C’est lundi que lisez-vous? 104

Ce rendez-vous hebdomadaire a été initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et repris par Galleane. On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu’ai-je lu cette semaine?

psychologie-de-la-peur 36610298 cover

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

toimoi-maintenant-ou-jamais-episode-1-789507

3. Que vais-je lire ensuite?

cover

Publicités

Les proies du temps de Sébastien Fillion

36610298

Je n’avais pas d’avis préconçus avant de commencer ce roman et j’ai été agréablement surprise par le début. L’histoire commence assez rapidement et je me suis tout de suite intégrée dans l’histoire de ces deux amies qui apprennent qu’elles n’ont que 12 jours à vivre. A partir de là, tout pouvait arriver et le style de l’auteur ne déçoit pas.

Il nous amène dans une île paradisiaque où tous les milliardaires vont dépenser leurs fortunes et ces deux amies vont à la fois profiter de ce lieu et en subir les conséquences. J’ai adoré la présentation de l’île et le côté à la fois « trop beau pour être vrai ».

Au début de l’intrigue, les deux amies ont des buts très différents: la couture pour l’une, prête à tout pour faire admettre son talent, et la séduction pour l’autre. Bref, chaque femme va se découvrir au cours de l’intrigue et j’étais complètement charmée jusqu’à la scène de choc qui leur arrive vers la fin.

A partir du moment où ces deux sont réunies dans l’intrigue, j’avoue avoir baillé devant les longues réflexions politiques, avoir finalement moins apprécié car je commençais à confondre les deux héroïnes. Finalement, la fin de l’intrigue traînait un peu en longueur malgré le talent de l’auteur qui me donnait tout de même envie d’aller jusqu’au bout pour comprendre l’énigme des 12 jours.

Bref, j’étais choquée, surprise et étonnée d’une telle fin qui concluait d’une belle manière le roman. Je remercie l’auteur de m’avoir procuré ce beau roman qui, malgré quelques longueurs vers la fin, réussit à plonger dans une belle ambiance et à nous faire découvrir une île particulière.

La vie de Marianne de Marivaux

9298293

Voici un livre que j’ai lu forcée et contrainte. Ce roman est un déballage de retournements peu crédibles et d’une héroïne mélodramatique qui aime plus se mettre en valeur que ressentir quoi que ce soit.

Cela commence par une orpheline qui perd ses parents très jeunes. Lorsqu’elle arrive à Paris, elle se fait recueillir par un vieil homme qui essaie d’abuser d’elle sexuellement. A partir de là, les situations les plus rocambolesques se succèdent. En effet, elle va simultanément rencontrer le neveu du vieil homme puis la mère du jeune homme et tout cela par hasard de manière parfaitement inopinée.

Les larmes de l’héroïne sont tellement fréquentes et son comportement tellement idéal qu’on se demande des fois à quel point il est sincère.

(GROS SPOILER) Au final, le roman reste inachevé avec une fin où après s’être battu pour son amour, le jeune homme qu’elle aime après lui avoir parlé quelques minutes durant tout le roman et qui a pour seule qualité d’être beau, décide finalement de tomber amoureux d’une autre.

Bref, un roman que j’ai trouvé très futile et fatiguant à lire.

Vies et morts de Aude Reco

cover

Ce recueil de nouvelles est très inégale, j’ai adoré la grosse majorité des nouvelles, avec un style remarquable et la dernière nouvelle m’a laissée indifférente.

J’avais déjà lu et commenté Le cœur possesseur (dont je vous invite à relire l’avis ici).

Seps Muralis, la première nouvelle du recueil commence très fort, avec de l’horreur et une intrigue qui fait froid dans le dos. Je me suis très vite attachée à la pauvre héroïne qui subit beaucoup et la montée en puissance des événements ainsi que la manière dont on nous présente le fantastique sont particulièrement maitrisées.

Fœtus m’a semblé un cran en-dessous. Évidemment, l’idée sous-jacente de cette nouvelle est intéressante (et si les hommes devenaient enceints?) mais la nouvelle reste trop gentille et ne va pas assez loin dans son idée. Cependant, j’ai tout de suite sympathisé avec le personnage de Mathieu et cette nouvelle reste très agréable à lire.

