L’amie prodigieuse T3 et 4 de Elena Ferrante

33629874. sx318

Le début du tome 3 commence très doucement avec le point de vue d’Elena qui fondamentalement est un personnage moins intéressant que Lila. Pourtant dès que Lila entre en scène, tous les personnages se mettent en mouvement. Je ne sais pas comment décrire les derniers romans et mon avis sur la fin car je me suis retrouvée happée dans ce tourbillon d’émotions, de sentiments et j’avais l’impression de vivre les événements en même temps qu’eux et qu’elles surtout. Entre les histoires d’amour peu intéressantes d’Elena qui s’enchaînent et quelques péripéties de Lila qui donnent à chaque fois un pincement au cœur tellement le contenu est sombre et déprimant, ce roman arrive à prendre son lecteur par les émotions pour ne plus jamais le lâcher jusqu’à la fin.

Pour être honnête, j’ai terminé le roman avec beaucoup de regrets à l’idée de ne plus jamais retrouver ce petit monde de personnages et même si l’intrigue de base ne m’intéressait pas particulièrement, la qualité d’écriture est tellement rare et d’une telle finesse qu’on ne peut que tomber sous le charme.

En conclusion, à lire de toute urgence.

Brunetti et le mauvais augure de Donna Leon

Il s’agit du premier roman de Donna Leon que je lis et je ne pense pas que ce sera le dernier. Il s’agit d’une enquête du commissaire Brunetti en plein été alors que le pauvre commissaire aurait préféré se reposer et prendre des congés, il doit enquêter sur les sombres affaires de corruption à l’intérieur même du système judiciaire italien.

J’ai adoré les personnages et je pense que la force de ce roman réside principalement dans l’atmosphère que Donna Leon arrive à distiller à l’intérieur de son univers. On se prend vite d’amitié pour cette bande de personnages et en particulier pour le commissaire et sa secrétaire. J’avais l’impression de retrouver des amis avec qui partager une partie de leur vie. Cependant, j’étais déçue par l’aspect enquête policière que j’ai trouvé totalement bâclé, qui arrive vers la fin et se résout de manière peu satisfaisante.

Bref, un roman d’ambiance mais dont l’intrigue ne m’a absolument pas marquée.

Peau d’Homme de Hubert

Cette bande dessinée raconte l’histoire d’une femme forcée de se marier, à qui on offre une peau d’homme, littéralement, pour qu’elle puisse découvrir son mari avant le mariage.

Si l’histoire de la peau d’homme est totalement ridicule, il s’agit d’un stratagème pour permettre à l’héroïne de découvrir ce qu’est la vie d’un homme à son époque et discuter avec son futur mari d’égal à égal. L’histoire se lit bien et rapidement, traite avec beaucoup de désinvolture des questions de sexisme et d’homophobie. Je trouve cependant que le livre reste assez superficiel sur ces questions, avec très peu de véritable remise en question et finalement une image assez édulcorée des problèmes.

Bref, une BD bien dessinée, jolie mais qui ne restera pas dans les mémoires.

Mygale de Thierry Jonquet

Il s’agit d’un polar qui met beaucoup de temps à se mettre en place. On suit l’histoire de différents personnages pendant les trois quarts de l’intrigue sans trop comprendre quels sont leurs liens. L’histoire traite d’éléments assez forts comme de la vengeance, de la violence et les personnages principaux sont clairement des assassins et voleurs pour certains.

Je dirais que si la fin est effectivement intelligente et magistrale, elle compense difficilement pour la majeure partie du roman qui piétine et garde un rythme trop lent pour moi d’autant plus que j’ai eu beaucoup de mal à apprécier les personnages qui sont largement trop superficiels.

Bref, je vais voir si ses autres bouquins sont mieux mais je ne suis pas convaincue.

Soie de Baricco

Mon professeur d’italien me l’avait conseillé et j’avais entendu beaucoup de bonnes critiques sur ce roman donc j’avais des attentes sans doute irréalistes. Toujours est-il que je j’étais plutôt déçue devant ce livre.

Il est court, trop court et se lit sans aucun doute assez rapidement. Il s’agit de l’histoire d’amour entre un homme français et une femme mystérieuse avec qui il ne parlera jamais. J’ai toujours eu du mal à trouver crédible ce genre d’histoires coup de foudre et littéralement, il ne se passe strictement rien entre eux. Cependant, le contexte historique est plutôt bien réfléchi et j’ai apprécié de découvrir l’histoire de la soie sous la forme d’un petit livre. Je ne m’attendais pas du tout à trouver cette histoire aussi passionnante et ça m’a donné envie d’en savoir plus.

