondeur aux personnages et à l’intrigue. Je ne regrette pas de l’avoir lu mais je ne suis pas sûre d’avoir envie de continuer la bibliographie de cet auteur.

Bref, un livre sympathique à lire uniquement pour les longs voyages en train.

The Murders in the Rue Morgue de Edgar Allan Poe

Il s’agit d’une histoire ultra connue, une des premières nouvelles de roman policier et je l’avais déjà probablement déjà lue autrefois, j’avais un vague souvenir de l’intrigue. Le début est sympathique et j’avoue que j’ai beaucoup apprécié le style de l’auteur et la manière dont il présente ses personnages et son intrigue. Malheureusement, j’étais déçue par la fin, qui reste finalement assez invraisemblable par rapport aux romans policiers que je lis en général, j’ai du mal à croire que les gens ont pu adhérer à cette fiction à l’époque.

Bref, une nouvelle rapide et sympathique à lire mais attention à ne pas en attention trop par rapport aux standards modernes et surtout pour les fans d’Agatha Christie dont je fais partie.

Mémoires de la jungle de Tristan Garcia

couverture Mémoires de la jungle de Tristan Garcia

L’idée est originale, l’auteur prend le point de vue d’un singe civilisé qui va se retrouver confronté à la jungle et devra se réhabituer à vivre à nouveau dans la nature. Le récit est à la première personne et l’auteur tente de retranscrire la manière de penser du singe avec ses hésitations, ses maladresses et sa façon très particulière de voir le monde, qui pourrait ressembler à l’écriture d’un jeune enfant d’une certaine manière.

Pour être honnête, même si j’avais apprécié l’idée, l’écriture en elle-même qu’il développe m’a vraiment bloquée pour apprécier le roman. Je me suis à la fois ennuyée sur le peu de péripéties du livre accompagné d’une écriture volontairement amatrice mais qui ne me permettait pas de plonger réellement dans le roman. J’ai vraiment l’impression d’être passée à côté de l’histoire. La fin est sympathique et on comprend beaucoup mieux les intentions réelles de l’auteur mais pour moi, il était déjà trop tard.

Bref, une déception pour moi malgré les prémisses intéressantes.

Le guide ultime du sound designer de Ric Viers

Ce livre a complètement changé ma vision du son. L’auteur fait un travail assez complet de présenter toute la chaîne pour enregistrer du son, de la physique à l’ordinateur, en passant par les différents micros et enregistreurs.

L’auteur donne des conseils pratiques sur comment enregistrer certains types de sons et de manière plus importante, il permet de changer sa conception de ce que devrait être le son. N’importe quel son autour de soi peut donner des effets intéressants dans des films ou des jeux. Et après avoir lu ce livre, j’ai réussi à faire beaucoup plus attention à ce que j’écoutais autour de moi. Il a cependant une conception assez aventureuse et il n’hésite pas à casser des véhicules et enregistrer des coups de feu en temps réel. J’avoue que cela ne me donne pas particulièrement envie, l’aspect créatif de comment prendre un son et le transformer en autre chose m’enthousiasmait beaucoup plus.

Bref, un auteur aventureux et motivé montre toutes les manières d’enregistrer les meilleurs sons dans un film et cela donne bien envie de s’y mettre.

Watership down de Richard Adams

Couverture Watership down de Richard Adams

Lorsqu’on m’a parlé d’un auteur qui avait écrit une histoire de lapins aussi crédible que possible, je devais absolument vérifier tellement je trouve que les lapins des créatures sont des créatures mignonnes. Je me suis donc jetée dessus et à ma grande surprise, il s’agit d’un best seller anglophone paru en 1972 mais dont le succès est resté assez timide en France.

Et pourtant, l’histoire traite de deux lapins qui partent de leur terrier après avoir eu le pressentiment de la destruction prochaine de leur terrier. Dès le début, l’histoire nous place dans le point de vue des lapins et essaie de rendre son histoire le plus crédible possible par rapport au comportement typique des lapins. Cependant, malgré cette crédibilité voulue, l’histoire est remplie de rebondissements, de personnages intéressants et d’une intrigue passionnante. Les lapins ont une mythologie que l’auteur développe tout au long du roman avec un personnage de lapin légendaire et rusé qui passe à travers tous les pièges.

Si j’ai été conquise assez rapidement par ce roman, je dois avouer qu’il a un défaut principal, il est trop long et je trouve qu’il se répète pas mal vers la fin. Le nombre de pages est beaucoup trop important par rapport à l’intrigue et je me suis ennuyée à partir de l’histoire de la garenne avec le chef autoritaire qui traîne en longueur.

Bref, une bonne surprise mais teintée d’ennui et de fatigue vers la fin.

Sextape de Morgane Stankiewiez

couverture Sex tape de Morgane Stankiewiez

J’ai commencé ce livre avec un peu d’appréhension étant donné qu’on me l’avait présenté comme un roman érotique lesbien et que je ne suis absolument pas intéressée de base par ce genre de bouquins. Cependant, après avoir entendu et lu de nombreuses critiques élogieuses, j’ai décidé de lui donner sa chance. Et je ne regrette absolument pas.

Il s’agit d’Alice, une femme dont la vie calme et paisible est détruite par l’apparition d’une sextape avec une star qui renvoie à son passé. Elle saisit l’opportunité de partir à New York pour essayer de se défendre et de rester digne face à cela grâce à Eva une attaché de communication qui va l’aider.

Je me suis très vite attachée à Alice et à sa manière de faire face et de craquer devant des situations aussi terribles les unes que les autres. La principale qualité de ce roman est de nous plonger dans le quotidien de femmes avec une véracité et une profondeur assez implacable. Pas de happy ending niais ici, chaque scène est vraiment ancrée dans une psychologie fine des personnages qui sont imparfaits comme nous tous.

Par rapport aux scènes de sexe que j’appréhendais vu que je suis pas la cible du livre, je peux dire que la qualité d’écriture et de caractérisation des personnages a fait que je les ai lues rapidement sans trop de soucis, captivée par tout le reste du livre qui est vraiment exceptionnel et beaucoup trop court.

Bref, un coup de cœur inattendu sur une histoire qui avait l’air presque trop simple, je vous conseille d’aller faire un tour.

Le mythe de Cthulhu de Lovecraft

Quelques dizaines d’années après tout le monde, je découvre enfin ce chef d’œuvre de la littérature horrifique et fantastique. Lorsque j’ai commencé mon roman intitulé La vengeance du poulpe, on m’a immédiatement dès 2015 pointée vers ce roman fondateur et l’auteur en question et il aura fallu attendre février 2021 pour que je lise enfin, pour la première fois, les nouvelles de Lovecraft sur le mythe de Cthulhu.

Qu’est-ce que j’en pense au final? J’ai globalement plutôt adoré l’ambiance très mystérieuse et oppressante qui se dégage de ces nouvelles. Lovecraft a vraiment réussi à écrire une nouvelle horrifique qui, sans faire réellement peur, laisse un malaise assez palpable. Chaque nouvelle arrive à introduire une nouvelle surprise finale et un nouveau concept qui déroule l’univers général du livre.

Bref, j’ai trouvé les nouvelles de qualité assez homogène et une petite recommandation, le lire tous les soirs n’aide pas forcément à trouver sereinement le sommeil.