L’odeur du temps qui passe est une de mes nouvelles préférées de ce recueil. Le début est un peu brouillon et j’ai eu du mal à rentrer dans l’intrigue mais dès que je me suis plongée dedans, l’histoire sur la statue m’a hypnotisée. On ne sait jamais qui est vivant, qui est devenu vivant et le jeu sur l’art est absolument fascinant.

Quant aux Hommes-Brouillards, je considère que c’est le chef-d’œuvre de ce recueil. Je suis rentrée dans l’ambiance et je ne pouvais plus quitter le livre. Le suspense va croissant avec des pics d’angoisse, la cité de Petis met très mal à l’aise et on s’attend jusqu’au bout à sursauter lorsque les protagonistes traversent la ville. Une très belle nouvelle!

Les dieux meurent aussi est une toute petite nouvelle dont je n’ai pas compris la fin. J’ai bien aimé jusque-là mais j’avais l’impression de passer à côté du sens profond.

Pour la dernière nouvelle, comme je le disais au tout début, je n’ai pas du tout adhéré et c’est regrettable car j’aime beaucoup les nouvelles de voyage dans le temps. J’ai trouvé la nouvelle confuse et l’écriture brouillonne par rapport aux autres nouvelles.

Bref, quelques nouvelles splendides, d’autres moins bonnes, en somme un recueil globalement sympathique. Je remercie Aude Reco et la plateforme Simplement Pro pour ce sympathique recueil.

 

Nouvelle publication chez Bookless éditions

Voici la nouvelle que j’attendais de vous dévoiler depuis quelques temps.

J’ai une nouvelle fantastique publiée chez Bookless éditions:

Couv_une_excursion_600

Elle est disponible sur le site de l’éditrice, et sur tous les sites qui vendent des ebooks dont Amazon, Fnac, et autres pour la modique somme de 1,99 euros.

Voici la quatrième de couverture: « Nathalie prenait le métro tous les matins pour aller au travail. Mais ce jour-là, une rencontre étonnante allait bouleverser sa vie. »

J’ai déjà reçu une chronique très positive sur ju-bouquine: « j’ai adoré faire ce trajet en métro avec Nathalie, frissonner avec elle, tenter de fuir à ses côtés… La fin du voyage est totalement imprévisible et surprenante ».

 

 

Le baptème du Soleil T1 de Bastien Pantalé

51rlruknexl-_sy346_

Avis

C’est l’histoire de quatre civilisations: Neït, Terre, Galéa, Anamets. La première partie déroule quatre histoires différentes sur quatre endroits complètement séparés et la deuxième partie explique et nous laisse entrevoir des possibilités futures.

Au début, j’étais un peu déboussolée avec les narrateurs qui changeaient à chaque fois et par les quatre histoires qui se déroulaient en parallèle. Cela me rappelait Les guerriers du silence de Pierre Bordage que j’avais adoré à l’époque. Chaque civilisation et chaque histoire est fascinante, j’avoue avoir eu plus de facilité au niveau de l’histoire Terre qui correspondait à ce que je connaissais le mieux mais j’ai vraiment apprécié chacune des trames sur les quatre histoires. Le fait de permuter permet de rester toujours en haleine et d’avoir en tête toutes les intrigues. Aucune n’est privilégié même si cette première partie traîne en longueur vers la fin, je me demandais à un moment quel était le but de toutes ces trames. J’ai été assez récompensée par le final grandiose, à la hauteur de cette attente un peu longue.

L’histoire est très bien écrite et très intelligente. L’auteur prend à partie les Terriens et essaie à sa manière de nous faire réfléchir sur la meilleure manière de s’adapter à la Terre. Cette confrontation des points de vue permet de donner une  bonne profondeur lorsque les quatre protagonistes doivent entendre le bilan de leur planète. La fin est magnifique, exactement à la hauteur de ce que l’on pourrait attendre.