Bref, une histoire d’amour survendue mais un contexte historique fascinant.

Presqu’îles de Yan Lespoux

Il s’agit d’un recueil de nouvelles sur le Médoc des Landes, un territoire où l’auteur se fait un plaisir de mettre en avant des personnages qu’on oublie souvent dans la littérature, les pauvres, les SDFs, les paysans, les gens du terroir et sans aucune compassion ni misérabilisme, il n’hésite pas à écrire des petites nouvelles piquantes sur les personnages qu’il décrit.

L’intérêt du livre ne réside pas forcément dans les longues descriptions de paysages, même si elles sont présentes mais plutôt dans les différents portraits qu’on découvre à travers chaque nouvelle. J’ai beaucoup aimé son style d’écriture et je regrette juste que chaque nouvelle soit si courte.

Bref, même si je n’apprécie que peu le format nouvelle, je dois admettre qu’il a un grand talent.

La moustache d’Emmanuel Carrère

Voici un roman presque à la hauteur du chef d’œuvre Le Nez de Gogol. Le pitch semble totalement ridicule, il s’agit d’un homme qui décide un beau jour de se raser la moustache et s’étonne quand sa femme ne le remarque pas et même pense l’avoir vu sans moustache depuis toujours. On entre dans la vie tranquille et bourgeoise d’un monsieur chaque qui il ne se passe jamais rien et rapidement, le récit tombe dans du fantastique et met le lecteur au défi de comprendre cette histoire.

Entre l’humour et le malaise glacial, l’histoire hésite et instille une atmosphère troublante tout au long du récit et la force de l’auteur est de ne jamais offrir au lecteur une explication valide. On est réduit à contempler l’histoire sans vraiment comprendre ce qui s’est passé.

Bref, un coup de cœur inattendu sur une histoire somme toute banale.

Le génie lesbien d’Alice Coffin

Alice Coffin, journaliste militante féministe, a écrit un essai sur le journalisme et l’activisme en France. Cet essai est super intéressant sur pas mal de plans. Elle fait un parallèle entre le journalisme aux États-Unis et celui en France et propose des réflexions intéressantes sur les raisons pour lesquelles les mouvements de type « Metoo » ont moins marqué la France que d’autres pays dans le monde.

J’ai beaucoup apprécié sa réflexion autour de l’activisme et de la représentation en politique et en journalisme ainsi que de l’importance de ces deux aspects. C’est un essai qui fait réfléchir et permet de relativiser l’approche classique française.

Bref, cet essai propose un point de vue différent et une étude sur les aspects spécifiques en France intéressants.

Le nouveau nom de Elena Ferrante

Il m’aura fallu du temps mais me voici à nouveau plongé dans le deuxième tome de la saga de l’amie prodigieuse et c’est globalement un coup de cœur. On retrouve les deux amies après le mariage de Lila avec son mari qu’elle déteste et Elena qui étudie au lycée puis à l’université.

Si j’ai adoré de plus en plus le personnage d’Elena qui prend de l’ampleur et arrive à faire des choses intéressantes, j’étais beaucoup moins fan de Lila et je vois pas trop l’intérêt d’Elena pour Lila et leur amitié totalement toxique et malsaine. Ce deuxième livre est toujours rempli de violence verbale et physique et il faut arriver à passer outre mais le style d’écriture est absolument grandiose et j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce livre.

Bref, un roman qui se dévore et reste à la hauteur du premier tome.

La chose au fond du sac de Luce Basseterre

Voilà un chouette livre jeunesse qui s’adresse à un public très jeune mais qui a largement réussi à me conquérir avec aisance malgré mon âge bien plus avancé.

Léna est une jeune fille qui entend les pensées des autres et se retrouve mêlé à une histoire avec une chose au fond du sac d’origine extraterrestre. J’ai beaucoup apprécié la manière dont le contexte est mis en place de manière subtile avec beaucoup d’éléments suggérés qu’on laisse en arrière plan. Si Léna est mise en relief dans cette histoire, toute la famille a une personnalité bien tranchée et l’histoire se lit beaucoup trop rapidement.

Bref, un véritable coup de cœur inattendu pour la tranche d’âge auquel le livre s’adresse et j’ai hâte de lire le tome 2 dès qu’il sera disponible.