J’émettrais juste une critique personnelle qui m’a beaucoup dérangée dans ce beau roman: la représentation des femmes et de la femme en général. Il s’agit d’un roman très masculin, loin de la représentation égalitaire que la race finale qu’on trouve prône. Dans les quatre représentants de chaque civilisation, on trouve une femme et trois hommes. Les hommes représentent globalement de manière schématique l’intelligence et la force, la femme est plus dans l’émotionnel et la compréhension ce qui est déjà très agaçant et cliché. De plus, dans les personnages développés, on trouve (à part la race finale), deux femmes (une terrienne, Céleste et Miassa) et toutes les deux ont ou vont avoir des rapports sexuels avec Maxime, le terrien de l’histoire. Bref, toutes les deux sont vus dans un rapport sexuel ou sexualisé à un moment de l’histoire contrairement à tous les autres hommes présents des autres civilisations que terrienne.

Bref, cette partie de l’histoire m’ennuie beaucoup car j’ai trouvé le propos écologique et spirituelle très bien développée.


 

Finalement (ET JE TERMINERAIS PAR UN SPOILER car cela m’a beaucoup agacée dans l’intrigue), l’homme terrien va aider la seule femme importante de l’intrigue à construire une civilisation meilleure.

 

Nutty Halloween et Nutty Valentine’s

cover cover

Je me suis enfin décidée à jeter un coup d’œil à cette maison d’édition visuellement très sympathique et j’ai bien fait. J’ai trouvé des perles incroyables dans les nouvelles et une qualité d’écriture assez constante. Je vais donc commenter les nouvelles:

Nutty Halloween:

  • Jack O’Lantern: une petite nouvelle bien croustillante avec une belle fin, dommage qu’une autre nouvelle Nuit de terreur lui ressemble beaucoup trop. Les deux nouvelles sont bien écrites dans des thèmes similaires.
  • Riorim: une nouvelle qui se lit bien mais je l’ai trouvé trop classique dans son traitement
  • Le rituel: une des meilleurs nouvelles, un sadisme jouissif et cela donne une teinte macabre à toute nuit d’Halloween
  • Soir de liberté: de la poésie, une beauté stylistique, c’est agréable et doux.
  • La visite: cette nouvelle fait froid dans le dos et j’avoue avoir été un peu dégoûté par la fin brutale
  • Halloween 6.24-348 D: une des moins bonnes du recueil, complètement déconnectée des autres et avec un intérêt que j’ai trouvé limité

Nutty Valentine’s: ce recueil ne fait pas l’apologie de la romance au contraire. Il présente des histoires sombres, même macabres.

  • Le saule: cette nouvelle poétique est une des plus lumineuses du recueil. Dommage qu’elle développe si peu la romance.
  • Une dernière nuit avec elle et Hara Kiri: deux nouvelles qui sont sur le même thème de l’infidélité et de la souffrance, assez courte pour la deuxième et un peu trop longue pour la première, la mise en place est bonne
  • Blanc: cette nouvelle donnera des frissons dans le dos aux gens angoissés par les vols, une montée grandiose
  • Le mariage d’outre tombe: j’ai trouvé la nouvelle difficile à comprendre au niveau de l’intrigue et assez confuse
  • Honorine de Brabant: cette nouvelle monte en rythme et avec un style incroyablement sympathique, une très jolie nouvelle
  • Par amour: j’adore cette nouvelle, le cynisme qui s’en dégage et l’impression de cruauté et d’amour mélangé
  • Retrouvailles: jolie mise en scène, on ne s’y attend presque pas, belle manière de présenter les choses
  • Désiré: je vais être honnête, j’étais très déçue par cette nouvelle car je n’ai pas la culture nécessaire pour comprendre la dernière phrase et elle est tombée complètement à plat de mon côté
  • Pierre, feuille, ciseaux: je dois être horrible mais j’avoue avoir apprécié le personnage de la femme qui s’assume complètement et qui sait ce qu’elle veut quitte à faire souffrir le monde entier
  • Cèdre: le ton est très angoissant, bien maîtrisé et glace le sang
  • La belle: cette nouvelle est trop courte, la fin ne la sauve pas et je l’ai trouvée très convenue finalement